On le voit depuis le 19 mai dernier, et encore plus depuis le 9 juin : les Strasbourgeoises et Strasbourgeois ressortent à nouveau, pour s’approprier leur ville, trop longtemps restée sous cloche. La culture, elle aussi, sort d’un long sommeil et voit progressivement le retour de ses moments forts. Les Bibliothèques Idéales sont l’un d’entre eux, et reviennent du 25 au 27 juin pour tenter de poser les mots sur la drôle de réalité qui est aujourd’hui la nôtre.



« Vivre et revivre encore » avec les Bibliothèques Idéales

Les Bibliothèques Idéales, c’est l’un des gros temps forts de la saison culturelle strasbourgeoise. C’est un moment où l’on se retrouve, où l’on se confronte aux opinions des autres, où l’on accepte le débat et la contradiction, nuances trop souvent éludées dans le débat public polarisé d’aujourd’hui. Les Bibliothèques Idéales, ce sont également des moments d’émotions brutes, comme les concerts de Youssoupha en 2019 ou celui d’Abd Al Malik reprenant Camus en 2017, qui ont été pour moi des moments marquants.

Après la très belle édition de la rentrée dernière, l’évènement littéraire strasbourgeois revient pour une formule estivale de 3 jours, les 25, 26 et 27 juin prochains. Et à cette occasion, les Bibliothèques Idéales nous invitent à « vivre et revivre encore ». Une façon de prendre du recul ensemble sur l’année compliquée que l’on a pu vivre, souvent entre les quatre murs de notre chambre, en manque d’évasion. Mais aussi une manière de mettre définitivement derrière nous le manque de considération pour la culture, en la célébrant plus que jamais sur la superbe scène de l’Opéra national du Rhin, avec près de 50 auteurs et autrices invités et plus de 30 plateaux organisés. On rencontrera des livres qui font bouger les lignes, des femmes et des hommes qui se battent pour changer nos regards sur des sujets de société, des artistes qui aiguisent la plume de leur voix et des moments de franches émotions. En somme, ce sera l’occasion de redonner à l’imprévu d’une rencontre et à la spontanéité d’une émotion la place de se libérer et de s’exprimer. À l’air libre. Et surtout, gratuitement.

Si cela vous rend curieux, n’hésitez pas à réserver vos places en suivant ce lien. Vous pourrez réserver un billet pour vous ou un billet pour deux, de façon à être à côté de la personne que vous emmenez. Néanmoins, la spontanéité n’étant pas encore une valeur morte, même si vous n’avez pas de billets, n’hésitez pas à tenter votre chance en allant directement sur place : l’équipe des Bibliothèques Idéales fera tout son possible pour ne laisser personne à la porte ! Pour pouvoir entrer, il faudra simplement vous équiper d’un masque… et de votre curiosité.

© Coraline Lafon


Musique, homophobie dans le football, féminisme et humour libre : nos recommandations pour ces trois jours de belles rencontres

Niveau casting, les Bibliothèques Idéales ont encore une fois frappé très fort. Alors on a décidé de vous faire une petite sélection préliminaire. Bien entendu, comme le but de l’événement est d’aller se faire ses propres idées, n’hésitez surtout pas à aller largement au-delà. Vous pourrez retrouver l’intégralité des événements sur cette page. Pour rappel, comme chaque année, tous les évènements seront suivis d’un temps d’échange et de dédicace avec les auteurs, venus de toute la France pour présenter leurs nouveaux livres.


Vendredi 25 juin : Camille Kouchner, Riad Sattouf et Oxmo Puccino

Les Bibliothèques Idéales commenceront à 16h le vendredi 25 juin, avec Camille Kouchner,  autrice de « La Familia Grande », Sophie Chauveau, autrice de « La Fabrique des pervers » et Catherine Robert, autrice de « La Caresse du loup », rassemblées dans un moment nommé « Résilience(s) ? ». Trois femmes qui ont nommé et mis les mots sur l’innommable – l’inceste – prouvant encore une fois la puissance de la littérature pour faire bouger les lignes et libérer les paroles. Un moment inaugural de rencontre et de débat qui promet d’être émouvant, fort et singulier.

À 17h, c’est Riad Sattouf qui prendra le relais pour apporter son regard tendre et pourtant lucide sur le monde d’aujourd’hui, à l’âge de la maturité. À travers ses différentes œuvres, l’auteur de « L’Arabe du futur » manie la chronique sociale aussi bien que la satire. Une rencontre tout en douceur. Enfin, sous les coups de 21h, il sera temps d’ouvrir ses oreilles pour se laisser porter par les textes d’Oxmo Puccino, dans un des plus gros temps forts des Bibliothèques Idéales. Toujours à l’Opéra national du Rhin, l’artiste nous proposera une lecture en musique de son premier roman “Les réveilleurs du soleil”, poétique et lumineux.


Samedi 26 juin : Lauren Bastide et Rokhaya Diallo, Coco et Hervé Vilard

Le lendemain, les Bibliothèques Idéales proposent de célébrer et d’interroger l’importance du dessin de presse satirique et du rire à partir de 13h, dont les limites sont constamment questionnées à force de polémiques amplifiées par le tapage médiatique sans nuances. Sont invités Coco, témoin du massacre de ses amis dessinateurs de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015 et désormais dessinatrice en titre à Libération, et Yannick Haenhel, journaliste et romancier, auteur de “Janvier 2015 : Le procès”. Une rencontre comme une ode à la liberté, au rire et au questionnement de ses œuvres et de ses limites.

À 17h, il y aura un moment de poésie et de nostalgie avec la venue d’Hervé Vilard, chanteur de « Capri, c’est fini », premier chanteur à faire son coming-out en 1967 et désormais auteur de romans, dont le dernier « Du lierre dans les arbres » conclut un triptyque d’œuvres racontant sa vie tourmentée. Ce dernier sera également accompagné d’un pianiste, pour des chansons de St Germain des Prés, afin d’apporter sa poésie à la rencontre.

Enfin, à 19h, Lauren Bastide, journaliste et animatrice du podcast La Poudre et autrice de Présentes (avec qui on avait discuté suite à son dernier passage aux Bibliothèques Idéales), et Rokhaya Diallo, journaliste, autrice, réalisatrice et figure des questions antiracistes et féministes en France, questionneront et remettront en cause la place de la femme dans la Cité. Aujourd’hui, la place de la femme dans l’espace public est enfin considérée comme une question de société à part entière, et également à Strasbourg par la municipalité écologiste. Ainsi, cette rencontre permettra de confirmer qu’il est temps non seulement pour les femmes de prendre leur véritable place dans la Cité, de porter leurs valeurs, d’exprimer leurs points de vue, d’imposer leur présence et de faire valoir leurs compétences, mais surtout que la société dans son intégralité doit se rendre compte que cela fait bien trop longtemps qu’un décevant statu quo est en place sur ses questions.


Dimanche 27 juin : Hugo Clément, Nesrine Slaoui et Ouissem Belgacem, Édouard Louis et Maxime Le Forestier

Bien décidées à finir en beauté, les Bibliothèques Idéales ont mis le paquet sur la dernière journée ! À 12h, Hugo Clément, le journaliste star de Konbini, viendra présenter son « Journal de guerre écologique », preuve de son militantisme. Un moment intéressant de rencontre et de débat, notamment pour celles et ceux qui penseraient qu’il se met davantage en avant que le sujet qu’il défend. Une belle façon de se faire une idée. À 17h, ce sera Édouard Louis, auteur de « Qui a tué mon père » et « En finir avec Eddy Bellegueule », qui viendra présenter son nouveau roman « Combats et métamorphoses d’une femme », consacré à sa mère. Une rencontre plaçant la littérature sous la forme d’un combat. Celui pour trouver sa place dans un monde qui n’est ni pensé par vous, ni fait pour vous.

À 18h, un grand artiste en reprendra un autre, puisque Maxime Le Forestier reprendra du George Brassens sur la scène de l’Opéra du Rhin. Ayant appris la guitare sur des partitions de Brassens, le chanteur rendra hommage au parolier de génie, en compagnie d’Arthur Le Forestier, guitariste. Enfin, c’est un sujet malheureusement trop peu évoqué dans le monde du football et du sport en général, qui sera le sujet de la rencontre de 19h. Ouissem Belgacem, ancien espoir du centre de formation du Toulouse FC, racontera son douloureux parcours de sportif gay dans le milieu du foot tandis que Nesrine Slaoui racontera le sien, journaliste après ses études à Sciences Po et venant d’une famille modeste. Deux histoires interrogeant le sentiment de légitimité dans un milieu qui n’est pas de base fait pour nous. Une façon de poser une première pierre pour qu’il le devienne.

Du 25 au 27 juin prochains, les Bibliothèques Idéales reviennent une nouvelle fois pour donner à la culture tout le rayonnement qu’elle mérite. Entre débats d’idées, moments musicaux d’émotion et luttes sociales, elles promettent une nouvelle fois d’être un temps fort de la saison culturelle estivale. Surtout que, on le répète, tout est gratuit. Alors osez, rêvez, débattez, éructez, pleurez et riez. Parce que sans cela, on ne vit pas vraiment.

***

BIBLIOTHÈQUES IDÉALES

Du 25 au 27 juin 2021
Découvrir le programme
La page Facebook (pour suivre tous les événements)
GRATUIT

***

*Article soutenu mais non relu par la Ville et l’Eurométropole de Strasbourg

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here