Il aura fallu beaucoup de travail, de patience et de créativité pour monter cette 13ème édition des Bibliothèques Idéales, dans le contexte inédit dans lequel nous nous trouvons actuellement. Mais la littérature n’est-elle pas un de nos plus grands moyens d’évasion ? Elle est d’autant plus nécessaire dans un monde où rien n’est très certain, où la culture semble menacée, celle-là même qui nous ouvre les frontières, qui nous interroge, nous émerveille et nous libère. « Toute littérature est assaut contre la frontière » disait Kafka. Cette nouvelle édition des Bibliothèques Idéales, petit oasis de culture dans ce désert du mois de septembre, tentera de comprendre nos désordres et nos désirs à travers une programmation dont la qualité n’a, pour sa part, en rien souffert de la crise. Du 3 au 13 septembre, à la Cité de la musique et de la danse ainsi que dans les médiathèques, auront lieu 70 rencontres, des débats, des masterclasses, des exercices d’admiration ou encore des cabarets littéraires… Au cours de tous ces événements, des artistes et écrivains parleront, chanteront, danseront ou conteront des sujets comme le féminisme, le métissage, l’héritage, l’écologie ou encore les libertés. Et comme chaque année, tout sera 100% gratuit. Elle est pas belle la vie ?

Une rentrée littéraire aux petits oignons !

J’ai passé une grande partie de mon enfance à trouver des coins confortables où m’installer pour me plonger dans des livres qui me faisaient voyager. L’art et la culture ont ce talent de créer des émotions, de bouleverser, de faire rire, de nous ouvrir au monde et aux autres. Réfléchir, être curieux, écouter, avoir une opinion, l’exprimer, débattre, argumenter, raconter : c’est autant de choses que nous proposent les Bibliothèques Idéales à travers 70 événements aussi divers que variés.

Parce qu’attention, les Bibliothèques Idéales ne sont pas seulement destinées aux littéraires ! Non, non, non : la variété des débats est telle que chacun peut y trouver son compte, et surtout en apprendre long sur des sujets passionnants. De l’histoire d’un couple qui a dédié sa vie à traquer les nazis, en passant par la pop culture revisitée à travers la philosophie, la rencontre avec l’homme qui a découvert Lucy, la schizophrénie, le désir ou encore le climat… Chacun trouvera un sujet qui le touche dans tous les questionnements modernes que propose la programmation, et pourra se targuer d’en ressortir la tête pleine de nouvelles connaissances et d’anecdotes intéressantes. L’événement étant en plus totalement gratuit, nous n’aurons besoin que de notre curiosité pour y participer. Bref, on est plus que gâté pour cette rentrée.

En plus, au vu de la période de crise que nous traversons, l’équipe d’organisation a pris mille précautions pour que les Bibliothèques Idéales puissent avoir lieu en toute sécurité : billetterie en ligne pour réserver ses places (jauge réduite), port du masque ou encore rediffusion en vidéo de certains événements, afin que chacun soit libre d’y assister, en direct ou de chez soi.

Mais passons aux cœur de cet article : qu’est ce qu’on trouvera cette année aux Bibliothèques Idéales ? Petit aperçu de la programmation de cette nouvelle édition !


Nos coups de cœur du programme


Débattre du métissage avec Leïla Slimani et ses invitées

>> Le jeudi 3 septembre à 17h30 à la Cité de la musique et de la danse, les Bibliothèques Idéales seront inaugurées par Leïla Slimani et ses invité(e)s. Figure de proue de la libération de la parole des femmes dans les pays du Maghreb, l’écrivaine franco-marocaine viendra débattre du métissage avec des amies engagées, femmes libres au croisement de deux cultures. Un débat sur le multiculturalisme, qui réunira Abnousse Shalmani, libre-penseuse féministe née en Iran, arrivée en France deux ans après la révolution iranienne, Nina Yargekov écrivaine franco-hongroise qui propose une allégorie vertigineuse sur l’identité dans son livre « Double nationalité » et Rachida Brakhni comédienne, chanteuse, réalisatrice qui nous racontera son rapport intime et quotidien à la lecture, guidée par sa curiosité de l’âme humaine. Pascal Blanchard participera également au débat en tant que spécialiste du « fait colonial » et des immigrations en France. Leïla Slimani vient quant à elle tout juste de sortir le premier tome de sa trilogie « Le Pays des autres » dans lequel elle s’inspire de son histoire familiale, plus particulièrement celle de sa grand-mère, une Alsacienne mariée à un soldat marocain dans le contexte historique du protectorat des années 50. L’enjeu sera de trouver la voix de l’émancipation dans ce pays des autres sans heurter la culture de son mari.  En savoir plus.

©  Bibliothèques idéales

Partager un recueil de poésies intime et bouleversant avec Guillaume Gallienne

>> Le jeudi 3 septembre à 19h à la Cité de la musique et de la danse, Guillaume Gallienne prendra la parole afin de présenter « L’autre moitié du songe m’appartient », un recueil de poèmes écrit par sa cousine morte à l’âge de 20 ans. Une manière de rendre un bel hommage à Alicia qui lui a transmis l’envie d’être comédien, lui donnant goût aux mots des grands auteurs. Guillaume Gallienne, sociétaire de la Comédie-Française et passionné de littérature, est prodigieux tant sur scène que derrière et devant une caméra. On a par ailleurs adoré « Guillaume et les Garçons à table ! » une magistrale comédie sur les genres sexuels. Le 3 septembre, Guillaume Gallienne redonnera vie aux splendides poésies d’une femme de lettres hors du commun, jeune et pleine de promesses, emportée par la maladie … Ses talents d’orateur mêlés à cette lecture bouleversante, pleine de fulgurances, de délicatesse et de lucidité, ne manqueront pas de toucher le public. En savoir plus.

©  Bibliothèques idéales

Découvrir une histoire fraternelle sur fond de Guerre froide et d’idéologies à travers une BD palpitante

>> Le vendredi 4 septembre à 18h, à la Cité de la musique et de la danse, Philippe Collin et Sébastien Goethals présenteront leur BD « La patrie des frères Werner ». Après le succès du « Voyage de Marcel Grob », vendu à près de 120 000 exemplaires, on retrouve ici une grande histoire fraternelle dans l’Europe d’après-guerre, qui nous rappelle la place que des enjeux politiques et historiques peuvent prendre dans la vie de tout un chacun. On y suit le destin de deux orphelins juifs pris au piège de la Stasi. Les frères Werner deviennent espions communistes chacun d’un côté du mur. 12 ans plus tard, à l’occasion d’un match de football entre la RFA et la RDA, le jeune Andreas revoit son aîné. Il lui confie ses doutes et son désir de fuir. Konrad vit pour sa part dans le confort d’une société capitaliste avec en tête le romantisme du communisme tandis que son cadet connait l’austérité et la peur. Les frères vont s’opposer… En savoir plus.

©  Bibliothèques idéales

« N’en faites pas tout un tram ! » : se gaver de bulles de poésies aux stations de tram

>> Le vendredi 4 septembre à 11h, 14h et 16h, ton attente du tram se fera dans une atmosphère bien plus joyeuse qu’un « contrôle des tickets » puisque les bibliothécaires, les musiciens du réseau Pass’relle et les comédiens de la Compagnie 12:21 feront station aux arrêts Rotonde, Observatoire, Montagne Verte, Etoile-Bourse, Kehl-Bahnhof afin d’offrir des bribes de littérature et de poésie. Prenez le temps d’attraper au vol ces bulles de lectures musicales ! En savoir plus.

©  Bibliothèques idéales

Philosopher sur la pop culture avec Francis Métivier

>> Le vendredi 4 septembre à 20h30, à la Cité de la musique et de la danse, Francis Métivier interrogera le sens philosophique des pratiques populaires d’aujourd’hui, de la musique pop à Game of Thrones en passant par le triathlon, les textos et les tendances vegan. Dans son nouveau livre « Pop philo stories » l’auteur explore à travers 15 thèmes, l’aliénation, la conscience du temps, le désir mimétique, la responsabilité de l’État, le contrôle des rêves et le désespoir en convoquant tour à tour Lady Gaga, GOT, Top Chef, les émoticônes et Minecraft. Une mise en situation de la philosophie permettant de mieux la saisir. De mieux saisir également l’intelligence de certaines pratiques de notre époque, parfois décriées.En savoir plus.

©  Bibliothèques idéales

Rencontrer Yves Coppens, le paléontologue qui a découvert Lucy

>> Le samedi 5 septembre à 14h, à la Cité de la musique et de la danse, Yves Coppens, paléontologue de 85 ans, notamment réputé pour avoir découvert Lucy, le plus vieux fossile pré-humain (2,7 millions d’années), viendra présenter son nouvel ouvrage « Le savant, le fossile et le prince ». En plus de soixante-cinq ans de carrière, des fouilles d’Éthiopie à celles du Tchad, de ses laboratoires du musée de l’Homme et du Collège de France aux palais présidentiels et princiers, le spécialiste de la Préhistoire a rencontré les chefs d’État du monde entier. Le fossile devient prétexte à des échanges privilégiés avec ceux qui font l’histoire d’aujourd’hui. Yves Coppens nous dresse dans ce livre cinquante portraits inattendus et intimes des présidents Pompidou, Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande, de la reine Elizabeth II, de l’empereur Haïlé Sélassié, de Nelson Mandela, des papes Benoît XVI et François et de bien d’autres… cinquante portraits qui sont aussi cinquante rencontres pleines d’esprit autour des questions fondamentales de l’origine et du devenir de l’espèce humaine. En savoir plus.

©  Bibliothèques idéales

Dans le P’tits papiers de Régine : s’émerveiller devant un cabaret musical et littéraire en hommage à la reine de la nuit

>> Le dimanche 6 septembre à 19h, à la Cité de la musique et de la danse, on rend hommage en musique à Régine dans une soirée aux allures de cabaret littéraire avec un répertoire allant de Bruant à Gainsbourg. Il y a plus de soixante ans, Régine ouvrait sa première boite de nuit« Chez Régine », dans laquelle elle organisa des nuits folles attirant le tout-Paris. Chanteuse à ses heures perdues, Charles Aznavour, Henri Salvador, Serge Gainsbourg ou Barbara lui signèrent des textes. À l’occasion des Bibliothèques Idéales, le pianiste et compositeur Gérard Daguerre (qui fut le pianiste historique de Barbara), l’accordéoniste Aurélien Noël et le percussionniste François Hagenmuller, accompagnés de la chanteuse Léopoldine Hh et de la drag queen française Javel Habibi lui consacrent un spectacle. En savoir plus.

© Bibliothèques idéales

Découvrir les non-dits de l’exil entre France et Espagne racontés en chanson par Olivia Ruiz

>> Le mercredi 9 septembre à 18h à la Cité de la musique et de la danse, Olivia Ruiz accompagnée de ses musiciens lira en musique et chansons “La commode aux tiroirs de couleurs”. Après avoir vendu plus de deux millions d’albums, l’autrice-compositrice et interprète, vient de sortir son premier roman dans lequel elle s’inspire de sa famille franco-espagnole, pour raconter l’histoire vibrante de quatre générations de femmes indomptables. Entre Espagne et France, de la dictature franquiste à nos jours, « La commode aux tiroirs de couleurs » te sera conté en musique entremêlant tragédies familiales et tourments de l’Histoire pour nous offrir une fresque romanesque flamboyante sur l’exil. En savoir plus.

©  Bibliothèques idéales

« Ne nous libérez pas, on s’en charge » : converser autour du féminisme

>> Le jeudi 10 septembre à 18h à la Cité de la musique et de la danse, trois écrivaines issues de générations différentes s’engagent pour un manifeste féministe animé par Mine Günbay. Trois femmes inspirantes, activistes et politiques qui partageront une conversation intime et profonde. Lauren Bastide journaliste, créatrice de La Poudre, podcast féministe au plus de 10 millions d’écoutes, et cofondatrice du studio de production Nouvelles Écoutes vient de sortir « Présentes » un manifeste féministe ultra-documenté, nourri par les réflexions des militantes les plus inspirantes de la génération #MeToo. Un livre à mettre entre toutes les mains pour mieux comprendre les nouvelles luttes féministes et antiracistes d’aujourd’hui. Florence Rochefort et Bibia Pavard, toutes deux historiennes, présenteront quant à elle leur livre « Ne nous libérez pas, on s’en charge ». Un ouvrage indispensable qui entend fournir quelques clés essentielles afin de penser les féminismes d’hier et d’aujourd’hui à la lumière des grands défis contemporains, des inégalités sociales, raciales et de genre. En savoir plus.

©  Bibliothèques idéales

Écouter les confessions de Gringe sur la schizophrénie et le basculement

>> Le vendredi 11 septembre à 19h, à la Cité de la musique et de la danse, Gringe viendra présenter son livre « Ensemble on aboie en silence ». On l’a connu comme le binôme d’Orelsan, dans les Casseurs Flowters mais aussi comme je-m’en-foutiste avachi dans la mini-série « Bloqués » sur Canal +. L’année dernière il nous présentait l’album « Enfant Lune », un projet introspectif et intime dans lequel il se plongeait dans de nombreux épisodes douloureux de sa vie. Dans le titre « Scanner » il chantait les addictions de son frère, devenu schizophrène après un mauvais cocktail de drogues. Aujourd’hui, c’est dans un livre écrit avec l’accord de dernier qu’il raconte la maladie et le basculement. Celui de toute la famille. Car la schizophrénie, cette maladie qui touche 1 Français sur 100 et véhicule tous les fantasmes, on ne la connaît pas. Les femmes et les hommes qui la vivent, on ne les entend pas. En savoir plus.

©  Bibliothèques idéales

Débattre sur la place réductrice qu’occupent les femmes dans les mentalités obtuses avec Yasmina Khadra

>> Le samedi 12 septembre à 17h30, la Cité de la musique et de la danse accueillera Yasmina Khadra, qui présentera son livre « Le sel de tous les oublis ». L’écrivain nous emmène dans l’Algérie des années 60 et raconte l’histoire d’Adem un homme quitté par sa femme et rongé par le désespoir, errant sans autre but que l’oubli. Il vivra de rencontres fortuites et de misère, en quête d’une rédemption qu’il niera rechercher. Une méditation profonde sur la possession et la rupture, le déni et la méprise, et sur la place réductrice qu’occupent les femmes dans les mentalités obtuses. En savoir plus.

©  Bibliothèques idéales

Se questionner sur le monde qui nous attend avec Céline Cousteau, Noël Mamère & Raphaëlle Macaron

>> Le dimanche 13 septembre à 14h, Céline Cousteau, la petite fille du commandant éponyme, Noël Mamère et Raphaëlle Macaron donneront leur point de vue personnel sur l’effondrement. Tandis que la première parlera « du monde découvert par son grand-père, qui est en train de mourir », Raphaëlle Macaron et Noël Mamère sont quant à eux partis à la rencontre des éclaireurs du monde d’après. La galaxie « effondriste », ceux qui se préparent à vivre en autonomie, ceux qui résistent aux grands projets, ceux qui veulent préparer une alternative globale à coups d’oasis… Et ils discutent. De là, naîtra une BD intitulée « Les Terrestres », Noël Mamère au scénario, Raphaëlle Macaron au dessin. Un écologiste de toujours, qui connait les dangers que l’Homme fait courir à la Terre, et une femme branchée venue du Liban, un pays en cours d’effondrement.En savoir plus.

©  Bibliothèques idéales

Découvrir l’histoire du couple qui traquait les nazis

>> Le dimanche 13 septembre à 17h, à la Cité de la musique et de la danse, Pascal Bresson et Sylvain Dorange viendront parler de leur roman graphique retraçant l’histoire de Beate et Serge Klarsfeld, le couple qui chassait les nazis. Un hommage à l’histoire, la mémoire et la justice. « Si les Allemands nous arrêtent, moi, je survivrai parce que je suis fort mais pas vous ». Ces paroles, prononcées en 1943 par son père assassiné à Auschwitz, Serge Klarsfeld ne les oubliera jamais. Après la guerre, il rencontre Beate dans le métro. Une jeune Allemande installée à Paris. C’est le coup de foudre et quelque temps après, les deux amoureux se marient. Ensemble, ils se lancent dans le combat qui va mener leurs vies : écarter de la vie politique allemande et française tous les anciens nazis ou collaborateurs puis obtenir leur jugement et leur condamnation. Distribution de tracts, manifestations, tentatives d’enlèvements, la « méthode Klarsfeld » montre leur obstination à débusquer les criminels de guerre – qui continuaient à mener une vie paisible – qu’ils aient été nazis tels Lischka, Hagen, Mengele ou Barbie ou « collabos » comme Papon, Bousquet ou Touvier. En savoir plus.

©  Bibliothèques idéales

Certaines rencontres sont déjà complètes mais n’hésitez pas à aller vous perdre dans le programme : peut-être sommes nous passés à côté d’un sujet qui vous aurait titillé l’esprit ! En tout cas, du 3 au 13 septembre, les Bibliothèques Idéales présentent 70 rencontres littéraires, conférences et débats, autour de sujets ancrés dans l’actualité, du féminisme, au métissage en passant par les questions environnementales, ou les privations de liberté. L’occasion de participer à des échanges passionnants et indispensables, gratuitement et dans le plus strict respect des mesures sanitaires. Alors, who’s in ?


BIBLIOTHÈQUES IDÉALES

Du 3 au 13 septembre 2020

Chaque événement doit être réservé en ligne au préalable

TOUT LE PROGRAMME

La page Facebook (pour suivre tous les événements)


*Article soutenu mais non relu par les Bibliothèques Idéales et la ville de Strasbourg

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here