On vous en parlait dès le mois d’août 2018, le stade de la Meinau doit subir quelques travaux de modernisation et d’extension, afin d’être le plus beau des châteaux pour les supporters et les joueurs. Ce choix ambitieux aurait dû être finalisé pour fin 2020 mais bon, coronavirus, tu connais. Alors il a fallu attendre le 5 janvier 2021 et une conférence de presse organisée dans le stade pour connaître le projet retenu, qui va changer le visage de la maison historique du Racing. On vous fait le résumé des prochaines étapes pour la Meinau, ainsi que du projet en lui-même.

>> À lire ou à relire : Strasbourg dans son château : 100 ans d’histoire du stade de la Meinau


Quel cabinet d’architectes a été choisi pour mener à bien le projet ?

C’était la grosse information de la conférence de presse tenue par les collectivités territoriales et le Racing ce mardi 5 décembre. Il y avait plus de 45 candidats au début de l’aventure il y a plusieurs années, un nombre qui s’était réduit récemment à 5. Et comme dans Highlander, il ne pouvait en rester qu’un.

C’est finalement le cabinet d’architectes Populous qui a été désigné comme maître d’œuvre. Un cabinet anglais, basé à Londres, et qui travaillera de concert avec l’agence d’architecture strasbourgeoise Rey-de Crécy. Ce cabinet est connu par tous les fans de foot pour sa rénovation de Wembley en 2007, l’Etihad pour Manchester City, l’Emirates pour Arsenal ou encore le tout nouveau tout beau stade de Tottenham. Pour la petite touche française, ils ont également réalisé le Groupama Statidum de Lyon, un adversaire que le Racing connaît bien.


Ça va ressembler à quoi la nouvelle Meinau ?

« La Meinau va entrer dans une ère nouvelle. » Les mots de Marc Keller, président du Racing, résonnent fort lors de la conférence de presse. Concrètement, la nouvelle Meinau, ce sera un stade pouvant accueillir 32 000 supporters du Racing, soit une augmentation de la jauge d’un peu plus de 6 000 places. Précisons tout de même que, dans ces 6 000 nouvelles places, « seul » trois/quart seront réservées au public. Le reste ira dans les loges ou les espaces VIP.

Quoiqu’il en soit, cette rénovation, sobre en termes de nouveaux sièges, va à l’encontre de la vague de constructions de stades français pour l’Euro 2016. Et avant le Covid, les stades de Nice, Bordeaux ou Lille sonnaient souvent creux, ayant été construit ex-nihilo en voyant bien trop grand. La nouvelle Meinau va ainsi se structurer autour de la refonte des tribunes Est, Nord et Ouest (celle du Kop) et l’extension de la tribune Sud. Il y aura des gradins démontables, qui permettront d’accueillir d’autres événements que les victoires prochaines du Racing, mais aussi des Fan’s Bar pour améliorer l’expérience Meinau, « la Winschtub la plus ancienne d’Alsace » comme l’a déclaré Jean Rottner, président de la région Grand Est.

Mais c’est surtout la tribune Sud qui va concentrer tous les regards : désormais sur 5 étages, tout va fonctionner autour d’un atrium central, avec une façade orientée vers l’est de la tribune, ouvrant sur le Rhin Tortu et le nouveau centre d’entraînement du Racing. Il y aura beaucoup de loges, de salons business et de terrasses VIP au sein de la tribune la plus officielle, et plus chère, de la Meinau. Mais ne vous inquiétez pas, abonnés de cette tribune, votre place sera toujours la vôtre. Ça fera juste une aventure de découvrir cette nouvelle tribune Sud, qui représente l’atout attractivité majeur de ce nouveau projet.


Rénover un stade, ce n’est pas un peu polluant ? Il n’y a pas d’autres priorités ?

Certaines craintes avaient été émises quant à cette rénovation. L’une d’entre elles concernait l’impact écologique que peut avoir un stade, même seulement rénové, sur la biodiversité. Jeanne Barseghian a voulu rassurer en précisant que la Meinau est en cohérence avec le Plan Climat 2030, mais également ouvert sur le quartier du même nom. Pour la maire de Strasbourg, il réside dans ce projet la « volonté de rénover l’existant et de l’améliorer, dans un projet sobre et robuste au niveau sobriété écologique. » Il y aura par exemple le respect, la protection et renforcement de la biodiversité autour du stade, avec notamment le Rhin Tortu et les arbres remarquables.

Il y aura également l’installation de 900 m2 de panneaux photovoltaïques au niveau de la toiture de l’extension de la tribune Sud, décidément la star du stade. Ce dernier réalisera également un captage des eaux de pluie, notamment pour l’arrosage et les toilettes, ainsi qu’une production de chaleur alimentée par des énergies renouvelables, ici la biomasse. Des luminaires LED à grande durée de vie seront également installés pour réduire les consommations électriques, chose indispensable pour la survie de la biodiversité. Enfin, pour la façade Sud, le projet propose de réutiliser et de « surcycler » des portions de fuselage d’A340 pour réaliser des brise-soleil. Le Racing, à la pointe de la technologie.

Cette nouvelle Meinau se veut, selon les mots de Jeanne Barseghian, exemplaire « au niveau environnemental au niveau sportif et enfin en termes d’intégration dans ce beau quartier de la Meinau. » En d’autres mots, un projet « sobre, exemplaire et dont nous pouvons collectivement être fiers. »

© POPULOUS & REY DE CRECY_LUXIGON – Document remis


Le Racing est mal parti en Ligue 1 cette année. Est-ce que ça pourrait mettre le projet en péril ?

Eh bien non, le projet de rénovation du stade ne sera pas lié aux résultats du Racing, pour le moment décevants. Pour une raison toute simple : le club ne participera pas au financement du stade. Au foot, pour gagner, bien souvent, il faut la jouer collectif. Pour rénover la Meinau, c’est pareil. Sans doute aucun sujet ne lie autant les différents bords politiques strasbourgeois que le Racing et cela s’est vu encore une fois lors de cette conférence de presse. Au niveau du financement, le projet sera entièrement pris en charge par les collectivités territoriales – rappelons que la Meinau appartient à la Ville – tandis que le Racing s’était engagé à financer ses nouveaux terrains d’entraînement et sa nouvelle Académie. Deux projets à hauteur respectivement de 10 et 15 millions d’euros, pour l’instant décalés.

Niveau budget, la répartition sera celle-ci :

  • 50 millions apportés par l’Eurométropole de Strasbourg, où Pia Imbs, sa présidente, a mis en avant le côté « nécessaire et urgent » de cette rénovation, argumentant que « le football est un vecteur de citoyenneté. »
  • 25 millions apportés par le Grand Est
  • 12,5 millions apportés par la Ville de Strasbourg
  • Et enfin, 12,5 millions apportés par la toute nouvelle Collectivité européenne d’Alsace, qui reprend l’engagement du Bas-Rhin. Jean-Philippe Maurer, qui représentait Frédéric Bierry, son nouveau président, n’a pas hésité à dire que : « Le Racing c’est mieux qu’un rêve. C’est une réalité. »

Ce côté collectif des différentes collectivités territoriales aura également une incidence plus que positive pour les amoureux de la Meinau. Alors que de nombreux stades français ont succombé aux sirènes du naming – apposer le nom d’une entreprise privée pour nommer le stade, ndlrle fait que ce soit seulement des organismes publics qui se chargent du financement, garantit que la Meinau continuera de s’appeler la Meinau. Et ça, c’est franchement cool.

Un stade pour les réunir tous. © Nicolas Kaspar/Pokaa


Quand va-t-il être livré ?

C’est toujours la grande question quand on parle de travaux. Concrètement, ces derniers devraient commencer en mai 2022, pour une livraison complète autour de 2025. Avant ces deux dates, il y aura une concertation au sujet de la Fan zone, qui prendra place entre février et mai 2021. Le printemps de cette année verra également la validation de l’avant-projet définitif et à l’automne, le permis de construire devra être déposé. Pour des travaux qui commenceront donc, si tout va bien, dans un peu moins d’un an et demi.

© POPULOUS & REY DE CRECY_LUXIGON – Document remis


Je suis abonné et j’ai peur de perdre ma place pendant les travaux. Est-ce que ça va être le cas ?

Entre mai 2022 et 2025, plusieurs évolutions vont toucher la Meinau, et particulièrement les places des supporters du Racing, qui étaient donc inquiets quant au sort de leurs abonnements pendant les travaux. À ce sujet, Marc Keller s’est voulu rassurant en disant que la jauge maximale d’abonnés serait arrêtée à 19 200. Un nombre pas si anodin que cela, puisque si les premiers mois des travaux, la jauge serait réduite à 24 000 places, elle sera par la suite réduite à 19 000, jusqu’à fin 2023, le temps que les travaux de la tribune Sud se terminent.

À partir de ce moment-là s’enclenchera une période travaux en trois fois six mois : d’abord la tribune Ouest, ainsi que la fan zone, puis la tribune Nord, et enfin la tribune Est. En tous les cas, pas de panique, si vous restez abonnés au Racing pendant toute la durée des travaux, votre place ne vous passera pas sous le nez.

Ce projet de rénovation du stade de la Meinau est important, afin de doter nos Bleus et Blancs d’une enceinte moderne afin de continuer leur développement dans notre chère Ligue 1. Un projet ambitieux, maintenu dans une période d’incertitudes économiques et sportives, qui demande ainsi à notre club de cœur de se bouger les miches dans le froid de cet hiver pour continuer son histoire en première division. Afin qu’en 2025, les supporters pourront bénéficier du « stade de demain avec l’ambiance d’aujourd’hui. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here