Menacée depuis maintenant près de trois ans, l’antenne locale de FIP devrait changer de format le 18 décembre prochain. Si la musique continuera à être diffusée, les fipettes devront elles, couper leurs micros. À Strasbourg, ils sont très nombreux à soutenir la radio et nos fipettes, y compris Jeanne Barseghian et Pia Imbs. Mais cette extraordinaire mobilisation suffira-t-elle à convaincre une bonne fois pour toute la présidente de Radio France ? 


C’est malheureusement une saga que les Strasbourgeoises et les Strasbourgeois suivent depuis très longtemps. Depuis 2017, l’avenir incertain des antennes locales de Bordeaux, Nantes et Strasbourg a suscité de vives réactions. Aux dernières nouvelles, FIP devait couper ses micros à Strasbourg pour passer sur une proposition centralisée à Paris à partir du mois de juin 2020. Plus précisément, la musique continuerait d’être diffusée, mais on n’entendrait plus les voix des fipettes strasbourgeoises à l’antenne pour nous glisser de précieuses informations. On avait à cette occasion rencontré Marie-Lyne, l’une des voix de FIP surnommées les « fipettes ». Pourtant, la fermeture de l’antenne strasbourgeoise a finalement été repoussée.


Jeanne Barseghian et Pia Imbs contre la fermeture

Le 3 novembre dernier, la direction de Radio France a annoncé une nouvelle date de fermeture : le 18 décembre de cette année. Un coup de plus, porté à celles et ceux qui soutiennent la radio locale et au collectif de soutien qui s’est formé. Le collectif lance donc un dernier SOS pour que l’ensemble des salariées restent en poste. La présidente de l’Eurométropole Pia Imbs ainsi que la maire de Strasbourg Jeanne Barseghian ont également apporté leur soutien en adressant une lettre à la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, pour que le projet de fermeture soit définitivement enterré.


Pour rappel, FIP c’est une programmation éclectique, qui sera elle, toujours accessible, mais il faudra dire adieu aux fipettes qui avaient l’habitude de communiquer quotidiennement au micro, de nombreuses informations locales qui permettent de donner de la visibilité aux lieux et aux événements culturels strasbourgeois.

Pour soutenir les trois dernières antennes locales, deux pétitions ont été créées et comptabilisent à elles deux plus de 160 000 signatures. 

La pétition sur Change.org
La pétition sur Mesopinions.com 

Les animatrices préparent d’ores et déjà le dernier jour du micro de la locale et invitent tous les auditeurs et les partenaires qui le souhaitent à partager leurs souvenirs d’écoute, leurs messages d’amitié et de fidélité à l’adresse suivante : [email protected] Les messages seront lus à l’antenne le jour J par les fipettes pour conclure cette aventure avec émotion.




© Photo de couverture : document remis par Marie-Lyne

8 COMMENTAIRES

  1. Ok FIP, c’est une radio sympa mais il est temps de réduire la dépense publique dans les média. Par exemple, on fusionne FIP & France Musique ; RFI & France Info & France 24 ; France culture & France Inter.
    Accessoirement, c’est tout à fait le genre de sujet sur lequel la population peut donner son avis au travers d’un référendum organisé au même moment qu’un autre scrutin.
    Plus démocratie dans ce pays : je crois bien que c’est ce que chacun souhaite !

  2. La meilleure radio du monde, tout simplement.
    Je l’écoute depuis FIP 514, en ondes moyennes comme on disait à l’époque, avant la FM.
    FIP est partout chez moi : dans la cuisine, la salle de bains, le salon etc.
    Comment faire sans ?
    Je ne comprends pas la logique de cette décision, moins de 1% du budget de Radio France à ce qu’on dit…
    Courage à tous et toutes.

  3. FIP c’est plus qu’une radio simplement sympa, c’est un media essentiel.
    Je n’écoute qu’elle depuis des années, et quand je tombe sur une autre radio, j’ai la nausée des pubs entêtantes et débiles, et des tubes répétés jusqu’à l’écoeurement pour assurer la promo du moment.
    Par ailleurs je suis responsable dans une association locale à but non lucratif, et aucun autre media ne peut ou sait annoncer nos événements avec la séduction, l’originalité et l’humour que savent y mettre nos chères Fipettes !

    Comment peut-on stopper le train de cette mesure stupide qui, pour économiser à courte vue quelques picaillons, va saborder un élément du tissu relationnel de proximité ???!!!

  4. A l’heure où l’on a besoin de relancer la culture, il n’y a pas mieux que FIP comme outil pour nous informer et nous faire connaître les bons plans sorties, les spectacles, les visites, les expos, les castings en manquent de figurants…. Déjà que nous avons perdu ce flash d’informations doucement décalé voilà que c’est l’âme de ma radio préférée qui s’éteint.
    Je suis triste de voir disparaître les bonnes choses.

  5. RAVACHE: Un aller simple pour Novossibirsk!
    Encore un de ces foutus agents de destruction du bien commun biberonnée aux concepts fumeux du New Public Management qui a pour objectif le détricotage des services publics, surtout de proximité, au profit d’intérêts financiers qui ont fait de notre monde leur terrain de jeux néolibéral…
    L’argument: « FIP a vocation à s’adresser à tous les français », servant à justifier d’une recentralisation de l’offre FIP sur le territoire, n’est qu’une pirouette de communicante pour masquer une rationalisation des coûts qui ne vise qu’à réaliser des économies.
    Si FIP avait vocation à s’adresser à tous les français, il aurait fallu créer des antennes FIP dans tous les départements! Habitant dans le 68, j’écoutais FIP Strasbourg sur Internet… Je ne passerai pas sur FIP Paris: J’en appelle au BOYCOTT!
    Plus que jamais, soutenons les radios indépendantes qui continuent à émettre en herzien et par internet, à l’instar de DKL Colmar-Vignoble, RBS, Radio Zinzine (à Limans et Aix-en-Provence), Radio Galère (Marseille), Radio Canuts (Lyon), etc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here