La crise sanitaire que l’on traverse dure pour beaucoup de monde, et particulièrement les commerçants. L’enchaînement des confinements, déconfinements et couvre-feu mettent une pression économique, sociale et psychologique sur leurs épaules. Dès lors, pour les soutenir, après la Région qui est montée la semaine dernière au créneau, l’Eurométropole s’est engagée, lors d’une conférence de presse organisée ce matin, à aider le monde du commerce sous différents aspects. On vous en dit plus.


Un contexte difficile pour les commerçants

« Nous sommes dans le contexte d’une crise sanitaire qui engendre une crise économique sans précédent. » Ce lundi matin, sous les coups de 9h30, Pia Imbs, présidente de l’Eurométropole que l’on vous présentait ici, dresse le constat de la crise dans laquelle nous nous trouvons actuellement. Une crise qui impacte toute la société, et particulièrement les commerçants, encore plus vulnérables aux grands groupes : « Le confinement et la fermeture des commerces non-essentiels mettent l’économie locale à rude épreuve. Ça veut dire des risques que beaucoup de consommateurs se tournent vers des géants de la consommation en ligne. Le circuit court et nos commerçants doivent être privilégiés. »

Présent ce lundi matin, Jean-Luc Heimburger, président de la CCI Alsace Eurométropole, rappelle les conséquences sur l’humain que possède la crise du Covid : « Nos commerces ont besoin d’être aidés, parce que l’on parle de la survie de nos commerces et commerçants. Nous sommes dans une situation nous amène à dire qu’un commerçant sur deux ne survivra pas au printemps 2021 et il faudra réagir bien plus que ce que nous faisons actuellement. Le problème est plus qu’économique ou social, ce sont des petites entreprises, souvent familiales, et derrière cette crise il y a des drames humains. »

Par ailleurs, si vous êtes un commerçant ou un acteur économique et que vous vous sentez en difficulté, n’hésitez pas à joindre la 0 805 29 27 27, une cellule spécialisée d’écoute mise en place, qui prend en compte les demandes pour ensuite mieux vous diriger.

© Samuel Compion/Pokaa


Les annonces de l’Eurométropole

Devant cette crise, l’Eurométropole ne reste pas les bras croisés et propose plusieurs aides pour les commerçants. Annoncées en début de conférence de presse par Pia Imbs, les décisions sont développées par Anne-Marie Jean, vice-présidente chargée de l’Emploi, la formation, l’économie durable et la transition écologique des entreprises à l’Eurométropole. 

Un fonds de soutien direct au loyer de 2 millions d’euros

On commence avec un fonds de soutien direct aux loyers, « une charge de plus en plus dure à supporter », selon la vice-présidente. En quelques mots, ce sont 2 millions d’euros qui seront alloués aux commerçants, sous la forme de subvention directe. Elle irait jusqu’à 5 000 euros et les dossiers seront à déposer à partir du 20 novembre jusqu’au 15 décembre. À partir du 20 novembre, l’envoi de dossier sera « le plus simple possible ». Une déclaration sur l’honneur, pour les entreprises de moins de 50 salariés. Ce sera en ligne et la subvention concernera le dernier mois de loyer, donc novembre, qui sera versée à l’entreprise.

Cette subvention va dans le sens de ce qu’annonçait Pia Imbs au début de la conférence de presse, à savoir que « les logiques de prêts peuvent atteindre leurs limites, dans la mesure où l’on voit que des aides directes et opérationnelles sont nécessaires. Il y a des dispositifs nationaux très conséquents mais nous avons travaillé à l’Eurométropole à des dispositifs ciblés qui se rajoutent à un plan de soutien. » Dans le même temps, 200 000 euros seront également alloués au fonds des prêts d’honneur d’Initiatives Strasbourg, afin de renforcer les fonds propres des entreprises.

© Nicolas Kaspar/Pokaa

Un renforcement du développement du click and collect

Une des grandes nouveautés instaurées par cette crise sanitaire est le développement du click and collect pour les commerçants. On vous en a parlé récemment ici et Jean-Luc Heimburger précise à ce sujet que « le click and collect c’est la première étape. Pour celles et ceux qui souhaitent se lancer, cela ne coûte presque rien et c’est toujours bien accompagné. »

En premier lieu, on vous en avait parlé fin juin, le dispositif Beecome est prolongé. Concrètement, cette aide passe par un volet financier qui peut aller jusqu’à 1 500 euros. C’est l’Eurométropole qui accompagne le budget, pour toutes les entreprises du territoire, qui remplissent les critères pas très compliqués. En effet, pour être éligible à cette aide, il faut être une entreprise de moins de 50 salariés, dont le siège social est dans le territoire de l’Eurométropole. Anne-Marie Jean le répète, le dispositif « fonctionne très bien, à la base c’était un dispositif d’urgence, et désormais l’objectif est de le rendre pérenne. » Pour ce faire, ce seront 200 000 euros qui seront investis dans son fonctionnement, ainsi que 100 000 euros pour son investissement. Si vous êtes intéressés, rendez-vous sur cette page pour faire votre demande.

Enfin, le projet BeeLive est également évoqué. En plus de montrer que les abeilles ont plus la côte dans des noms de projets que dans la défense de l’environnement, ce projet concerne en particulier le secteur du tourisme et de l’événementiel, toujours dans le domaine du numérique. Il sera financé par des fonds européens, l’appel à projets sera publié très vite et toutes les informations supplémentaires sont à retrouver ici. Par ailleurs, pour que vous le sachiez également, l’État offre également une aide directe de 500 euros pour la numérisation. Ce serait dommage de ne pas en profiter.

© Nicolas Kaspar pour Pokaa

Une campagne de communication et une plateforme numérique ambitieuse

Joël Steffen, adjoint à la maire en charge du commerce, de l’artisanat et du tourisme, prend en dernier la parole pour détailler certaines propositions de la ville de Strasbourg. Comme elle avait pu le faire pour le Covid et le port du masque, cette dernière mise sur une campagne de communication, pour « sensibiliser les habitants à l’achat local. » Cela passera par des spots radio, des affichages mais également une déclinaison numérique. Tout cela dans un but à la fois économique et solidaire, pour soutenir nos commerçants. Déjà, si vous souhaitez retrouver vos commerces locaux sur internet, vous pouvez aller sur le site Achatsurmazone.alsace – petit clin d’œil au géant américain.

Par ailleurs, la Ville a également l’ambition de mettre en place une plateforme ambitieuse, dans une vision plus long-terme de la numérisation du commerce, afin « d’accompagner nos acteurs locaux dans une extension de leur activité auprès des consommateurs. » Sont annoncées des solutions concrètes pour valoriser les lieux de vente et montrer la diversité et la qualité de nos commerces locaux, pour « être à la hauteur des enjeux de la crise au niveau du territoire. » Pour le moment, ce projet en est encore à l’état d’ébauche, puisqu’il n’y a pas de budget alloué. Affaire à suivre donc.

Des « pistes » pour aider les librairies et les exposants du marché de Noël

Dans le même thème, Pia Imbs a également mis sur le tapis des pistes pour aider les libraires, « assez innovantes » selon les propres mots de la présidente de l’Eurométropole, qui seront disponibles dans les semaines à venir. Pareil pour les exposants du marché de Noël. Pour le moment néanmoins, ils ne veulent pas communiquer sur le moment, et ça teste la langue de bois pour ne pas répondre aux questions posées après la conférence de presse. « Ce sera prêt pour Noël » précise néanmoins Pia Imbs. Là encore, affaire à suivre.

L’Eurométropole se retrousse les manches à son tour pour soutenir les commerçants en cette période de crise. Subvention pour les loyers, aides pour développer son offre numérique et de futurs plans pour aider les librairies et les exposants du marché de Noël, elle essaye d’apporter une aide ciblée en complément de celles de l’État. Et dans ces périodes difficiles, essayons, chacun à hauteur de nos envies et de nos moyens, de soutenir nos commerçants. Économiquement comme humainement, pourquoi pas faire preuve de solidarité ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here