Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

À 1h de vol de Strasbourg : découverte de Calvi, petit joyau de la Méditerranée

0 lecture
Publicité
Avec la crise du Covid, la possibilité de partir en vacances cet été était loin d’être assurée. Nous avons donc décidé de la jouer sécurité en restant en France, nous apercevant qu’à force de partir à l’autre bout du monde on en oublie que notre pays regorge d’endroits magnifiques. Et pour aller se détendre à Calvi en partant de Strasbourg, rien de plus simple ! Air France propose plusieurs vols depuis l’aéroport d’Entzheim pendant les mois d’août et de septembre, à partir de 60 euros le billet. C’était pour ma part la première fois que je me rendais en Corse et j’en ai pris plein les yeux. Petit recap de ces vacances ensoleillées, à travers cet article plein de bons plans pour vos prochaines vacances 😉

Première étape : Se trouver un hôtel cosy avec vue digne d’une carte postale

Choisir un bel hôtel fait partie de mon top 3 pour passer de bonnes vacances. L’idée étant de déconnecter au maximum du quotidien, il est primordial de dénicher une perle, de celle qui te fera oublier tous tes soucis, et qui ne t’apportera aucune contrariété. Nous avons passé un certain nombre d’heures à chiner parmi un éventail de possibilités mais le résultat en valait largement la peine. Dès notre arrivée à la Caravelle, nous nous sommes aperçues à quel point ce dernier portait bien son nom. Tout comme le navire homonyme, la Caravelle invite à l’exploration, et offre des paysages à couper le souffle. Un hôtel cosy, à taille humaine, niché au calme, composé d’un jardin luxuriant où nous est servi chaque matin un petit-déjeuner complet, entre viennoiseries, fromages typiques, charcuterie corse et fruits frais. Les senteurs estivales et fleuries viennent nous chatouiller le nez, le son du ressac de la mer à deux pas seulement ajoute à l’atmosphère de torpeur. Puis notre chambre tout confort, au deuxième étage, finit de nous subjuguer, avec ce balcon qui offre une vue à couper le souffle. Impossible de se lasser une seconde de ce paradis, du jardin fleuri en contrebas, et de la plage juste derrière dont le sable blanc contraste avec les nuances de bleus cristallins de la mer, surplombée par la citadelle, joyau de pierre à l’horizon.

Deuxième étape : Visiter Calvi, son port et sa Citadelle

Calvi est une cité médiévale fascinante où l’on se sent chez soi immédiatement. On se laisse charmer par les ruelles pavées où il fait bon flâner entre les façades en pierre vieillies par le soleil, les boutiques d’artisans, les épiceries fines et les petits restaurants d’où s’échappent d’appétissantes effluves méditerranéennes. Sur les placettes animées on s’arrête volontiers en terrasse déguster un Cap Corse Spritz ou un verre de vin local, tandis qu’un peu en contrebas, le port et son quai Landry s’éveillent à mesure que la nuit s’installe.

Les bars et « boîtes » se succèdent face à la mer et aux bateaux de pêcheurs et de plaisanciers amarrés. L’Escale et l’Eden semblent être les QG de la jeunesse en recherche de fête et de rencontres. Chaque soir des Djs y mixent en extérieur, les corps se délient et se rapprochent sous l’ombre bienveillante de la Citadelle. L’ancienne forteresse génoise surplombe la ville, le port de plaisance et les montagnes qui se jettent dans la mer. Depuis son enceinte, on découvre un panorama à 360 degrés à couper le souffle ainsi que des maisons typiquement « genovese » qui nous rappellent à quel point le lieu est chargé d’histoire. La large baie de Calvi est quant à elle, bordée sur 6 km d’une plage de sable blanc frangée d’une pinède, où l’on se rend volontiers, pour bronzer, se baigner ou s’adonner à des jeux aquatiques et de plage. Au loin, on peut apercevoir à la pointe d’une falaise rocheuse, le phare de la Revellata. Les randonneurs peuvent s’y rendre en empruntant l’un des sentiers qui y mènent, à travers la Balagne sauvage faite de criques et de pointes rocheuses.

Troisième étape : Se déplacer à bord du typique u Trinichellu

En Corse, « u Trinichellu » est le surnom affectueux donné au train composé de deux petits wagons qui sillonne la voie ferrée de la Balagne le long des côtes entre Calvi et l’Île Rousse. Cette sorte de navette circule fenêtres ouvertes, permettant ainsi aux voyageurs de découvrir un défilé de paysages plus incroyables les uns que les autres tout en effectuant des arrêts aux plus jolies plages du coin. Le moyen de transport parfait pour deux touristes comme nous qui n’étions pas véhiculées. Avec un arrêt à un pas de notre hôtel, nous en avons profité pour nous balader un peu partout aux alentours, en commençant par l’île Rousse, sa fameuse place Paoli où l’on joue à la pétanque sous les platanes centenaires, son marché couvert, sa plage de sable blanc et ses rues historiques. Les jours qui ont suivi, nous avons également visité le très joli village d’Algajola, sa forteresse et ses criques paradisiaques, la plage de Junquidou, celle de Bodri puis de Santa Restituta.

Quatrième étape : Naviguer au sein de la réserve naturelle de Scandola

La Réserve naturelle de Scandola fait partie des aires marines protégées inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Classée en 1975, elle occupe une surface de 1 669 hectares et protège une biodiversité remarquable tant au niveau de la faune que de la flore. Il est possible de la visiter en bateau le temps d’une journée, mais interdit d’y amarrer, d’y plonger ou de s’y baigner. Nous sommes parties en mer dès 9 h du matin à bord du ColomboLine. Confortablement installées sous les rayons du soleil, l’air marin dans les cheveux, nous en avons pris plein les yeux.

Au fur et à mesure de la navigation, nous découvrons de nombreuses structures rocheuses en caldeira dont la présence découle d’un ancien volcan. Peu accessibles, elles abritent des oiseaux marins et des plantes endémiques et protégées. La partie sous-marine accueille quant à elle une biodiversité épatante. Les nuances de bleu contrastent admirablement avec les falaises rougeâtres. Après 3 heures de navigation et un apéro à bord, nous faisons une pause au village de Girolata pour déjeuner. Ce dernier compte quelques maisons, toutes en granite rouge, parfaitement intégrées dans le paysage, ainsi que des gîtes et restaurants permettant d’y séjourner quelques temps. L’après-midi sur le retour, nous nous arrêtons quelques heures sur une plage paradisiaque puis regagnons le port de Calvi. Pour clore la journée en beauté, des dauphins nous accompagneront le long du chemin retour.

Cinquième étape : faire du 4X4 dans le désert des Agriates

Situé au nord-est de la Corse, entre les microrégions de Balagne à l’ouest et du Nebbio, les Agriates s’étendent sur une superficie totale de 15 000 hectares entre mer et montagne. Rien à voir avec un désert comme on peut l’imaginer, les Agriates ce n’est pas du sable à perte de vue mais plutôt une nature brute et sauvage, un décor impénétrable où la végétation méditerranéenne s’étend à son bon vouloir. Un panorama à 360 degrés de paysages préservés, de rochers déchiquetés et de criques difficiles d’accès dont les eaux transparentes sont dignes d’une carte postale. Autrefois les terres du désert des Agriates étaient cultivées afin de nourrir les locaux, mais aujourd’hui, on y trouve presque plus aucun signe d’habitat ou d’agriculture mis à part les bergers qui effectuent encore la transhumance avec leurs cochons et leurs chèvres.

Pour notre part, nous avons décidés de partir à la découverte des lieux à travers une excursion en 4×4. Dès 9h du matin, Thierry notre guide est venu nous chercher à l’hôtel pour la journée avant de récupérer 4 autres personnes avec qui nous avons rapidement sympathisé. L’ambiance dans le 4×4 est bon enfant et chaleureuse, Thierry, Corse de souche, nous raconte les traditions du pays, sa culture, son histoire, ses spécialités et nous apprend la prononciation de certains mots, tout en répondant à nos multiples questions. Nous empruntons de petits chemins qui serpentent à travers une nature époustouflante jusqu’à 1300 m d’altitude, effectuant de nombreuses pauses afin de profiter pleinement du panorama, puis nous nous rendons dans une auberge afin de déguster des produits du terroir. Après le repas c’est parti pour la plage paradisiaque de Saleccia accessible via 12 km de piste rocheuse durant lesquels nous nous faisons secouer comme des prunes (d’où la nécessité d’un 4X4) au son de chants corses qui emplissent l’habitacle. La destination est sublime, les eaux transparentes dignes des Caraïbes. Nous rentrons à l’hôtel en début de soirée, la tête pleine de paysages , de nouvelles connaissances et d’anecdotes.

Sixième étape : déguster des petits plats de qualité dans les meilleurs restos de la ville

Calvi regorge d’une multitude de restaurants dont les terrasses sont réparties directement en face du port, dans les ruelles pavées de la ville, sur les placettes ou encore à la citadelle. L’endroit étant très prisé des vacanciers, nous voulions à tout prix éviter les pièges à touristes, et avons pour cela fait en amont un petit tour d’horizon tout en demandant conseil à des locaux. C’est ainsi que nous avons découvert de véritables petits bijoux, tant au niveau gustatif, qu’au niveau de l’ambiance, de l’accueil et du décor. Coup de cœur pour A Cantina Di Delia, un restaurant familial où nous nous sommes faites chouchouter du début à la fin, le personnel est adorable et bienveillant, la terrasse borde une ruelle pavée animée à deux pas du port, et on y déguste notamment de délicieuses tagliatelles artisanales à la truffe ou des tapas entre burratina fraîche et porchetta. Chaque client se voit offrir un digestif à la fin du repas. Juste en face, la Bohème est une petite merveille, sa façade ocre cache un vaste et magnifique intérieur en pierre voûtée qui donne lui-même sur une large terrasse surplombant le port.

Les guirlandes lumineuses, les tables en bois brut, les fleurs séchées, les cierges, et la musique ( Edith Piaf, Joe Dassin, Dirty Dancing…) ajoutent à l’ambiance douce et chaleureuse de l’endroit. Le service est impeccable, homards et langoustes sont pêchés directement dans le vivier, le poisson est frais, la présentation est raffinée. En contrebas, directement au port « Comme chez soi » est à la fois un restaurant et un bar à vin. Le cuisinier sait mêler les saveurs à la perfection, le vin est délicieux, et on a adoré le papa du patron qui a passé une soirée à nous raconter des tonnes d’histoires sur la Corse. Pour les pizzas traditionnelles, le Via Marine et A Punta sont parfaits ! Enfin A Candella située dans l’enceinte de la Citadelle possède à n’en pas douter l’une des vues les plus incroyables sur la baie.

La Corse est une île paradisiaque et sauvage, dont les paysages somptueux sont restés intacts. Les criques préservées, les montagnes, le maquis, les eaux cristallines, les plats typiques, les petits villages perchés, les ruelles pavées et les Corses, nous ont totalement charmées. Nous ne regrettons en rien ce choix de destination. C’est sûr, nous reviendrons. Et vous, tentés par l’expérience ? 🙂

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Strasbourg"

À la une

À 1h de vol de Strasbourg : découverte de Calvi, petit joyau de la Méditerranée

Commentaires (2)

  1. Comment dire. C’est bien beau, mais à l’heure du Covid un peu déplacé, rapport au soutien à l’économie locale. Puis, avion, 4×4, hôtel, ce n’est pas à l’image de la nouvelle municipalité. Et enfin, dans la lignée, ce rêve a un coût que beaucoup ne peuvent se permettre et qui, pudiquement, n’a pas été dévoilé, surtout en haute saison. Sincèrement, c’est un reportage « d’avant ».

    • Oui bien d’accord avec toi, surtout que si l’on va sur air France, le billet aller avec hop est à 240€ environ et retour 250€ minimum loin des 60€ annoncés et grande utopie…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Strasbourg”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !