Quand on parle de Strasbourg, on a souvent tendance à s’arrêter à la Petite France, au Parlement Européen ou à la Neustadt. Et qu’on se le dise : c’est bien dommage. Ces 10 dernières années, en arpentant la ville dans ces moindres recoins, j’ai découvert des quartiers outsiders, des zones oubliées pleines d’histoire, de charme et de secrets. En quête d’atmosphères inhabituelles, de décors de films et de belles images à capturer, j’ai fini par m’aventurer dans le quartier du Port du Rhin, tout à l’est de Strasbourg.

Loin de moi l’idée de vous le présenter comme le mignon petit spot de ballade bucolique, on ne va pas déconner non plus. Mais tout de même, c’est un endroit que j’affectionne et qui vaut le détour. D’abord pour son esthétique industrielle tout droit venue des années 1900, ensuite pour son passé historique, ses belles péniches habitées et ses murs en ruines pleins de graffitis.

Allez, parce que je sais que vous crevez d’impatience, voici sans plus attendre un petit tour de piste de ce quartier si particulier.

© Samuel Compion

Petit point géo

D’abord comme son nom le laisse à penser, le Port du Rhin est situé le long du Rhin, et représente la dernière portion de territoire français avant l’Allemagne, Kehl et ses couches-culottes. Le quartier est ainsi calé entre l’Esplanade à l’ouest, les quartiers du Conseil des XV et de la Robertsau au nord-ouest et le Neuhof au sud-ouest.

C’est un quartier industriel qui couvre tout le côté est de Strasbourg, avec quelques rares commerces et zones résidentielles, situées uniquement dans le centre du quartier. Outre la zone proprement définie par les lignes géographiques, on peut situer le Port du Rhin dans une zone qui se situe de l’église orthodoxe (dont on te parlait ici) jusqu’à la réserve naturelle de l’Île-du-Rohrschollen, englobant le jardin des Deux Rives, la Clinique Rhena, l’Aérodrome de Strasbourg Polygone et bien-sûr, tous les bassins du port de Strasbourg et leurs portes-containers qui vont et viennent par dizaines chaque jour.

La minute Laurent Deutsch

Pour mieux comprendre le quartier, il faut d’abord connaître l’histoire de Strasbourg et de ses ports. Au Moyen Âge, le port de Strasbourg se trouvait en ville, au niveau de l’ancienne douane (oui, même si on a du mal à se l’imaginer maintenant). En 1882, ce dernier bouge vers l’Hôpital civil (bassin de l’Hôpital en lien avec le canal du Rhône au Rhin) puis vers la place de l’Étoile avec la construction du port de la porte des Bouchers, qui deviendra en 1892 le port d’Austerlitz, dont je vous ai déjà parlé il y a peu

Enfin, en 1899, il déménage une nouvelle fois pour se caler à son emplacement actuel, avec la construction de la capitainerie et des bassins du Commerce et de l’Industrie en 1901, qui sont toujours en place. Autour s’est alors développé le quartier historique du Port du Rhin, situé au bout de l’avenue de la Forêt-Noire et de la route du Rhin près du pont de l’Europe.

© Samuel Compion

Je ne vais pas vous refaire l’historique en détail : mais comme je sais que vous aimez la nostalgie, je vous lâche quand même une petite anecdote.

En 1925, la ville a fait construire un hippodrome au bord du Rhin, près du pont de Kehl, soit dans l’actuel jardin des deux Rives. Imaginez les courses de chevaux, les paris, les Gitanes sans filtre et les bérets gris. Maintenant, il y a le Pelpass Festival ou le Longevity.

En 1964, là où se dressait l’hippodrome, est construite la piscine du Rhin, transformée en 1985 pour devenir le centre aquatique Océade, que vous avez peut être eu la chance de connaître enfant. Cette dernière sera définitivement fermée en 1996 et détruite en 2001. Paix à son âme.

© kuriocity.fr

Le Port du Rhin, la résurrection

Aujourd’hui, le quartier est isolé du reste de la ville par ses friches industrielles.  Plusieurs bâtisses sont laissées à l’abandon et la zone souffre d’une réputation pas vraiment reluisante. Mais l’Eurométropole a initié un vaste programme d’urbanisation du secteur, le projet « Deux-Rives ».

Pour la faire courte, l’idée est de relier le secteur du Heyritz jusqu’au Port du Rhin, avec de nombreux aménagements au niveau du quartier dont la construction de la nouvelle clinique Rhéna ouverte en février 2017. Le centre du quartier lui aussi a bénéficié d’un coup de frais avec plusieurs ensembles immobiliers tandis que bon nombre d’entre eux sont encore en construction.  À terme, on parle d’un projet de 4 000 logements sur 74 hectares, un nouveau port de plaisance, une nouvelle gare fluviale, des bureaux et équipements public, et bien sûr, le fameux quartier de la COOP initié 2018.

>> À lire ou relire : Ça y est, le quartier COOP ouvre enfin ses portes aux Strasbourgeois ce week-end

À chacun de mes derniers passages dans le secteur, je vois le quartier évoluer, pas après pas, des bâtiments disparaissent et d’autres sortent de terre. C’est toutefois toujours un plaisir de s’y promener, loin de l’agitation du centre, loin des architectures modernes et des terrasses bondées. Attrapez votre appareil photo, aventurez-vous y au coucher ou au lever du soleil et prenez le temps de le découvrir. Qui sait, vous finirez peut être aussi par l’apprécier. Et si cela peut vous donner envie, voici une petite ballade photo, d’un bout à l’autre du quartier.

Sources : Carte des 15 quartiers administratifs de Strasbourg, « 74 hectares à modeler », DNA, rue89strasbourg,wikipedia

1 commentaire

  1. Joli article, il est plein de charme ce quartier avec ses petites friches, ces installations portuaires impressionnantes et ses perspectives sur la forêt noire. J’espère que le projet des deux Rives laissera un peu de ces espaces

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here