Le mastodonte si désiré et détesté par les Strasbourgeois devait ouvrir ses portes pour déverser ses montagnes de tissu dès le jeudi 16 avril. Mais comme on le sait tous depuis maintenant quelques mois, quand Covid passe par là, ça chamboule pas mal les agendas. Et malgré la réouverture des commerces, c’est une autre problématique qui est survenue : comment une ouverture rassemblant autant de monde pourrait-elle s’accorder avec les gestes barrières et la distanciation sociale ? Compliqué. Il a donc été décidé de repousser l’évènement ad eternam et aucune date officielle n’a été communiquée jusqu’à présent. Tristesse dans le petit coeur de certains consommateurs, mais a-t-on pensé aux quelques 250 futurs employés qui comptaient sur ce travail pour vivre ? Nous en avons contacté cinq pour savoir comment l’enseigne avait géré le lien avec eux pendant cette période de crise.

Primark Strasbourg – intérieur /@GoogleImages

Un long processus de recrutement

De décembre 2019 à janvier 2020, des centaines de personnes ont candidaté pour des postes chez Primark Strasbourg. Les candidats nous ont parlé d’un processus de recrutement long, commençant par un test en ligne, puis oscillant entre des entretiens collectifs et individuels qui peuvent durer 3 heures : « On nous présentait à la chaîne, on avait un exercice de groupe où il fallait communiquer ensemble pour réussir, et enfin un entretien d’embauche normal ». C’est les étapes qu’il faut passer chez Primark pour se hisser hors du panier et obtenir une promesse d’emploi.« On était par groupe de 10 et il y avait un nouveau groupe tout les 30 minutes. Je pense qu’il devait avoir au minimum 500 candidats ».

Les personnes sélectionnées à l’issue des entretiens ont reçu la validation par mail courant février, suivie d’une étape en ligne concernant les règles de sécurité. Une fois réalisée, 2 jours de formations payés étaient prévus fin mars. Les contrats de travail devaient être signés en mars également, et en CDI pour toutes les personnes qui nous ont répondu. Mais pas de chance, une pandémie mondiale est arrivée pile à ce moment.

Primark Strasbourg @Bastien Pietronave pour Pokaa

Confinés dès le 17 mars : l’impossibilité d’ouvrir le 19 avril

À l’annonce du confinement, les futurs employés de Primark ont vu leur promesse d’emploi repoussée à plus tard sans pouvoir se projeter sur une date d’ouverture, normalement prévue le 16 avril.

« Pendant la crise sanitaire, la marque nous a envoyé un mail afin de nous prévenir que les formations et l’ouverture du magasin allait être reportées et l’équipe nous a laissé les numéros des DRH » explique l’une d’elles.

Une situation difficile à gérer quand certain ont du faire un choix et quitter leur ancien job pour mettre la bague Primark au doigt : « Durant la crise, j’avais une situation très critique puisque j’avais démissionné de mon poste juste avant le début du confinement pour me rendre dispo pour Primark. Ils ont été très cool puisqu’ils m’ont fait signer mon contrat afin que je puisse déjà être payée. Le deal était le suivant : ils me faisaient déjà signer, et à la fin du confinement je devais être envoyée au Primark de Metz pour y travailler ».

Une situation bien gérée par la marque, mais tout le monde ne semble pas logé à la même enseigne. C’est le cas d’une des futures salariées qui depuis le report de la date d’ouverture, reste sans nouvelle : « on a reçu un communiqué de leur part pour nous dire que l’ouverture est repoussée, depuis silence radio, on est dans l’attente. Je compte beaucoup sur cet emploi », « j’ai essayé de les appeler. Le service RH est indisponible et par mail je n’ai encore eu aucune réponse. Nous ne savons pas où ça en est. J’étais très contente d’avoir été prise, c’est une marque que j’aime beaucoup. Je suis juste un peu déçue de pas recevoir de nouvelle de leur part ».

Primark Strasbourg – intérieur @GoogleImages

Des employés dans le brouillard

« Si cette promesse d’embauche ne revient que en septembre ou octobre, je dois absolument trouver un travail pour cet été parce que financièrement je ne m’attendais pas à une chute pareil. Hormis les APL, je n’ai le droit à aucune aide »

Des craintes justifiées alors qu’aucune date officielle d’ouverture ni de reprise de formations ont été communiquées aux futures équipes. Pour le moment, « ils se battent plus pour savoir quand ouvrir et finir les travaux ».

Des rumeurs circuleraient sur une ouverture le 15 septembre. Mais laisser 250 Strasbourgeois dans le flou et sans emploi pendant encore 4 mois, ce n’est pas forcément le meilleur souvenir à laisser pour Primark, une marque déjà pas mal décriée.

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here