Ces dernières semaines, difficile de lever la tête de sa situation et de trouver des bonnes nouvelles autour de soi. La fin du marathon du confinement est compliquée pour le moral. C’est pourquoi, alors qu’il ne reste plus qu’une semaine à rester chez nous, cette nouvelle douce et sucrée fait plaisir : le début de la saison des abeilles a commencé et il se trouve qu’elle démarre sur les chapeaux de roues en Alsace.

Un confinement qui a réduit la pollution atmosphérique et agricole

On pourrait être tenté d’attribuer cela au confinement, et c’est sans doute un peu le cas. Mais c’est en grande partie parce qu’il a provoqué l’absence de présence humaine dans les forêts. Moins d’humains, meilleur est le butin !

Fête du miel 2019.
© Nicolas Kaspar / Pokaa

Avec la diminution de l’activité agricole et donc l’usage de produits chimiques, notamment des cocktails de pesticides, nos amies noir et jaune sont plus tranquilles. De plus, la baisse de la pollution atmosphérique en cette période de confinement ne permet pas uniquement de sauver des vies, elle permet aussi aux abeilles de butiner en paix les fleurs qui sont également plus nombreuses.

Une météo clémente

Deuxième point qui, lui, n’est pas lié au confinement : la météo. On l’a tout vu ces sept dernières semaines avec un mélange de lassitude et d’amusement : il a fait très beau et doux pendant le confinement. Alors que le printemps dernier a été rude, avec du froid et de la grêle, les températures plus chaudes de cette année, avec en plus quelques passages de la pluie ces derniers jours en Alsace, promettent une belle saison 2020.

Le bon miel de sapin pris à la Fête du miel de Strasbourg version 2019.
© Nicolas Kaspar / Pokaa

Une bonne nouvelle donc pour les près de 3400 apiculteurs alsaciens. Par ailleurs, le miel d’Alsace est, depuis 2005, protégé par une Indication Géographique Protégée (IGP). Cela signifie que « les miels IGP sont analysés dans un laboratoire indépendant afin de garantir au consommateur une qualité et une origine au produit. Pour prétendre au label de qualité, il faut que les ruches soient sur la région et que l’apiculteur respecte le cahier des charges. »

Et si jamais vous souhaitez commander du miel d’Alsace, suivez ce lien où vous trouverez les différents producteurs certifiés IGP.

Le confinement a permis de réduire drastiquement la pollution atmosphérique ainsi que l’activité humaine, deux freins particulièrement importants dans la survie des abeilles. Si on rajoute à cela une météo favorable, on a quelques signes d’une année 2020 qui pourrait être des plus réussies. En attendant, il est agréable de voir que nos amies jaune et noir puissent bénéficier d’un environnement apaisé pour butiner. Pour leur plaisir, et le nôtre !

© PollyDot / Pixabay Licence

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    Les agriculteurs n’ont pas ralentit leur activité à cause du confinement. Cela suggère fortement que l’agriculture moderne n’est pas l’unique cause du déclin des abeilles et que le débat sur les pesticides (même s’il est nécessaire) cache une réalité plus complexe.

  2. Cela prouve bien que vous n’y connaissez rien en agriculture et êtes de mauvaise foi. Les activités agricoles ne tiennent pas compte du confinement. Au contraire le printemps est la période du désherbage . Ce type d’article discrédite la thèse que vous soutenez

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here