Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

Les Garçons bleus, la série dessinée qui fait le point avec bienveillance sur la masculinité

3.6k Lectures
Publicité
Publicité

Ces dernières années, les rôles genrés traditionnels ont pris un grand coup dans le paletot. Une vraie bonne chose, qui permet de nous considérer comme des personnes et non plus comme des êtres uniquement jugés selon notre biologie. Là-dedans, le concept de la masculinité se retrouve à la croisée des chemins : entre de plus en plus de critiques de masculinité toxique, de rôles qui changent et d’ouverture de paroles qui remettent en cause les habitudes d’hier, « être un homme » n’a jamais été aussi flou. Ce qui fait en grande partie sa richesse et le rend plus qu’intéressant à étudier ! Le projet Les garçons bleus, dont un Strasbourgeois fait partie, se charge de croquer la masculinité, à l’aise de 12 portraits et d’un stylo Bic. On t’en dit plus.

Quel est ce projet ?

Qu’est-ce que donc que Les garçons bleus ? C’est une série de Francisco Bianchi produit par Benjamin Bonnet producteur chez Mood Films. Thomas Voltzenlogel, directeur de production sur la série, Alsacien et qui a fait sa licence à Strasbourg en fac d’art du spectacle, m’en dit plus : « La série met en valeur la diversité des corps masculins et les histoires que ces personnalités singulières ont à raconter. Cela parle de nudité, de masculinité et de sexualité. » Dès lors, pas de top model aux tablettes de chocolat bien dessinées, mais plutôt des hommes musclés, minces, ronds, petits, grands. Qu’ils soient cisgenres, hétéros ou transgenres, anonymes ou plus connus, l’important est l’histoire qu’ils ont à raconter, le tout dessiné au stylo Bic bleu.

L’image sera accompagnée d’une voix-off, où ces hommes parleront d’eux-mêmes, sur leurs perceptions de la vie, de la nudité et de la sexualité. Le tout dans une vidéo d’approximativement une minute, qui s’annonce toute douce.

12 hommes en stylo Bic

Ce sont donc 12 portraits que vous pourrez découvrir. Parmi eux, un drag qui a débuté sa carrière en Californie, un jeune homme trans, un acteur, un dessinateur… Une diversité de profils qui ne fait pas inventaire à la Prévert juste pour répondre à des critères de diversité. Mais bel et bien pour représenter les hommes tels qu’ils sont.

Je ne pourrais néanmoins pas parler de ce projet sans mentionner que l’acteur jouant Martoni dans La Cité de la Peur sera aussi croqué au stylo Bic. Clairement ici, pas de débat : il ne bluffera pas. Un petit bonus qui rend tout de suite curieux.

Les dernières petites infos

Si vous voulez suivre ce projet, les deux premiers épisodes sont déjà sortis sur Youtube. Ils ont également un compte Instagram et si jamais vous souhaitez contribuer au projet, ils ont aussi une cagnotte Kiss Kiss Bank Bank.

Ce projet est une façon poétique d’aborder le sujet de la masculinité, dans toute sa diversité. Un concept à comprendre, à remodeler et à faire notre. Et si Les garçons bleus est en grande partie un projet parisien, Strasbourg représenterait également un terreau fertile pour aborder ce sujet. On y reviendra… 😉

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Strasbourg"

À la une

Les Garçons bleus, la série dessinée qui fait le point avec bienveillance sur la masculinité

Commentaires (3)

  1. Déjà il y a pleins de conneries dans cette article, toute cette utopie de l’homme vide et emasculé mais presenté comme « auto-defini et diversifié » ça fait pitié tellement c’est nulle

    J’ai regardé la vidéo. Et que vois-je de cette vidéo ?!
    Le nihilisme le plus totale… Voilà donc le résultat de la déconstruction des rôles genrée: une vacuité profonde des représentations. Avec des thèmes
    « Je suis donc euuhh voilà c’est tout, donc euhh mon projet de représentation c’est un homme qui se déshabille », « je m’auto-definie sans construction sociale »… Une vaste conneries. Personne ne s’auto-défini sans repère et les archétypes de virilité de longues dates ont servi à dynamiser les hommes en leur fixant un modèle. Faut juste être assez intelligent pour comprendre qu’un modèle n’est pas un idéal absolue mais un exemple d’aboutissement.
    Au lieu de comprendre ça, on a enlevé aux gens ce modèle et on ne l’a remplacé par rien.
    Nous verrons dans 20ans ce que ça donne mais les prémices se voient déjà dans les grandes mégapole occidentale où règne les nouvelles bien-pensance : des hommes complètement amorphes sans esprit de défi ni ambition dans leur vie.

    Bravo deconstruisez ce qui a fait votre civilisation.

    • Jojo: Félicitations, avec votre commentaire vous avez gagné la palme de: « Je fais partie entièrement du problème »

  2. Jojo, il faut à tout pris consulter un psychologue ou vous faire accompagner par un Homme masculin qui soutient notre civilisation …. a priori votre virilité en a besoin… signé : un homme a priori émasculé !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Strasbourg”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !