Bienvenue à La Hache, entre le pont du Corbeau et la rue de la Division Leclerc. Bienvenue dans un restaurant à l’ambiance chaude et aux lumières tamisées, un bistrot chic et moderne où l’on revisite le terroir français en y apportant une petite touche de modernité. Ouvert en continu et jusque tard dans la nuit, le resto à l’allure chaleureuse et cosy dévoile, au fil des heures, une autre facette de ses multiples personnalités : à midi pour un plat du jour, en pleine journée pour un café ou le soir pour siroter un cocktail accoudé au comptoir. Nous y sommes passé un dimanche pluvieux pour découvrir ce fameux resto aussi discret que reconnu. on vous en propose aujourd’hui un petit aperçu.

La Hache c’est un restaurant bien connu des Strasbourgeois. Ouvert il y a déjà six ans, le bistrot, tout droit sorti de l’imagination du groupe Diabolo Poivre (Tzatzi, East Cantine, La Corde à Linge, Le Square Delicatessen, Calmos), ne désemplit pas depuis sa création. Il faut dire que le resto a de la gueule : avec sa grande salle, fendue par de larges colonnes, ses boiseries et son bar cuivré toujours impeccable, il ferait presque passer pour des rigolos les plus chicos des restos parisiens de Saint-Germain-des-Prés.

Niveau déco, couleurs et aménagements on est plus que conquis : une fois que le jour s’est envolé il y règne une ambiance calme et décontractée, bien aidée par les nombreux luminaires qui éclairent d’une timide lumière. On a envie de chuchoter et en même temps de causer avec ses voisins, de se faire discret et en même temps de discuter comme dans une bonne vieille winstub. Le mélange des genres est subtil et ça colle. L’environnement est donc vraiment agréable et l’ambiance adaptée au moment (un froid dimanche d’octobre pré glaciation). On est bien mais pour l’instant, on n’a pas mangé l’ombre d’une tranche de rien du tout.

Alors qu’est ce qu’on mange ?

La nouvelle carte vient de sortir et voici quelques uns des plats que le chef Alexandre Haudenschild et son équipe vous proposent en ce moment :

  • Carpaccio de saumon gravlax, betterave et agrumes, tuile dentelle 9,00 €
  • Escalope de foie gras poêlé, quetsches, roquette & jus de veau 14,00 €
  • Magret de canard rôti, raisins & mousseline de potimarron 19,00 €
  • Parmentier de canard aux noisettes & crème de parmesan, salade 14,00 €
  • Tiramisu New-Yorkais 7,50 €
  • Barre chocolat mousse vanille, caramel & cacahuètes 7,50 €

Aussi, le restaurant propose une formule plat du jour :

  • Plat 12,00 €
  • Entrée + plat 17,00 €
  • Entrée + plat + dessert : 22,00 €

Voir la carte complète juste ICI

Et alors ça donne quoi ?

Des plats simples et sans fioriture, une proposition diversifiée de type bistrot toujours avec un clin d’œil au terroir, des compositions maisons fraîches et créatives qui s’enchaînent, avec des plats copieux comme le ferait ta grand-mère. Pas d’artifices inutiles : c’est tout simplement bon sans aucune once de prétention. Les saveurs sont équilibrées, le chef a fait le choix de mettre les pieds dans le plat en proposant une carte hivernale composée de produits de saison et encore une fois, ça colle. Du potiron, de la betterave, des escargots : ça fonctionne. Bien sûr, les assiettes proposées ne demandent pas une grande technicité, ce sont des plats simples et accessibles que l’on peut préparer et dresser assez rapidement, service en continu oblige. On peut donc parfois trouver que les plats sont un peu trop simples.

Malgré ce détail, La Hache entre directement dans nos destinations favorites pour s’attabler en famille ou entre amis dans un endroit chaleureux pour éloigner la grisaille de l’hiver.


LA HACHE

11 Rue de la Douane
67000 Strasbourg
0388323432

Ouvert tous les jours de midi à 1h30
Cuisine en continu

Le site internet avec la carte

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est la-hache-image00026-1024x768.jpeg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est la-hache-image00022-768x1024.jpeg.

3 COMMENTAIRES

  1. Avec les années le décor de haches en tous genres a laissé place à un lieu plus feutré, moins bistrot. Un « bobo chic ».
    Les plats sont soignés dans leurs présentations , un peu trop même pour l’habitué des débuts.
    Moins de chichis pour retrouver une cuisine moins farfelues, et un retour aux sources qui ont fait son succès, c’est bien.
    Ce sera un plaisir d’y retourner tantöt, les nuits se faisant plus longues.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here