Au niveau du handisport, de plus en plus d’initiatives sont prises pour améliorer la visibilité des sportives et sportifs souffrant d’un handicap. Et il est important de les mettre en avant. En ce sens, le fait que se déroule à Strasbourg, du 24 au 26 octobre prochain, le premier tournoi français handisport de tennis pour les jeunes est une superbe nouvelle ! Pour approfondir un peu plus sur le sujet, on est allé rencontrer Charline Delauney, présidente de la Commission Santé et Handicap au Comité départemental du Bas-Rhin.

Note de l’auteur : Merci à Charline Delauney pour les photos.

Charline Delauney, présidente de la Commission santé et handicap

Il est assez rare que l’on parle de handisport. Parce que le sujet n’est ni vendeur ni médiatique. Pourtant, de nombreux acteurs essayent de faire bouger les choses, afin de permettre aux personnes en situation de handicap de pratiquer un sport, « comme les autres ». Cette thématique est profondément sociale et demande à ce qu’on s’y intéresse davantage.

Du 24 au 26 octobre prochain auront donc lieu au Centre de Ligue de Tennis à Hautepierre – à l’arrêt Parc des Sport, sur la ligne A – deux tournois de tennis. Le premier pour les joueurs de tennis fauteuil où sont attendus neuf jeunes et l’autre pour des personnes déficientes visuelles, le cécitennis, au nombre de quatre inscrits. Ces tournois sont des premières éditions sur le plan national, avec des joueurs venant des quatre coins de la France. Qu’ils soient débutants ou confirmés, compétiteurs ou non, ils vont faire connaissance et échanger sur leurs expériences.

Organisé par la ville et le Comité départemental, avec le soutien de la Région, cet événement tennistique a donc pour but de montrer que le tennis peut-être un vecteur d’inclusion pour tous ses pratiquants, handicap ou non. Pour aller plus loin, et parler davantage de l’événement en lui-même, je suis allé discuter avec Charline Delauney.

D’où est venue l’idée d’organiser un tel événement ?

« Elle est venue peu après que Pascal Hladnik, le Président du CD67 de Tennis, m’ait confié la Commission Santé et Handicap. N’étant pas dans les instances du Tennis, je ne savais pas ce qui était possible de faire, les limites données. Il m’a dit « tu as carte blanche ». À partir de ce moment-là, je suis allée dans les clubs où il y avait du tennis adapté et du tennis en fauteuil dans le Bas-Rhin.

Laurent Fischer, un des tennismen handisport français les plus connus. Et il est Alsacien ! Crédit photo : Nicolas Kaspar

Quand je les ai rencontrés, j’ai longuement discuté avec eux, et c’est à partir de ce moment-là que l’idée est venue. Nous entendions souvent parler du Tennis Fauteuil avec Stéphane Houdet, Nicolas Peiffer, et des joueurs alsaciens avec Laurent Fischer et Sébastien Husser mais chez les juniors…. pas de tournoi pour eux, pour leur catégorie. Les jeunes sont souvent obligés de jouer chez les adultes pour pouvoir faire de la compétition…

Le tournoi qui était prévu au départ pour fin 2018, validé à l’unanimité par les membres du CD67 de Tennis a été finalement reportée à fin 2019, le temps de trouver des sponsors. Un tournoi avec des joueurs en fauteuil demande de respecter un cahier des charges : trouver un hébergement ayant assez de chambres pour personnes à mobilité réduite, un kiné, un médecin, des véhicules aménagés bref, un défi que nous avons su relever.

Le fait de reporter ce tournoi m’a permis aussi de le peaufiner, d’inclure un après-midi de sensibilisation autour du handicap qui était à mes yeux important. Profiter de ce tournoi pour toucher un plus large public, de le sensibiliser.

Pourquoi est-il important de sensibiliser au tennis handisport, mais plus généralement au handicap ?

J’avais eu l’occasion d’aller voir les Championnats de France Seniors+ à Illzach et le tournoi de Sebastien Husser au Centre de Ligue de Tennis à Brunstatt. Le constat était que, hormis les amis, la famille, les organisateurs et les bénévoles, il n’y avait pas de spectateurs ! Eh oui, pourquoi allez voir des joueurs en fauteuil, quel intérêt ? Et pourtant c’est impressionnant, cette vitesse de déplacement, cette volonté de gagner tout en se faisant plaisir et une ambiance vraiment incroyable entre les joueurs.

Pour mon tournoi je voulais que ce tournoi ne soit pas juste un tournoi mais vraiment un moment de partage entre joueurs en fauteuil et valide. Que des valides puissent se mettre en situation de mobilité réduite et se rende compte de la difficulté de se déplacer, tout en jouant, en tenant une raquette, que les joueurs en fauteuil sont aussi et autant capable qu’un joueur valide. Que le regard sur le handicap change.

Pourquoi se focaliser sur la sensibilisation des enfants ?

En touchant les enfants, leur proposer cette sensibilisation serait une démarche intéressante pour eux. C’est pour cette raison que j’ai soumis cette proposition au Service des Sports de Strasbourg Eurométropole, au Conseil Départemental du Bas-Rhin qui ont validé à 300% cette démarche de sensibilisation. Pour la Ville, c’est le Service en charge des Solidarités, de la Santé et de la Jeunesse qui a pris le relais avec le Conseil Départemental du Bas-Rhin.

Pendant ce tournoi, une centaine d’enfants de Centres Sociaux et Culturel, d’Associations Sportives de Strasbourg ont répondu positivement à cette journée. Cinq groupes de vingt enfants vont tour à tour s’essayer au tennis en fauteuil et au cécitennis à travers de petits ateliers qui leur permettront d’évoluer et de comprendre la complexité.

Qu’est-ce que vous attendez de ces tournois ?

Ces manifestations sportives en termes d’organisation, c’est très lourd mais si le 24 octobre au soir, les enfants repartent heureux de s’être initiés au tennis en fauteuil et au cécitennis, qu’ils aient un autre regard sur le handicap, si le 26 samedi au soir les joueurs repartent tous avec un grand sourire, heureux d’être venus, qu’ils ont passé un bon moment tous ensemble, alors j’aurai « accompli » ce que je souhaitais mettre en place.

Certes quand on parle de tournois, on attend des résultats, il y a la pression, l’angoisse de ne pas réussir. Mais pour ces tournois, le mot d’ordre avant tout, c’est amusez-vous, prenez du plaisir ! Vous êtes de joueurs avant tout, débutant ou confirmés, loisirs ou compétiteurs, certains jeunes auront peut-être envie de faire des tournois par la suite, d’autres continueront en loisirs, mais ce sera un moment de partage, de convivialité, la possibilité de jouer avec des joueurs de leur âge soit en balles dure ou en balles orange ou rouge. L’important c’est d’être ensemble, quel que soit le résultat. »


Le premier tournoi français jeune de tennis en fauteuil et de cécitennis arrive à Strasbourg !

Du 24 au 26 octobre

Centre de Tennis, rue baden Powell, Strasbourg


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here