Tout Alsacien qui se respecte sait apprécier la douceur de vivre strasbourgeoise. Que l’on vive ici depuis 30 ou 3 ans, on ne se lasse jamais vraiment du sel sur les bretzels et des lardons sur les tartes flambées. Mais parfois, pour le sport, l’Alsacien a aussi besoin de quitter ses Vosges et ses vignobles, pour partir à la découverte de cet étrange bout de terre qui caresse ses frontières : la France de l’intérieur. C’est ainsi que, pendant les vacances d’été, j’ai décidé de traverser notre beau pays pour troquer ma pinte de Picon contre un verre de Pastis. Direction : le sud de la France et plus précisément, Marseille et ses environs. Et comme un peu d’évasion et de dépaysement n’a jamais fait de mal à personne, j’avais envie de vous emmener, le temps d’un article, dans ce petit voyage qui sent bon la lavande et le savon.

Strasbourg / Marseille

Aux premiers abords, Marseille et Strasbourg, c’est un peu comme une vieille boîte de nuit : deux salles, deux ambiances. Pendant que la première baigne dans une culture méditerranéenne bien trempée, l’autre fricote avec une Deutsche Qualität plus réservée. Pendant que l’une supporte l’Olympique de Marseille en buvant du Pastis, l’autre se ressert une pinte de Picon en chantant « Allez Racing ! ». Pendant que Marseille se nourrit d’une bouillabaisse venue de la mer, Strasbourg fait sortir les ingrédients de sa choucroute directement de terre. Niveau volume aussi, ce n’est pas la même limonade : Marseille a 3 fois plus d’habitants que Strasbourg. Normal, donc, qu’elle soit considérée comme la deuxième ville la plus peuplée de France, juste après Paris. Elle est également 3 fois plus grande en terme de superficie : alors que Strasbourg s’étend sur environ 80 km2, Marseille grignote 240km2 de territoire. Normal, donc, que Samy Naceri ait eu autant de succès avec ses raccourcis et son Taxi, parce qu’il faut en faire des kilomètres pour passer d’un point A à un point B dans cette ville gigantesque.

Mais pourtant, malgré les 800 kilomètres qui les séparent et les multiples différences que je viens de citer, la cité Phocéenne et notre capitale alsacienne ont plus de points communs qu’on pourrait le penser. Déjà, Marseille aussi a sa Môman. Pendant que nos touristes immortalisent en masse notre Cathédrale bien aimé, les marseillais prennent leurs selfies devant la magnifique basilique Notre-Dame de la Garde, qui surplombe le Vieux-Port. Autre point commun : nous ne sommes pas toujours très fiers de nos « enfants du pays »… Marseille se tape Jul, nous c’est Matt Pokora : finalement, c’est un peu le même combat. Bien qu’en terme de célébrité, il est tout de même important de rappeler qu’on doit à la ville du soleil la naissance d’un héros national, d’un homme sans qui le monde ne serait pas le même aujourd’hui, j’ai nommé * main sur le coeur * :

Zinedine ZIDANE- France / Cote D’Ivoire – 17.08.2005 – Match amical a Montpellier

Mais si Zinédine Zidane est bel et bien marseillais, profitons de ce petit aparté pour rappeler que notre hymne national, lui, est d’origine strasbourgeoise 😉

Mais bref, je vous avais parlé d’un voyage qui sent bon la lavande et le savon non ? Alors chopez une bonne crème solaire : je vous emmène à la découverte de Marseille.

Les bons bails

#1 : Boire un bon pastaga sur le Vieux-Port de Marseille

Parce que oh ! On s’est quand même pas tapé 800 km et 10 heures de train pour rien non ? Alors maintenant qu’on est là, on se balade sur le port, on admire le paysage, on se trouve une petite terrasse, on commande notre pastaga et on se la joue lo-cal. Parce que, finalement, rien de plus marseillais que le pastis non ? Eh bien non. Figure toi cher lecteur, qu’en fait le pastis vient historiquement… d’Avignon. Et oui, Avignon, ville de Jules François Pernod, producteur d’absynthe dans les années 1880 et créateur de la marque « Anis Pernod » en 1921. C’est lui qui tenait le game de la boisson à l’anis avant l’arrivée de son concurrent direct, Ricard, en 1932 (aujourd’hui leader mondial). Une petite anecdote qui va donc te permettre de briller à l’apéro et de te faire plein d’ennemis sur le Vieux-Port de Marseille. De Rien.

On est peut-être à Marseille mais on reste quand même Pokaa donc nous, c’est Perroquet

#2 : Hisser la grande voile et glisser sous le Mistral

Maintenant qu’on est sur le Vieux-Port, qu’il fait beau, qu’il fait chaud, autant en profiter pour faire rager ses abonnées Instagram. Et pour ça, j’ai le plan qu’il te faut : un petit tour en voilier libre-service pour découvrir la ville depuis l’eau. Au départ du port, tu peux louer, grâce à l’appli SailEazy, un bateau pour 1h, 2h ou même une après midi entière si tu te sens chaud ! Si tu sais déjà naviguer, il te suffit en quelques clics de réserver pour pouvoir partir à l’aventure en toute autonomie. Et ça c’est quand même bien stylé. Si tu préfères prendre l’apéro plutôt que de jouer les matelots, c’est possible aussi : un skipper formé et dispo peut accompagner ton équipage pour une balade sur les flots. En tout cas, j’ai testé pour vous et j’ai vraiment adoré découvrir Marseille depuis la mer. J’ai pu jouer les James Bond Girl en tenant la barre, faire un remake de Titanic et surtout, bien rigolé avec l’équipe qui est aux petits soins pour les marins d’eau douce. Et la bonne nouvelle, c’est que si jamais vous passez par Marseille, cette joyeuse compagnie a accepté de vous filer 50 euros de remise sur la première résa, simplement en insérant le code promo POKAASAIL dans votre commande. Alors… plus belle la vie ? Pour en savoir plus, ça se passe par là.

#3 Stimuler ses pupilles et ses papilles dans le Vallon des Auffes

Un autre spot incontournable de Marseille : la corniche Kennedy ! Sur plusieurs kilomètres, qui vous emmèneront de la Plage des Catalans au Prado, la corniche permet de profiter de plusieurs choses intéressantes : 1) le plus long banc du monde (true story), 2) des bars et des restos pour siroter des jus de fruits pressés face à la mer et faire des likes sur les résow (pouloulou) et 3) le Vallon des Auffes. Personnellement, ce dernier point est l’un de mes gros coup de coeur à Marseille : au milieu de nulle part, coincé entre deux falaises, se trouve ce petit port de pêche auquel on accède uniquement grâce à des escaliers étroits. La mer en face, la basilique dans le dos : une fois qu’on est à l’intérieur de ce petit havre de paix, on a l’impression que le temps s’arrête. Et ça, ça donne envie de manger une bonne bouillabaisse. Pour rappel, la bouillabaisse, c’est le plat marseillais phare. Il se compose « d’une soupe de poissons que l’on mange avec des croûtons de pains souvent aillés et tartinés de rouille, de poissons servis entiers, et de pommes de terre. » Et ça tombe bien : pas mal de restos la propose aux alentours du Vallon des Auffes. Par contre, préparez-vous à lâcher du flouze : pour avoir une bonne bouillabaisse à Marseille, il faut compter au minimum 50 balles. Mais avec une bonne vue sur mer, ça vaut vraiment le coup !

#4 Prendre un apéro de qualité supérieure sur des falaises de Malmousque

Pendant que les Strasbourgeois se retrouvent sur les quais pour prendre l’apéro, les Marseillais, eux, se donnent rendez-vous sur les falaises de Malmousque. Une bonne tapenade, quelques bières, une serviette et des copains : c’est tout ce dont tu auras besoin pour prendre un apéro de qualité… Le paysage s’occupe du reste. Une fois posés sur les falaises, c’est un vrai plaisir d’observer les locaux se jeter de plusieurs mètres de haut pour sauter dans une eau salée à 25 degrés. Et c’est tout aussi jouissif de profiter des derniers rayons du soleil et d’assister à un crépuscule aussi coloré qu’une robe Desigual. Bref, un spot à découvrir absolument un soir de beau temps. Autrement dit, la majorité de l’année à Marseille, qui caracole en tête des villes les plus ensoleillées de France (sans surprise, Strasbourg n’apparaît pas dans ce classement…).

#5 Saturer ses storys Instagram avec les œuvres street art du cours Julien

Pour ce plan là, pas besoin de beaucoup de mots, les images parlent d’elles-mêmes. Personnellement, j’ai adoré ce quartier que j’ai trouvé coloré, vivant, en ébullition. Pas de conseils en particulier : juste allez vous perdre dans les ruelles pour vous prendre en pleine face des œuvres toutes plus incroyables les unes que les autres.

#6 : Faire les calanques en mode rando et transpirer comme un chameau

Ahhh les calanques de Marseille, ! On en parle beaucoup, mais savez-vous au moins ce que c’est ? Selon une source proche du dossier (Wikipédia), une calanque c’est en fait « une vallée creusée par une rivière, puis récupérée par la mer. » A Marseille et ses alentours, il y en a environ une vingtaine. De notre coté, comme on aime bien transpirer, on a décidé d’aller découvrir ces fameuses calanques en faisant une randonnée de presque 6h, sous 40 degrés, entre midi et deux. Best. Plan. Ever. Nous sommes donc partis avec nos petits sacs à dos et nos 2 litres d’eau au départ de Cassis, ville magnifique à 30 kilomètres de Marseille. Le programme : découvrir trois calanques à savoir Port-Miou, Port-Pin et pour finir la calanque d’En-Vau. Pendant environ 15 kilomètres de roches, de pentes et de sueur (parcours à découvrir ici), nous avons traversé des paysages complètement dingues, faits de pin, de soleil et de mer. Nous avons rencontré des sangliers et profiter avec bonheur de la bande son officielle des villes du sud : le chant des cigales. D’ailleurs, toujours pour briller à l’apéro, sachez que le célèbre « griigriigriigrii » des cigales, c’est en fait un moyen pour les mâles de pécho quand la température est supérieure à 25 degrés. Allez comprendre. Bref, après plusieurs heures de chaleur et d’efforts, on a finalement rejoint la calanque d’En-Vau, où nous avons pu dévorer notre sandwich bien mérité, les pieds dans une eau bleu turquoise. Et rien que pour ça, ça valait vraiment (vraiment) le coup d’en chier un peu.

#7 : Se prendre pour Gandalf dans le Minas Tirith provençal

Pendant votre séjour à Marseille, il y a forcément une journée où vous allez vous retrouver nez à nez avec l’habitant le plus célèbre de la ville : pas le Mistral Gagnant (ça c’est un bonbon en poudre qui a donné son nom à une chanson de Renaud), mais le Mistral tout court, un vent réputé violent que les acteurs de Plus belle la Vie connaissent bien. Dans ces journées-là, il est toujours intéressant d’avoir un bon plan loin des côtes, pour ne pas se retrouver emporté par le vent. Et justement, en voilà un pour toi ; à 1h14 précisément de Marseille en voiture, dans les terres, se trouve Gordes. Quand on arrive à Gordes, on ne peut pas s’empêcher de siffloter l’air du Seigneur des Anneaux tant la petite ville, perchée sur son rocher, ressemble à une version provençale de Minas Tirith (les vrais savent), dans laquelle les gobelins et les hobbits auraient été transformés en fleurs et en cigales. Situé dans le parc naturel régional du Luberon, Gordes fait partie des plus beaux villages de France et on comprend très vite pourquoi. C’est un vrai régal de se perdre dans ses rues, d’aller manger une glace en écoutant un musicien sur la place principale ou encore de faire péter le PEL en allant prendre un thé au Palace de la Bastide, un hôtel de luxe 5 étoiles qui offre une vue imprenable sur les paysages alentours.

Évidemment, tous ces plans sont non exhaustifs : il y a des centaines d’autres choses géniales à découvrir à Marseille. Comme allez visiter Notre-Dame de la Garde ou faire un tour au Mucem, ne serait-ce que pour son architecture à dentelle qui fait passer la lumière. On ne vous a pas parlé non plus du marché de Noailles qui met 5 fruits et légumes dans ta journée ou de la Calanque les Goudes, une véritable petite merveille. Mais on ne va pas tout vous spoiler, parce que la meilleure manière de découvrir Marseille… c’est d’y aller.


Un immense merci à mes hôtes, Dimitri et Soizic, qui m’ont emmené avec passion dans les coulisses de leur région <3 Ah et si jamais il passe par là, la bise aussi à Zinédine Zidane #tmtc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here