Des militant.es d’ANV COP 21 ont dérobé le portrait d’Emmanuel Macron de la mairie de Vendenheim en signe de contestation contre le GCO ce 19 juin. Une conférence de presse, avec 3 personnes qui passeront en procès le 26 juin pour la même action réalisée en mars à Kolbsheim, a eu lieu dans la foulée.

Aux alentours de 16h ce 19 juin, une petite dizaine d’activistes écologistes pénètrent dans la mairie de Vendenheim. Calmement, elles ignorent l’hôtesse d’accueil, montent un escalier et entrent dans une salle dans laquelle est censé être le portrait d’Emmanuel Macron. Un des militants le décroche et le groupe se dirige immédiatement vers la sortie. L’objet est ensuite acheminé vers un lieu secret, l’action aura duré moins de 5 minutes.

En tout, ce sont 125 portraits du président de la République qui ont été réquisitionnés lors d’actions d’ANV COP 21 à travers la France ces derniers mois. Ce mouvement, dont le sigle signifie Action non violente COP 21 s’est créé avant la Cop 21 de Paris en 2015, où les autorités de 21 pays tentaient de signer des accords pour le climat. Sous sa bannière, des citoyens et citoyennes s’organisent pour monter des actions pour protester contre « l’inaction climatique des gouvernements. »

« Emmanuel Macron a été sacré champion de la Terre, il fait de beaux discours sur l’écologie, mais à côté de ça, il favorise des pratiques climaticides. Nous en avons un exemple très concret ici avec le Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO), qui a causé une déforestation massive juste à côté de Vendenheim. Ce projet apparaît comme inutile car il n’abaissera ni la pollution ni les embouteillages, et ce sont des enquêtes scientifiques qui le prouvent. Nous voulons montrer le vide de l’action pour l’environnement du gouvernement, en laissant un espace vide derrière nous, dans les mairies. » déclare Clément, qui fait partie du mouvement. De plus, le maire de Vendenheim, Philippe Pfrimmer, est connu pour s’être mis à soutenir le GCO brusquement, après y avoir été longtemps opposé.

36 écologistes en procès pour des décrochages de portraits

L’État a riposté contre ces actions. De nombreuses enquêtes ont été menées partout en France contre des activistes d’ANV COP 21, et ont notamment abouti à 50 perquisitions. Début mars, Mickaël, Lucille et Sylvain avaient décroché la photo d’Emmanuel Macron à la mairie de Kolbsheim. Présents à une conférence de presse dans la foulée de l’action du 19 juin, à laquelle ils n’ont pas participé cette fois-ci, ils font partis des 36 militant.e.s en procès. Le chef d’accusation : vol en réunion. Leur passage au tribunal aura lieu le 26 juin, à Strasbourg. Un appel à rassemblement a été lancé de 8h à 13h pour les soutenir. Plusieurs collectifs ont organisé un « village associatif et diverses animations » pour l’occasion.

Dany Karcher, maire de Kolbsheim et opposé au GCO est là aussi : « Moi je suis admiratif de ce que ces personnes font. Je ne vois pas en quoi un vol a été commis. Le portrait est à la commune. Nous n’avons absolument pas porté plainte. Je dirais qu’il a simplement été emprunté. Maintenant il est à nouveau accroché. » En effet, pour ce cas précis, le portrait a été rendu à la mairie de Kolbsheim.

Pas peur de ce procès

Lucille ne craint pas le procès en lui-même, mais s’inquiète de la répression qu’elle subit : « C’est la disproportion entre nos actes et les conséquences qu’ils ont qui est inquiétante. Il y a une volonté d’écraser le militantisme qui est totalement antidémocratique ! Cela interroge pour l’avenir. » Mickaël embraye : « On en a fait un procès politique, c’est une tribune pour nous. Tout le monde se rend bien compte que ces poursuites sont injustifiées et scandaleuses. »

Sylvain insiste sur la pression qu’il désire mettre au gouvernement : « On veut absolument faire du bruit, faire éclater la vérité. Ce gouvernement ne fait rien, il empire même la situation avec des projets comme le GCO. C’est un plan Marshall qu’il devrait mettre en place pour enrayer le réchauffement climatique et l’érosion de la biodiversité. Moi non plus je n’ai pas peur de ce procès, je serais même prêt à me sacrifier, la situation est trop grave ! »

>> Texte et photos de Thibault Vetter <<

1 commentaire

  1. Le procès des 3 activistes qui ont participé au décrochage du portrait de Macron à Kolbsheim en mars dernier, aura lieu le 26 juin et non le 25 comme vous avez indiqué dans l’article…. merci de corriger SVP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here