Manger moins de viande, privilégier les modes de transports doux – marche et vélo –, moins utiliser de plastiques… il existe une multitude de manières d’aider notre planète. Si chacun œuvre selon son rythme, une des composantes les plus importantes – et les plus visibles – de la pollution reste les déchets. Surtout quand ils sont jetés dans la nature ou, pire, à proximité d’une poubelle. H2OPE, une start-up alsacienne, a pris une belle initiative pour tenter de réduire l’impact des déchets sur notre écosystème strasbourgeois : un RiverWhale. Pokaa t’en dit plus avec en bonus les mots de Sébastien, l’un des créateurs du projet…

Un projet préparé en amont

« Baleine de rivière », pour les adeptes de la VOSTFR, le RiverWhale est un prototype né de l’esprit de trois alsaciens : Sébastien, Brice et David. « Depuis août 2017 on est nous trois dans le projet. Ça vient d’une vraie sensibilité à l’écologie : on a regardé beaucoup d’études sur les cours d’eau français, pour savoir si quelque chose était déployé pour justement réduire l’amas de déchets. Et on a décidé de monter un projet. » m’a précisé Sébastien, quand je l’ai rencontré autour d’une bière. Ce projet se nomme H2OPE et c’est une start-up visant à innover dans les méthodes de collectes de déchets.

Crédit @H2HOPE

Le projet du RiverWhale ne vient donc pas de nulle part et il a été monté en collaboration avec l’Eurométropole, la Région Grand Est et le Port autonome depuis plus d’un an maintenant. « Pour l’instant, ce n’est que notre investissement, on ne reçoit pas de subvention. » précise Sébastien.  Désormais, pour deux mois, le RiverWhale va balayer les eaux strasbourgeoises ; le premier mois ce sera la presqu’île Malraux – et cela a déjà commencé – et le deuxième mois verra le prototype arpenter un tronçon de l’Ill.

Le RiverWhale, qu’est-ce que c’est ?

Passons maintenant au présentation avec ce modèle qui  « tranche avec le paysage que l’on voit habituellement sur les canaux strasbourgeois, ce n’est pas une péniche en métal ! » ajoute Sébastien.  Le prototype interpelle et fait réagir sur les réseaux sociaux, il n’y a qu’à voir les réactions lors de l’annonce.

Selon Sébastien, le RiverWhale tient son nom de sa ressemblance à l’animal marin qui a un jour avalé Pinocchio. Plus important, il est également respectueux de l’écologie : « C’est un produit recyclable ; il sera en plastique recyclable, lui-même déjà constitué de plastique recyclé. Et en plus, il ne fonctionne pas à l’énergie thermique : il ne fonctionne qu’avec le courant de surface ou celui prodigué par l’eau. »

Collecter les déchets dans les cours d’eau : un objectif et une priorité

Son but est donc de collecter des déchets dans les cours d’eau ; pour cela « le RiverWhale se compose de deux bras, avec des grands et petits fanons. On peut les ouvrir jusqu’à cinq mètres cinquante environ. Le but sera en fait de capter le plus de déchets possibles, que ce soit ceux qui flottent ou ceux qui ont déjà coulé. Pour notamment donner une deuxième vie à ces derniers, à travers le recyclageMais aussi pour éviter qu’une pollution des eaux locales se transforme en pollution du circuit général. »

Ce problème est d’ailleurs fondamental dans la pollution des eaux ; en effet, les déchets plastiques jetés dans les cours d’eau sont une cause majeure de la pollution des océans. Cela montre donc bien que le problème est actuel et que les initiatives de ce genre de la part de H2OPE est bienvenu.

Le premier objectif de cette start-up est donc de donner une estimation de la masse de déchets présents sur la presqu’île Malraux. Après déjà quatre ramassages, le constat est alarmant : « Alors qu’on est en période hivernale, que les gens sortent moins et traînent moins dehors, en quatre ramassages on a déjà quasiment 16 kilos de déchets plastique sur la zone Rivétoile ! »

Une multitude de collecteurs pour une solution globale de la gestion des déchets

Pour lutter contre ce problème global, n des buts visés par H2OPE est de mettre à disposition de l’ensemble des syndicats des eaux une multitude de collecteurs : « en fonction des zones, la pollution sera différente et comme elle obéit à des règles bien précises, les réponses que l’on devra apporter ne seront pas toutes les mêmes. » précise Sébastien.

Crédit @H2OPE

Pour cela, il faut davantage penser à une solution globale : « au niveau de la gestion des déchets, il faut une solution globale : ça ne sert à rien de récupérer les déchets une fois tous les 36 du mois, il faut le faire régulièrement ; par exemple deux à trois fois par semaine, dans un circuit de collecte, de tri, de pesée et enfin de valorisation du déchet. » conclue Sébastien.

Les projets H2OPE et RiverWhale n’en sont qu’à leurs débuts, mais force est de constater qu’ils ont déjà eu le mérite d’interpeller les strasbourgeois. Par son design, le prototype de collecte des déchets retient l’attention et permet de parler d’une cause écologique majeure. Alors, cette fois-ci, contrairement à Pinocchio, faîtes confiance en la baleine !

2 COMMENTAIRES

  1. Strasbourg ville à la pointe des recherches écolo. Plus grandes pistes cyclables européennes et maintenant projet innovant dans le nettoyage de nos cours d’eau. Il était temps !!! ps super article !!

  2. N’importe quoi le modernisme….
    Dans le temps les gens étaient éduqués aujourd’hui il faut nettoyer..
    En plus la main d’oeuvre remplacés par des robots…
    On pollue pour les fabriquer
    On pollue pour les transporter jusqu’à l’usage.. ..
    On pollue pour les recharger…
    On polluera in jour pour les recycler….
    Écolo ? Vous avez écolo ??? Comme c’est écolo !!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here