Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

Il était une fois… la Main Noire, ce réseau de résistance strasbourgeois

12.8k Lectures
Publicité
Publicité

Le 4 novembre dernier s’est éteint à Montpellier un Alsacien du nom de Jean-Jacques Bastian. Il avait 95 ans. Il était le dernier membre vivant du réseau de résistance strasbourgeois la Main Noire. La disparition des êtres ne devant pas entraîner dans son sillage celle de leur mémoire, il me semble bon de se remémorer – ou tout simplement de découvrir, car son histoire n’est pas si connue – ce que fut la Main Noire.

14 avril 1942. 6h15. Prison de Stuttgart en Allemagne. Un jeune Alsacien de 18 ans est décapité par les nazis. Sa faute : avoir défendu l’honneur de sa patrie. Son nom : Marcel Weinum. En bas des tracts antinazis qu’il faisait imprimer, une signature : la Main Noire.

Un réseau de résistance précoce et audacieux composé d’adolescents

Un an et demi plus tôt. Dans une entreprise strasbourgeoise, un jeune dessinateur industriel de 16 ans du nom de Marcel Weinum est renvoyé car il a refusé d’intégrer l’Opferring, une organisation alsacienne qui prépare à l’entrée au parti nazi.

Ce jeune homme décide alors de réunir des camarades pour lutter contre la nazification de l’Alsace. Il contacte des amis de Brumath, sa ville natale, et de la Maîtrise de la cathédrale où il a été enfant de chœur. Au total, il va parvenir à rallier presque qu’une trentaine d’adolescents. C’est un pari osé. Nous sommes en septembre 1940, dans la foulée de l’Armistice, et la Résistance n’est pas encore ce vaste mouvement tel qu’on le connaîtra plus tard au cours de la guerre. Précocité donc. Mais aussi audace. Car ici à Strasbourg, ville ô combien symbolique, nous ne sommes plus en France mais bien au sein du Reich depuis l’Annexion.

Tous ont entre 14 et 16 ans. La plupart sont enfants de chœur, fils d’ouvriers et eux-mêmes apprentis (boulanger, mécanicien, droguiste,…). La plupart vont s’engager à l’insu de leurs parents. En effet, aucun adulte n’est là pour les aider à se structurer. Aucun intellectuel ne vient théoriser leur lutte. Et pourtant, ce réseau va devenir un modèle de lutte clandestine : organisation structurée, petits groupes indépendants qui ne se connaissent pas forcément, pseudonymes, codes secrets, etc.

La Main Noire, celle qui doit venger l’Alsace, entame la lutte dès octobre 1940. Elle est d’abord symbolique. Des graffitis de croix de Lorraine fleurissent sur les murs de la ville. Puis, à partir de novembre, le groupe passe à l’action via des sabotages (d’installations de chemin de fer, de postes de transmission, ainsi que des pillages des automobiles allemandes, des arrachages d’affiches et d’insignes, etc). Ses membres récupèrent aussi des armes (dans des forts abandonnés) et font ainsi monter la pression. En décembre, ils commencent à jeter des grenades contre des vitrines qui exposent le visage d’Hitler en ville.

Au début de l’année 1941, Marcel Weinum loue un appartement. Ce qui permet au groupe de composer des tracts à la gloire de De Gaulle ou de Churchill qu’ils affichent ou distribuent clandestinement.

Enfin, le 8 mai 1941, la Main Noire réalise son plus gros coup d’éclat. Marcel Weinum et un des compagnons, Uhlrich, lancent deux grenades dans la voiture en stationnement du Gauleiter Robert Wagner, le plus haut dignitaire nazi en Alsace. Pas de meurtres donc, mais des actions symboliques pour marquer l’opinion publique.

Marcel Weinum : le sacrifice d’une vie

De fait les instances nazies commencent à s’inquiéter. Et, une dizaine de jours plus tard, le 19 mai, Weinum et un autre de ses compagnons, Sieradzki, sont arrêtés par une patrouille alors qu’ils tentaient de passer la frontière suisse pour faire passer des messages à un agent de l’Intelligence Service au consulat britannique de Bâle. Ils sont alors incarcérés à la prison de Mulhouse où ils résistent aux interrogatoires. Malheureusement Sieradzki se confia à un jeune détenu alsacien qui travaillait en fait pour les nazis et c’est ainsi que furent arrêtés et emprisonnés les autres membres du réseau.

En août 1941 : les membres de la Main Noire furent ramenés à Strasbourg. S’en suivirent des interrogatoires violents (menés par la Gestapo) pour plusieurs d’entre eux. Lors d’un interrogatoire, Marcel Weinum est même parvenu à s’enfuir du bureau du Service de sécurité mais il fut repris.

Et ainsi, le 27 mars commença à huis clos le procès de la Main Noire au Tribunal spécial de Strasbourg. Un rapport médical a reconnu les brillantes facultés intellectuelles de Marcel Weinum et donc sa majorité morale et la pleine responsabilité de ses actes. Au tribunal, le jeune homme impressionna par son calme et la force de ses convictions, sa foi en Dieu et en la France.

Le 31 mars, il fut condamné à mort.

Son corps repose aujourd’hui au cimetière du Polygone à Strasbourg.

[Ceslav Sieradzki, considéré comme un sous-homme car d’origine polonaise, sera assassiné le 12 décembre 1941 au camp d’internement de Schirmeck. Il fut le premier résistant d’Alsace mort pour la France.]

Libérés mais incorporés de force : le triste de sort des autres membres du réseau

Dans les jours qui suivent, seize autres jeunes résistants de la Main Noire (quatre furent traduits devant le Tribunal tandis que les autres étaient internés à Schirmeck) furent libérés mais intégrés au Reicharbeitsdienst, le service paramilitaire de travail du Reich. Ils furent ensuite incorporés de force dans l’armée allemande. On imagine aisément le drame que fut pour eux ce triste sort.

Jean-Jacques Bastian, qui était donc le dernier membre encore vivant du réseau, fut envoyé comme soldat de la Wehrmacht en Russie, en Ukraine, en Lettonie et en Pologne. En 1945, alors que l’armée allemande était à l’agonie, il pensa à déserter mais fut grièvement brûlé par un sous-officier allemand. Après avoir été énucléé d’un œil, il subit plus de quarante opérations et greffes au visage et aux mains.

Avant de conclure cette brève histoire, citons, comme un hommage, les noms de ses membres : Marcel Weinum donc, mais aussi Jean-Jacques Bastian, Ceslav Sieradzki, les frères André et René Kleinmann, Aimé Martin, Albert Uhlrich, Lucien Entzmann, André Mathis, Xavier Nicole, Jean Voirol, Jean Kuntz, Lucien Albrecht, Robert Bildstein, Marcel Keller, Charles Lebold, Bernard Martz, René Meyer, François Mosser, René Spengler, Robert Adam.

Plaque commémorative, place Saint-Etienne

À une époque où le tram’ relie désormais Strasbourg à Kehl comme n’importe quel autre quartier côté français, à une époque où le Rhin fait office d’invitation au passage plus que de repoussoir géographique, il me semble temps d’être enfin en paix avec notre Histoire. De ne pas forcément la juger mais de la connaître, de la partager et d’en tirer les conséquences. C’est ce qu’à fait Philippe Collin avec la bande dessinée sur le « Malgré-nous » Marcel Grob et c’est ce que j’ai essayé de faire modestement avec cet article.

« Si je dois mourir, je meurs avec un cœur pur (…) Héroïque fut notre combat, plus héroïque encore note chute. »
(lettre de Marcel Weinum à ses parents)

Note: Il faut rendre hommage au livre Marcel Weinum et la Main Noire publié en 2007 aux éditions Arfuyen qui a remis la lumière sur cette histoire. On y trouvera d’ailleurs les lettres poignantes que Marcel Weinum a écrites à sa famille alors qu’il était emprisonné, ainsi que d’autres témoignages, notamment de Bastian. C’est cette publication qui a incité la ville a faire apposer en 2008 une plaque du souvenir sur la Place Saint-Étienne (la cathédrale étant interdite, c’est dans cette église que les enfants de chœur se retrouvaient).

Sources bibliographiques :
PFISTER Gérard (dir.), Marcel Weinum et la Main Noire, Arfuyen, 2007
DU BORD Claude-Henry, Marcel et la Main Noire, Éditions du Moment, 2012
Et un film :
FRAPPAT Jean-Baptiste, La Main Noire, JEM Productions/France Télévisions, 2010


FLORIAN CROUVEZIER

> Son blog rempli d’histoires et d’Histoire <

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Strasbourg"

À la une

Il était une fois… la Main Noire, ce réseau de résistance strasbourgeois

Commentaires (4)

  1. Merci et Bravo d’avoir synthétiquement et justement évoqué l’histoire, le but, la philosophie de la Main Noire. Courage , Patrie et Foi, leurs devises. Souvenir et respect, nous leur devons. Marie, fille et nièce de deux membres de Main Noire.

  2. Bravo et merci d’avoir honoré le courage et la Foi en Dieu et l’Amour de la France de ces jeunes de moins de 18 ans . Respect et mémoire nous leur devons. Marie. Fille et nièce de deux membres de la Main Noire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Strasbourg”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !