A t’on besoin de parler, encore, du génie créatif de Banksy ?

De cet artiste de rue qui marche depuis les années 90 dans les pas de Richard Hambleton (Shadowman) et de Basquiat ? Ces deux génies qui, chacun à leur manière marquèrent de leurs créations les façades murées du monde entier ? Banksy, c’est une aura, un mystère gardé comme la recette de la sauce Macdo, une communication subtilement maitrisée, un style hors du commun, une histoire et surtout, surtout, une volonté manifeste de dénoncer la bêtise du monde qui l’entoure à travers son art. Ses oeuvres, dont les contours se dessinent grâce à des jets d’aérosols sur des pochoirs cartonnés se dessinent et s’affinent au fil du temps, avec humanité et au fur et à mesure que l’Homme court à sa perte. Alors, avec ses graffs comme « Le manifestant aux fleurs », « Bomb Hunger », « Mobile Hunger » ou plus récemment L’enfant qui attend la neige Banksy fait à nouveau parlé de lui et des causes qu’il défend. En Octobre dernier, lors de la mise en vente de l’une de ses créations les plus emblématiques (La petite fille au ballon ou »Love is in the bin » 2002), la toile fut autodétruite en pleine salle des ventes, grâce à un procédé inséré dans le cadre du tableau.

Cette toile, dont la destruction a été filmée en live (vidéo ci-dessous) sera exposée pour la toute première fois en l’état à Baden-Baden, à quelques kilomètres de chez toi.

Une toile partiellement détruite qui prend de la valeur ? 

Avec cette opération d’autodestruction spectaculaire filmée par des potentiels acheteurs effarés, Banksy a voulu dénoncer l’absurdité de la spéculation autour des oeuvres d’art et la « marchandisation » à tout prix. Mais cette prise de position est à prendre avec des pincettes car le séisme médiatique et la surprise générale qu’à crée cette destruction a finalement fait grimper considérablement la valeur de cette toile sur le marché mondial de l’art. On peut se demander si Banksy, qui avait un complice dans la salle n’était pas lui-même bien au courant de la valeur que prendrait sa toile après ce coup de génie.

Lors de sa vente chez Sotheby’s à Londres la toile a été adjugée à 1,185 000 euros. Difficile de savoir quel montant astronomique elle atteint aujourd’hui. Elle est estimée par certains spécialistes à plus de deux millions d’euros, ce qui au final rend l’absurdité de la vente de cette toile et des sommes mises en jeu encore plus absurdes. Qu’est ce qui donne de la valeur à cette toile partiellement détruite ? Le génie de Banksy, l’effarement généralisé ? La demande mondiale ? Sa rareté ? Ce qui est certain que cette oeuvre restera dans l’histoire de l’art, qu’on le veuille ou non.

Un pari finalement gagné pour Banksy… ? à vous de juger.

(un bon sujet de Philo pour le prochain Bac)

La fameuse toile sera exposée à partir du 5 février au musée Frieder Burda de Baden-Baden. A 40 km de Strasbourg


Musée Frieder Burda

Lichtentaler Allee 8B, 76530 Baden-Baden, Allemagne

Ouvert du mardi au dimanche de 10h00 à 18h00

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here