Un an après l’ouverture de son bar associatif L’Arcadia, l’antenne strasbourgeoise du Bastion social doit quitter son local du 29 rue Vauban à Esplanade. Son bail n’a pas été reconduit par le propriétaire de l’immeuble.

Gabriele Adinolfi et Bruno Gollnisch, le Phare et Aube Dorée. Depuis son inauguration le 9 décembre dernier, le local du 29 rue Vauban a vu passer nombre d’invités d’extrême-droite, du terroriste présumé au négationniste assumé en passant par les partis ouvertement néonazis. Il n’en accueillera plus : son propriétaire Jean-Jacques Leininger a choisi de ne pas renouveler le bail précaire du groupuscule identitaire.

Pour en savoir plus sur le Bastion Social : « Des militants identitaires ouvrent un bar d’extrême-droite à Strasbourg »

En cause, le propriétaire du local comme du reste de l’immeuble évoque les dégradations régulières commises contre la vitrine du rez-de-chaussé. Après s’être défendu d’héberger le Bastion social en maintenant ne rien savoir des activités de ses locataires, Jean-Jacques Leininger se fend d’un reproche orienté auprès de Rue89 Strasbourg : « On a laissé faire les organisations d’ultra-gauche. »

Sur la page Facebook du bar associatif, le mouvement qui prêche la préférence nationale évoque une délocalisation motivée plutôt qu’une fermeture contrainte, promettant à ses adhérents « quelque chose de plus grand » ; il n’est pas question d’une déculottée pour l’antenne locale dont le président, Vincent Linder, a pris la tête du mouvement au niveau national à la rentrée. Cette fois cependant, le propriétaire ne pourra pas jouer l’ignorant.

Sur sa page Facebook, L’Arcadia évoque une délocalisation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here