titre

À Strasbourg, ce ne sont pas les restaurants italiens qui manquent, il y en a même de plus en plus. Cependant, tous ne se ressemblent ni ne se valent pas et les offres se distinguent vraiment les unes des autres. Certains misent sur les petits prix ou sur des concepts plus designs et tendance, d’autres en revanche ont su mettre en avant la tradition et la culture italienne en proposant une cuisine généreuse et de qualité. C’est le cas du Picobello qui, grâce à deux femmes cheffes en cuisine, assure depuis dix ans sa réputation avec des plats respectueux des traditions.

Nous nous y sommes rendues mercredi dernier, non pour la Saint-Valentin mais pour un lunch entre sœurs. Situé rue de Frères, difficile de rater sa belle façade sombre et moderne. À l’intérieur, on y découvre une déco sans prise de tête, rouge et noire, qui nous plonge dans l’intimité sulfureuse de l’Italie. Sur les meubles et les murs, des objets et tableaux « pop-art » et quelques plantes ajoutent du volume à la salle. Cette dernière est divisée en trois espaces, dont un légèrement surélevé derrière une rambarde, offrant une soixantaine de places. Il faut reconnaître qu’elles sont assez étroites, et que l’on peut entendre toute la conversation des voisins. Cela ne nous a pas dérangées, mais c’est vrai qu’on peut manquer un peu d’intimité. Au fond à gauche, le bar et son comptoir dominent la pièce.

Nous avons réservé pour 13h, et heureusement car le restaurant était plein. On nous a rapidement installées, et dans la bonne humeur. Le service est décomplexé – on a eu droit à quelques blagues – et surtout rapide et efficace. Cependant, à notre grand regret, à 13h il n’y avait déjà plus de plat du jour. On saura maintenant qu’il est possible de commander son plat au moment de la réservation pour être sûr d’en avoir un – à 9,50 €, on comprend qu’il ait du succès ! Nous nous sommes donc penchées sur la carte permanente où les prix sont nettement plus onéreux. Elle est écrite à la main et propose des plats typiques italiens comme par exemple :

  • en entrée : Assiette de légumes grillés, ricotta ; Bruschetta à la tapenade d’olive noire et jambon de Parme ; Millefeuilles de pesto d’artichaut et ricotta, Crostini ; Focaccia à la mozzarella et légumes poêlés ; ou encore la Salade de Poulpe au citron et à l’huile d’olive (qui m’a longtemps fait hésiter) – entre 8,90 et 17 € ;
  • en plat : Gnocchi aux Morilles, effeuillé de jambon de Parme ; Lasagnes de bœuf al forno, salade verte ; Linguine à la carbonara ; Fiore frais farcis au gorgonzola et noix, sauce gorgonzola ; Linguine à la Sauge et zestes de citron ; Risotto safrané, gambas à la plancha ; Risotto à la crème de Truffe ; ou encore quelques plats de viande comme l’Araignée de bœuf à la crème de Truffe ou l’Osso Buco de Veau, Gremolata à la Tomate – entre 11 et 24 € ;
  • en dessert : Panna Cotta de la Chef ; Sorbet arrosé à la grappa ; Tiramisu à l’Amaretto ; Mousse au chocolat noir ; Moelleux au chocolat, crème anglaise, glace vanille – entre 6 et 9 €.

S’y ajoute une longue carte de vins italiens et français, avec une belle sélection de vins au verre.

Nous avons craqué pour la bruschetta aux poires pochées et gorgonzola et le carpaccio aux copeaux de parmesan et roquette en entrée puis pour le risotto au jambon de parme et les linguines alle Vongole (aux coques) en plat. Je me suis laissée tenter par ce plat car le serveur m’a assuré qu’elles étaient fraîches. Il n’y en a d’ailleurs pas tous les jours, cela dépend des arrivages et des quantités du matin. J’ai sauté sur l’occasion. Le tout accompagné de deux verres de vin italien bio.

Tout est arrivé très vite. La présentation est simple et les plats généreux. Le carpaccio est incroyablement frais et servi avec un pesto maison et de la roquette. La bruschetta était quant à elle vraiment gourmande. Bon, c’était copieux pour des entrées, le rapport quantité-prix est respecté. Il en est de même pour les plats. La présentation est très simple et les quantités plutôt conséquentes. Mes linguines étaient vraiment délicieuses, aillées comme il faut et surtout très gourmandes en coques ! Ça change de certains restaurants qui remplissent l’assiette de pâtes et les saupoudre d’une dizaine de coquillages. Le risotto était aussi délicieux et crémeux à souhait. On a presque tout fini et gardé un peu de place pour le dessert : un panetone façon brioche perdue à l’orange et au caramel beurre salé, et un café gourmand avec une pana cotta, un cookie aux noix et une crème au caramel beurre salé. Là aussi, on sent que c’est fait maison et que tout est maîtrisé. À la sortie, c’était food coma assuré et surtout quelques deniers en moins dans le porte-monnaie en raison d’une addition assez salée : 98,10 €. C’est sûr qu’avec le plat du jour, on aurait fait quelques économies … Mais aucun regret, car c’était bon et le rapport qualité-prix des plats que nous avons choisis me semble justifié.

En résumé, le Picobello c’est une cuisine italienne traditionnelle vraiment généreuse mettant en avant des produits frais et de qualité. Le service est accueillant et de qualité, les plats copieux et vraiment délicieux. C’est un « vrai » restaurant italien dans lequel vous laisserez quand même quelques pécunes, à moins d’y aller pour le plat du jour.

  • Les + :

La qualité de la cuisine
Le service et l’accueil
Le respect de la tradition italienne
Le plat du jour souvent victime de son succès

  • Les – :

Des places assises assez étroites
Un budget plutôt conséquent pour les plats à la carte


PICOBELLO

Adresse : 21 rue des Frères, 67000 Strasbourg
Téléphone : 03 88 35 47 25
Horaires : du mardi au samedi : 12h00-14h00 ; 19h00 – 23h00

Site internet
Facebook


titre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here