titre

C’est en rentrant chez moi un soir, bien éméché, que je suis passé devant les impressionnants vestiges qui se situent actuellement au croisement du quai des bateliers et de la rue de Zurich. Intrigué, j’y suis retourné le lendemain, après avoir ingurgité 2 Doliprane 1000 mg, pour prendre quelques photos et parler avec un des ouvriers du chantier.

Après lui avoir demandé s’il savait d’où provenait ce tas de pierre, le brave homme m’a gentiment répondu : « Aucune idée. Des archéologues vont venir faire des relevés et nous on recouvrera le tout dans une semaine « . Il a subtilement ajouté : « Si ça ne tenait qu’à moi, je prendrai la pelleteuse et en 2 heures on en parle plus. A part nous ralentir je ne vois pas l’utilité de ces vielles pierres ».

Une fois cette déclaration d’amour au patrimoine digérée, je me suis dit qu’il fallait absolument que je parle de ces « vielles pierres ». Car c’est grâce au chantier de rénovation de la chaussée du quai des bateliers qu’une partie du passé de Strasbourg, et du quartier de la Krutenau en particulier, est visible pendant quelques semaines. Je me suis donc mis en tête de savoir d’où provenaient ces ruines, tel Harrison Ford dans Indiana Jones et la Dernière Croisade :

Après quelques recherches – beaucoup moins spectaculaires que ce que l’on peut voir dans le film de Spielberg – il semblerait que la maçonnerie en pierre de taille provienne du pont qui enjambait un canal au doux nom de « Rheingiessen », qui coulait à l’emplacement actuel de la rue de Zurich. On peut même voir son ancien trajet préservé place de Zurich. En cherchant à quoi ressemblait l’entrée de la Krutenau au XIXème siècle, je suis tombé sur cette photo de 1860 :

© DRAC Grand-Est , Denkmalarchiv, Pôle des patrimoines

 

Eh oui ! On peut voir le pont au premier plan. Et, juste après, l’écluse « du pont au chat » qui a donné son nom à la place devant le centre de soins de la MGEN et à un très bon restaurant du quartier. Mais le plus fou, c’est la tour juste à côté qui semble tout droit sortir du Seigneur des Anneaux. Cette construction était située à l’emplacement de l’actuelle pharmacie à l’entrée de la rue de Zurich. Elle a été construite en 1476 pour protéger l’entrée du canal qui menait les embarcations depuis le centre de Strasbourg directement au Rhin.

© DRAC Grand-Est , Denkmalarchiv, Pôle des patrimoines

Voici une autre photo datant des années 1860, prise sous un autre angle. Elle permet de bien apprécier le toit fantaisiste de la tour de garde. A l’arrière-plan, on peut voir le clocher de l’église Saint-Guillaume où la Confrérie des bateliers allait à la messe au Moyen-âge. D’où le nom du quai…

© DRAC Grand-Est , Denkmalarchiv, Pôle des patrimoines

Le pont, ainsi que le canal du Rheingiessen, ont été recouverts en 1874 suite à la construction du port du Rhin qui a rendu le port de Strasbourg centre obsolète. Voici la dernière photo connu de la tour qui date probablement de 1872. On peut voir que le pont et le canal étaient déjà comblés à cette époque.

Pour info, vous pouvez encore voir ces quelques vielles pierres jusqu’au 25 février 2018. Après cette date, elles seront à nouveau recouvertes pour au moins 100 ans.

Si vous avez tenu la lecture jusqu’ici, vous en savez maintenant un peu plus sur l’histoire de Stras’. Et lorsque que vous passerez vers le quai des bateliers et la rue de Zurich, dans un des bars de la Krutenau ou après une soirée au Café des anges, vous pourrez fièrement raconter cette anecdote à la fille ou au garçon que vous ramenez chez vous. Au risque de les faire fuir ou de les rendre amoureux de vous !

Antoine Weber

Je suis le meilleur dans ce que je fais de pire.

titre

32 COMMENTAIRES

  1. A Paris dans le bâtiment des Invalides, il y a le musée des plans reliefs.
    On peut y voir une maquette de Strasbourg faite pour Louis XIV.

    On y voit la rue de Zurich comme un canal qui de l’Ill au Rhin.

  2. Au risque de vous décevoir, le pont en question a été édifié au début du 19e s. et non pas au Moyen Âge…
    Je crains par ailleurs que ces vestiges ne soient déjà plus visibles, ayant laissé place à une fosse destinée à la plantation d’arbres

  3. Oui… opidum, village médiévale, etc. étaient fondés de sorte à être entourés de protections naturelles ou bâties par l’homme. Et? Pourquoi associer de la fierté à raconter des trucs qui, en plus d’être archi connus, sont facilement déductibles?

  4. Super ! Merci pour cet article ! En regardant des vieux plan de Stras j’ai découvert qu’a une époque se dressait la Tour des Deniers au milieu de la place Kleber (genre une GROSSE tour), si jamais ça vous tente faire un ptit article dessus je suis preneur 🙂

  5. Cher Antoine, c’est parce que des gens comme vous restent aux aguets que le patrimoine de la ville demeure malgré tout vivant.
    Il y a eu, dans les années passées un véritable vandalisme.

  6. la wilhelms kirche était l’église paroissiale des bateliers (Schiffleuten) de Strassburg, qui étaient immatriculés quai des bateliers (Schiffleutstaden) et rue de Zürich (ancien canal d’accès au Rhin)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here