Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

Mes 5 déceptions de la restauration strasbourgeoise en 2016, l’anti-top de l’année

12.1k Lectures
Publicité
Publicité

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Miam miam. Slurp slurp.

Voilà bientôt 2 ans et demi que je partage mes coups de coeur culinaires avec vous.
Des petits restos aux recettes familiales jusqu’aux nouveaux concepts surfants sur les tendances du moment, quand j’aime, je ne tarie pas d’éloges.

Mais voilà, malgré mes infos qui m’évite bien des mauvaises adresses (c’est aussi l’expérience de l’âge paraît-il), il arrive tout de même quelques fois que mes sorties finissent en « mon estomac a été trahi et mon portefeuille dévalisé ».

Voici mon petit anti-top de l’année 2016. Les champions de la déception.
Bien évidemment, cet article est basé sur mes propres expériences à un moment précis. Ce n’est pas un jugement divin et ce n’est pas impossible que vous passiez tout de même un bon moment dans un de ces lieux.
(Sauf pour le McDo des Halles hors heures de rush. Là si vous aimez, c’est tout simplement que vous faites partie de la charmante famille des coprophages)

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_separator][vc_column_text]

maxresdefault

Le McDo des Halles

Nous sommes le 15 mai 1940 aux États-Unis, pendant que la seconde guerre mondiale bat son plein, les frères Richard et Maurice McDonald changent le nom de leur boui-boui à hotdogs par « restaurant McDonald’s ».

C’est ainsi que commença la longue histoire qui transforma la matière fécale en alimentation et objet de désir des petits comme des grands. Des décennies plus tard, le petit McDonald’s est devenu un géant et ce qui était à l’origine vu comme un service pratique (manger vite) est devenu une norme.

Oui, McDonald’s a changé l’image de la restauration et les attentes des clients dans le monde entier.
Il aura fallu attendre le 17 septembre 1979 pour que la Big Mac machine s’installe en France.

Et devinez où fut ouvert le premier restaurant de l’hexagone ? Au centre commercial des Halles à Strasbourg ! Eh oui, grande classe à Dallas.

Sauf que voilà, celui qui a été l’exemple d’une longue lignée à aujourd’hui perdu de son éclat et traîne derrière lui une bien triste image.

Vous aimez les viandes sèches, les salades flétries et le bun dur comme de la pierre ? Vous aimez expulser votre alimentation avant la fin du cycle de digestion et passer des journées à gémir entre lit et cuvette ?
Alors réjouissez-vous, le mcdo des Halles sera dès à présent votre petit coin de paradis !

Connaissez-vous le concept du « Timer » ?

Le timer c’est ces rangées de burgers présentes derrière la caisse de votre mcdo. Les sandwichs y sont préparés à l’avance pour ne pas perdre trop de temps pendant les périodes de rush. Mais voilà, il y a des règles à respecter et ces règles sont imposées par la franchise. La plus importante est qu’un sandwich ne doit pas rester plus de 10 minutes dans le timer. Si une fois ce temps dépassé, ce dernier n’est pas vendu, il devra alors être jeté.

Pourquoi ? Parce que sa texture et son goût seront altérés. Les ingrédients frais comme la tomate et la laitue commencerons à prendre un coup de chaud et les produits  » secs  » comme les buns ou la viande deviendront de plus en plus secs.

Certains franchisés peu scrupuleux voient cette règle comme un frein à leur rentabilité. Jeter un sandwich qu’ils pourraient vendre malgré tout, non merci.
Le Mcdo des Halles semble pratiquer cette technique en dehors des périodes de rush.

→ La technique pour éviter de payer un sandwich qui n’est pas frais : personnalisez vos commandes. Pas de cornichons, pas de si ou pas de ça. Vous aurez la garanti d’avoir un burger sortant tout droit du grill plutôt que le risque d’en recevoir un ayant connu plusieurs vies avant d’être arrivé dans vos mains.

[/vc_column_text][vc_separator][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]10258156_643187289092812_5518701863832016183_o

Live Sushi Strasbourg

Le concept même de sushis à volonté n’est déjà pas un gage de qualité, c’est sûr, mais il n’empêche pas la politesse de se manifester.

Le Live Sushi c’est une adresse nichée rue de la 1ère Armée à la place d’un ancien sex shop.

Son argument de vente principal, c’est le prix. À 12,80 € le midi et 17,80 € le soir pour une formule à volonté, c’est un des spots à sushi parmi les moins cher de la ville.
Mais voilà, la question réside dans le fait de savoir si dissimuler un petit morceau de poisson cru sous une montagne de riz suffit à désigner un produit comme sushi ?

Hormis le manque de qualité flagrant des sushis (qui peut encore se justifier avec le prix), l’endroit marque surtout par le sens de l’accueil de son équipe.

Selon les lois de la nature de la restauration, un client qui consomme est un bon client. Le personnel fera de son mieux pour mettre les clients à l’aise et les pousser à consommer.

Avec les restos à volonté, la logique est toute autre. Un bon client est un client qui mange peu et part vite. Chez Live Sushi, cette règle est appliquée à la lettre. Le seul témoignage de sympathie viendra au moment de l’addition, juste avant que vous quittiez l’endroit pour laisser votre place à un autre estomac.


14536517_10208834734577113_138770537_o

Au Bureau Strasbourg

Un beau local, une belle situation au bord de l’eau dans la Presqu’Ile Malraux et une carte alléchante aux allures de bistrots parisiens.

Au Bureau, ça semble avoir tout ce qu’il faut sous le capot pour séduire, mais pourtant…

Cette franchise française détenue par le groupe BertrandRestauration compte aujourd’hui 83 établissements sur le territoire. Avec des prix inadaptés à la qualité des produits et un service au strict minimum, Au Bureau à Strasbourg ne se donne pas les moyens de ses ambitions.

Mon expérience m’aura amèrement fait regretter les 16 € de ma salade de gambas. Et le personnel n’aura de loin pas sauvé ma déception. Malgré un retour de l’assiette avec explication, il n’y a pas eu de proposition de remplacement ni de geste commercial.

Le décollage entre image/prix et résultat est assez flagrant.

P.S : D’après certains clients, les burgers resteraient toutefois corrects.


Fresh Burritos Strasbourg

Ouvert il y a un peu moins de 2 ans, le Fresh Burritos de Strasbourg fait partie d’une enseigne nationale comptant 10 adresses. Sa marque de fabrique : la cuisine rapide mexicaine.

Tacos, burritos, chili, salades, nachos, soupes et patatas… Vous y retrouverez tous les « classiques » de la gastronomie mexicaine en version rapide et pas cher.

Ma dernière expérience sur place aura transformé la personne qui m’accompagnait en machine à vomi passée 10 minutes. Bien que le personnel soit au petits soins, ici, c’est la qualité des produits et l’hygiène qui sont clairement remis en question.


C’est triste car au bout de la même rue (Grand Rue) se trouve un autre restaurant rapide mexicain : Lacocina.
Ce dernier existe depuis des années et a rapidement fidélisé une clientèle.


Franky's Diner - Pokaa

Franky’s Diner Gare

Une déco réussie et atypique, une ambiance USA années 50 bien présente, des prix décents, une carte variée et alléchante.

Le projet Franky’s Diner aurait du s’annoncer comme une révélation pour Strasbourg. Mais voilà, une fois encore, c’est la qualité des produits et le sérieux du personnel qui font défauts.

Pour mon expérience, l’ensemble de l’équipe (cuistos compris) s’était improvisé une pause cigarette à 19h. Pas moyen d’avoir une carte, il m’aura fallu attendre la fin de leurs échanges pour pouvoir commencer à commander.
Le résultat dans l’assiette ne valait malheureusement pas le temps d’attente.

Toutefois, il faut reconnaître que la déco et l’agencement du restaurant vous en met plein les yeux.
Du coup, des clips et shootings photo ont régulièrement lieux sur place.


eatingmoney1

Conclusion

Entrer dans un restaurant et y manger, c’est un contrat de confiance scellé entre le personnel et la clientèle.
Si les clients jouent le jeu en payant leurs notes, l’équipe du resto doit en fair autant en respectant les règles d’hygiène et d’hospitalité. Tant que ce lien de confiance est maintenu, les deux côtés pourront échanger, partager et construire de belles relations humaines et commerciales.

Déséquilibrer ce lien en pensant la restauration avant tout comme pognon plutôt que passion, c’est l’erreur fatale à ne pas commettre.
Et ça, même des millions investis dans la communication ne suffiront pas à sauver la situation une fois que le client aura ressenti un sentiment de désillusion.

P.S : Je le rappelle, ces avis sont subjectifs et décrivent des expériences personnelles. Les goûts et les couleurs en matière de restauration sont légions, il est donc probable que vos propres expériences différent des miennes.

Bon appétit (tout de même) les gourmands !

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Non classé"

À la une

Mes 5 déceptions de la restauration strasbourgeoise en 2016, l’anti-top de l’année

Commentaires (16)

  1. Travaillant dans la restauration rapide, il peut être vrai que l’échange service/monnaie soit déséquilibré. Cependant, il est désagréable de voir ce genre d’article ne sachant pas de quoi vous parlez … Bien sûr, il est facile de critiquer le fast-food et la mal bouffe mais sans savoir comment cela fonctionne c’est, je me permets, un peu facile ..
    Dégrader cette profession je peux l’observer tous les jours donc cela ne me choque pas mais je trouve ça tout de même assez plat de votre part. Sachez que vos termes utilisés d’ailleurs ne sont pas les bons et du coup votre commentaire ne veut parfois simplement rien dire …

    • Je ne critique en rien les fastfoods dans leur globalité. Je donne simplement mon point de vue de client sur quelques cas particuliers à un instant précis.
      Et sincèrement, je ne pense pas qu’il faille utiliser une sémantique particulière pour faire passer un message aussi simple que : j’y ai mangé, j’ai payé et j’ai été soit déçu soit malade.

    • (Les franchisés n’ont rien à voir là dedans non plus et ce n’est pas une question d’écouler les stocks, enfin je me permets car je trouve cela juste dénigrant .)

    • Si justement, qui dit franchisé dit vouloir prétendre à plus de bénéfice, quitte à passer au dessus du cahier des charges imposé par la franchise. (puisque le franchisé est indépendant financièrement MAIS se doit de respecter le savoir-faire de la franchise, donc ses règles).
      Et il n’y a aucun dénigrement dans le fait de voir des hamburgers passer plus de 20 minutes sur le timer alors que ce n’est pas censé arriver, c’est un constat, que j’ai déjà fait moi-même dans cette enseigne justement.

    • « […] ne sachant pas de quoi vous parlez […] » il faut être expert pour donner son avis de client ?

  2. Hello Pokaa! D’accord avec tes avis ( sauf Fresh burrito que je ne connais pas encore), en particulier pour le bureau. Pause déjeuner lamentable…sans parler de l’attitude du personnel. Je m’étonne toutefois que le mac do de la gare ne figure pas dans le classement…cloquissime, personnel qui portant des uniformes dégueulasses alors qu’il est 11h45 ect…

    À quand le top 5 des meilleurs?

  3. Je ne suis on peut plus d’accord par rapport au Fresh Burritos c’est une horreur … Et surtout avoir le culot de s’installer à quelques mètres de La Cocina qui elle est pour moi le meilleur mexicain de Strasbourg, c’est presque de la provocation.

    Le Live je comprend la critique mais le prix est assez imbattable et c’est pas SI terrible.

  4. Bonjour,

    Entièrement d’accord concernant le Live Sushis et le Bureau, j’ai également été très déçue à la fois par la qualité des aliments et l’accueil chez les deux. Les salades au Bureau il faut oublier, à part de la salade en sachet il n’y a pas grand chose dans l’assiette (et en plus, c’est fade). Leur brunch est pas mal par contre. Fresh Burritos je n’ai pas encore testé et le Mac Do j’ai toujours trouvé ça infâme, ça fait belle lurette que je ne mange plus dans ce genre de fast food 😉
    Bonne continuation à l’équipe de Pokaa 🙂

    • Merci pour l’info, c’est tout un mythe qui s’effondre (et des coups bas qui se révèlent).

    • Bien vu, Dudul. Que la compagnie Mc Donald’s propage cette légende du « premier McDo français à Strasbourg », c’est leur affaire.
      Mais on trouve aussi ce bobard dans la communication officielle « Europtimist » de la Ville et de l’Euroméropole, c’est juste pathétique.

  5. L’Alsace et Strasbourg n’ont plus grand chose à prouver question nourriture et belles adresses ! J’ai appris à cuisiner avant même de savoir rouler à vélo ! Peut être qu’avec 2g d’alcool dans le sang, on peut pousser la porte d’un fast food appartenant à une chaîne. Mais si l’on est on ne peut plus clair mieux vaut passer son chemin ! Il me semble que Strasbourg multiplie les petites pépites en matière de resto, même du type fast food dont le concept est de manger vite ! On peut manger vite bien bon et pas forcément cher ! Et Pooka ou encore Strasmiam savent y faire pour nous les faire découvrir, ces pépites !

  6. Le burger le plus insipide (pire que ceux du Franky’s, et ça en dit déjà long) de Strasbourg à mon avis: le Memphis Dinner sur la Presqu’île Malraux. Ce restaurant arrive même à rater ses sodas (bah oui, servis à la fontaine, c’est du soda en poudre avec de l’eau pétillante. Seulement quand le contenant est nettoyé avec du liquide vaisselle, l’arrière gout paic citron est offert par la maison). Du propre aveu du gérant de l’époque « on ne veut pas faire des burgers au goût trop marqué, parce que la clientèle visée, ce sont des familles avec enfants »: traduction, c’est soit très sucré, soit juste mauvais.
    En revanche, je ne comprends pas très bien l’engouement pour La Cocina qui est également sacrément insipide pour de la cuisine mexicaine. M’enfin bon, les goûts et les couleurs hein…

    • Idem pour la Cocina, mais on peut aussi parler de tout les resto mexicains en France.
      Ou c’est mauvais, ou c’est moyen mais fade, les français n’aiment pas quand c’est trop epicé ou piquant.
      J’ai habité 5 ans dans le sud des USA donc je sais de quoi je parle en plats mexicains et depuis mon retour en France, j’ai appris à la cuisiné.

      jamais gouté memphis burger mais ceux de frankys sont mauvais, 231 east street, à pein mieux… bref c’est grave quand le meilleur burger de la ville vient d’un fast food et par ça je parle de burger king.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Non classé”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !