Passe le message à ton voisin.

Les petits plats mijotés de ta mère te manquent, toi, étudiant sans argent ? Ou alors tu culpabilises parce que c’est bientôt la COP21, et que toi, citoyen, ta poubelle déborde de déchets ? N’est crainte. Emmanuel, 30 ans, adepte du covoiturage et de l’économie de partage a pensé à notre chère Planète Mère – LUI – en créant Mummyz.

IMG_6238

Kezako ?

Mummyz, c’est un site pas comme les autres sur lequel tu peux vendre (ou acheter, logique) des parts de plats cuisinés.

Le concept ?
Toi, gros gourmand, tu viens de rentrer de la muscu avec une dalle monstrueuse et prépares 1 kg de Spaghetti Bolo molto bene. À part si tu t’appelles Mathieu (tu sais le plus gros mangeur de Spaghetti, titré à la foire aux huîtres de Cognac !), je suis persuadée qu’il te restera des pastas… Malheureusement, t’as prévu d’aller voir ta tante Simone ce week-end et en rentrant dimanche soir, elles ne seront plus bonnes. Alors que tu t’apprêtes à les jeter, Aladin apparait (bon ok, Emmanuel) et t’arrête de suite, car il a trouvé LA solution.

Capture d’écran 2015-11-25 à 23.35.15 (1)

Mode d’emploi :

En un clic, tu vas sur le site. Tu publies une annonce avec la date de préparation (pas de triche, c’est le deal), le nombre de parts (limitées à 6), le type de plats (entrée – plat – dessert ou petit-déjeuner) et de cuisine (européenne, asiatique,… ), ta ville et ton adresse.
Tu dois ensuite ajouter une description de ton plat avec les ingrédients principaux, une ou plusieurs photo(s), tes disponibilités (jours et heures) et surtout le prix, compris entre 1 et 6 € maximum par part.

Il y a même une possibilité de livrer ! (Le prix de livraison est indépendant. Il est compris entre 0,50 et 2 €). Surprenant au début je vous l’accorde. La première chose à laquelle on pense, c’est l’hygiène. Sauf qu’Emmanuel a aussi pensé à ça.

En effet, lorsque tu t’inscris, tu signes une charte de confiance et vérifications. Non seulement, tu t’engages à être clean. Mais surtout, tu donnes lors de ton inscription plusieurs outils permettant de prouver ta véritable identité (numéro de téléphone, email, profil Facebook et pièce d’identité).
Ainsi, au moindre problème, le mummyzer (celui qui aura commander le reste de tes pâtes bolo) pourra te laisser un commentaire salé ou bien te complimenter ! N’aies pas trop les chevilles qui enflent en tout cas, car tu ne feras pas ton biz avec Mummyz.

Pour rappel, quelques règles d’hygiène fondamentales à respecter :

1 Avant de mettre la main à la pâte, tes mains, tu les laveras ;

2 Si tu fumes pendant la préparation de ton plat, si tu caresses ton chat ou que t’as une envie pressante, tes mains, tu les relaveras ;

3 Les fruits et légumes destinés à la cuisine, tu les rinceras, une voire deux fois ;

4 Les dates de péremption des produits utilisés, tu les vérifieras – non, tu ne refourgueras pas ta veille boîte de salsifis périmée ;

5 Aux températures de conservation, tu veilleras. Etc.

En tant que foodista et consommatrice éco-responsable avertie, j’ai décidé de tester l’expérience pour vous. Je n’ai malheureusement pas trouvé d’annonces au moment voulu. J’ai donc joué le jeu en cuisinant, d’autant plus que cette semaine, c’est la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets (autrement dit la SERD). Oh yeah !

Ça tombe bien, mes copines étaient de passage à la maison hier soir, et vu que c’est la saison des courges, je me suis lancée dans la préparation d’une tarte au potirmarron et à la fêta accompagnée d’une petite salade de mâche bien sympathique. Je vous dévoile même ma recette top secrète :

1 pâte brisée / 1 bon potimarron / 200 g de chair de courge / 1 champignon / 2 oeufs / 50 g de parmesan et emmental / 100 g de fêta / 1 échalote et 1/2 pot de crème de soja (ça c’est mon côté bobio, scuza).

unnamed

Petite astuce :

Si le coeur y est, vous pouvez vous amuser à récupérer les graines de la courge lorsque vous l’éviderez (allez, faites un effort, c’est la semaine anti-gaspillage !). Une fois séchées, vous pourrez ainsi les griller et les disposer sur votre salade de mâche. En plus d’être riches en lipides insaturés (oméga-3 et 6) et en protéines végétales excellentes pour la santé, vous aurez fait votre BA de la semaine ! Mère Planète vous remerciera.

Bon ok, j’ai un peu triché en coupant d’avance une bonne part de tarte destinée à un mummyzer potentiel. Je rentre toutes les informations nécessaires et mes dispo sur le site. Je publie mon post, il est 22h05. J’attends impatiemment un message, à tel point que je ne dors quasiment pas de la nuit…
Le lendemain, je checke mon portable toutes les demi-heures.
Pas de preneur.
Je commence à me poser de sérieuses questions sur mes talents de cuisinière.
18h36 : mon portable vibre enfin ! C’est Mummyz qui m’écrit :

« Tarte au Potimarron… commandé pour 19:00. » Avec le nom du mummyzer et son numéro de portable.

YOUPI !


Vous l’aurez compris, avec Mummyz plus besoin de faire des kilomètres (à pieds ou à vélo, bien évidemment) pour savourer de délicieux plats, d’être crésus ou d’avoir toute la soirée devant soi pour cuisiner. Que vous habitiez à Paname la Capitale, à Strasbourg ou à Perpète-Lès-Oies, ce n’est pas nécessairement dans les grandes villes que vous aurez le plus de choix.

Vous pouvez commander sur le site via votre ordi ou votre smartphone, d’autant plus qu’une appli IOS sera disponible début janvier 2016 pour facilité l’utilisation.

En attendant, pas de panique, un système de géolocalisation permet de générer les mummyzers à proximité de votre quartier. Au lieu de passer au Carrouf acheter une pizza surgelée, passez plutôt chez votre voisin deux blocs plus loin pour récupérer un risotto aux cèpes de folie avec une crème brûlée.

Et oui, désormais plus d’excuses. Finito ALLORESTO, bonjour le partage et l’anti-gaspillage. « Tout le monde peut agir », telle est la devise de la SERD.

Alors testez et passez le message à votre voisin.

Les +

  • Le partage
  • La découverte de nouveaux plats
  • L’aspect financier
  • Les publications sont vérifiées avant d’être diffusées sur le site
  • 100% anti-gaspillage et écolo

Les -

  • La practicité (il faut être au bon endroit au bon moment)
  • Malgré les 400 inscrits, trop peu de plats sont partagés (on compte désormais sur vous !)

HÉLÈNE BERRIER

Globe-cookeuse en herbe.

– Son Instagram –

unnamed

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here