Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

Strasbourg secret : L’obus de la cathédrale

24 Lectures
Publicité

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Nous sommes en 1870, les hommes portent la moustache et la France et la Prusse jouent à «qui a la plus grosse ?» à coups de canons et de sabres…

À cette époque, Strasbourg était considérée comme une des villes les mieux défendues de France : de belles forteresses et quelques 17 000 hommes prêts à en découdre.

Ça la rendait d’autant plus importante et la Prusse se devait de la capturer.

Les Prussiens avaient deux options :

– Se lancer dans un long siège en coupant Strasbourg de ses vivres jusqu’à que ses défenseurs se rendent.
OU
– Tout niquer à coups de canons jusqu’à que les soldats français pleurent leurs mamans.

Et ils ont choisi quoi ?

De gagner du temps, donc de balancer des milliers d’obus sur la ville.

Bim bam boum sur les fortifications.
Crac pan splash sur les maisons.
Prout sur les civils.

5 jours et encore quelques milliers d’obus plus tard, Strasbourg capitulait et les prussiens mangeaient de la saucisse devant la cathédrale.

Strasbourg secret : l'obus de la cathédrale - Pokaa

Ok, et du coup il reste des vestiges de cette période ?

Exact !
Aujourd’hui il reste 9 obus ou boulets enfoncés ou disposés dans des murs de Strasbourg.

Le plus connu est celui encastré dans la façade de l’Hôtel de la cathédrale, juste en face de la Belle millénaire.
Il est resté tel quel depuis le bombardement de la ville !

Vous pouvez facilement le trouver au 12-13 Place de la cathédrale.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]Strasbourg secret : l'obus de la cathédrale - Pokaa
Strasbourg secret : l'obus de la cathédrale - Pokaa
Strasbourg secret : l'obus de la cathédrale - Pokaa[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Pour trouver les autres, c’est maintenant à vous de jouer !
Levez les yeux, soyez curieux, vous ne serez pas déçus.

Mais vu que l’on est pas des rats, on va tout de même vous laisser les adresses en cliquant simplement sur ce bel article du local-trotter.


[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Non classé"

À la une

Strasbourg secret : L’obus de la cathédrale

Commentaires (3)

  1. Haaa si seulement mes cours de civilisation allemande avaient été racontés de cette manière, j’aurais beaucoup mieux retenus :p

  2. En réalité cet obus a été mis après la bataille en « souvenir » du siège et du terrible bombardement.
    N’importe quel expert en balistique vous expliquera que la position de l’obus est impossible avec un tir de canon lointain et la position des bâtiments environnants.
    Mais cela ne fait rien et rentre dans la légende urbaine et c’est une belle histoire « légèrement « modifiée.
    Bravo pour votre site découvert très récemment.

  3. Merci pour cette anecdote qui permet à tout un chacun d’être plus attentif lors de la visite de Strasbourg. Oui, levons les yeux! Mais bon… Strasbourg capitule après 5 jours de bombardement? Votre récit est express lui aussi. En réalité le siège de la ville a duré du 15 août au 28 septembre 1870. Ce qui n’est pas rien quand on connait la disproportion des forces entre les Français retranchés dans la ville (17 000 avec une artillerie désuète et des vivres limitées) et les troupes allemandes (40 000 avec une artillerie moderne).
    Saluons donc la résistance de ces hommes qui ont essayé de sauvegarder la place et qui firent preuve d’un courage extraordinaire. Strasbourg a d’ailleurs largement récompensé ces héros en donnant leur nom à un certain nombre de ses rues ( Humann, Küss, général Uhrich et bien d’autres…).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Non classé”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !