Il y a un an environ, j’ai décidé de devenir végétarienne. Je le suis restée 11 mois, au cours desquels j’ai bien plus appris sur la nature humaine que sur la vie animale que je protégeais. Le plus difficile n’a pas été d’arrêter la consommation de chair animale, mais plutôt de concilier vie sociale et régime alimentaire « spécial ». Voilà pourquoi je propose aujourd’hui un guide de survie strasbourgeois à tous les végés en devenir.

Capture d’écran 2015-06-26 à 23.35.12

Règle n°1 : la galère du restaurant tu éviteras

À Strasbourg, il est assez difficile de trouver des restaurants qui servent des plats carnivores et végétariens. Voici comment accepter des invitations à manger dehors et garder une vie sociale dynamique :

  • Refuser de sortir au steak house, au carpaccio à volonté, au restaurant de poisson, au Macdonald. Il y a des limites.
  • Tous les restaurant proposent au moins un plat sans viande sur leur carte. On les trouve principalement à la section pâtes, salades, pizzas, sandwichs. Deal with it.
  • Osez demander au personnel de vous préparer un plat sans viande. Au pire, vous vous retrouverez avec du poisson dans votre assiette, au mieux vous aurez permis au chef de se découvrir un talent inné pour la préparation des pâtes au gruyère, facturée 15 euros l’assiette.
  • Changez de plan et faites découvrir à tout le monde la gastronomie végétarienne. Pour cela, on vous aide en sélectionnant pour vous les endroits où manger végé et carnivore à Strasbourg (cliquez ici pour lire l’article « Manger végétarien à Strasbourg »)


Capture d’écran 2015-06-26 à 23.39.04

Règle n°2 : les soirées organisées tu gèreras

Comment s’en sortir quand tous vos amis ont voté pour la soirée raclette et que vous ne pourrez pas échapper au plateau de charcuterie ? Mes conseils pratiques pour ne pas mourir de faim, ni d’envie:

  • Faire croire que les légumes transforment tout en chef d’œuvre gustatif : « Quoi, t’as jamais essayé la raclette sur la betterave / la crêpe aux carottes râpées / la tartiflette au chou-fleur ? tu rates quelque chose mec. »

  • En cas de soirée raclette, mangez toutes les patates avant tout le monde

  • Faire la même chose avec le fromage, mais faites vite.

  • Réorganisez un vote pour une soirée fondue savoyarde où personne ne vous embêtera.

  • Emportez votre Tupperware rempli de crudités. Les autres convives auront pitié de vous et vous donneront leurs restes sans viande. 

  • Ne pas y aller


Capture d’écran 2015-06-26 à 23.46.38

Règle n°3 : ton discours tu roderas

Des dizaines de raisons vous ont poussé à arrêter la consommation de viande. Elles sont d’ordre éthique, philosophique, médical… Enfin vous êtes végétarien et plus rien ne vous arrêtera sur le long chemin de l’abstinence carnivore. Rien, sauf absolument TOUS vos potes mangeurs de viande qui vous demanderont POURQUOI.

Il ne s’agira pas pour vous de répondre à cette simple question. Non, car le débat sera lancé.
Voici une petite liste des réponses aux remarques que vous entendrez le plus souvent :

« Mais tu vas être en manque de protéines !!! »
Réponse : « Non, car les protéines animales ne sont pas les seules qui existent au monde, il y a des protéines dans tous les aliments de la Terre, il suffit juste d’en manger plus. »

« Tu n’as jamais envie de viande ? Genre un bon burger ? »
Réponse :  « Si, des fois, mais mes convictions dépassent mes vieilles habitudes alimentaires. En plus mon goût a changé (oui, oui !) j’ai de moins en moins envie de viande, et il existe des burgers végétariens délicieux, toujours accompagnés de frites et de coca, si, si, je te promets, le monde est fou. »

« Ça te dérange si je commande une entrecôte bien saignante et du saucisson en entrée ? »
Réponse : « oui ça me dérange énormément, meurs de faim s’il-te-plaît. »

« Mais si je t’invite un jour chez mes grands-parents qui vivent au fin fond de la Pologne dans une ferme perdue en pleine campagne, et que mamie chérie te prépare un poulet élevé en plein air au grain avec amour et tendresse, et que c’est un crime chez eux de refuser la viande… Tu en mangeras ? »
Réponse : « ah c’est drôle, ce que tu dis me rappelle la fois où j’étais avec Jay-z à Coachella, on délirait avec Pharrell et… voilà, tais-toi. »

« Je ne pourrais ja-mais. »
Réponse : « je m’en-fous. » / « sale faible. »


Capture d’écran 2015-06-26 à 23.43.37

Conclusion 

Dur, dur d’être végétarien dans la capitale alsacienne, où les carnivores règnent en maître.
N’oubliez pas que si vous avez fait ce choix, rien ne vous oblige à vous justifier constamment, ni même à ne plus jamais manger de viande. Vous êtes libres, alors profitez et mangez ce que vous voulez !

ANDRÉA ORVAIN

Étudiante à Strasbourg, amoureuse des quais de la ville et des bretzels ♥

Andréa Orvain

1 commentaire

  1. Bonsoir !
    Ca m’a super plaisir et super rire de lire ton article. Pas facile la vie d’extraterrestre n’est-ce pas ? Je te souhaite bon courage si tu recommences.
    Personnellement, j’ai le problème des carences qui devient dangereux et en plus je donne raison à ces bouffeurs de chair hahaha !
    Merci pour ce petit moment, tu me rassures, cela fait maintenant quatre mois pour moi.
    Coucou d’un Dijonnais et bonne continuation !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here