Selon un sondage Ipsos 1 français sur 10 serait tatoué.
Et moi, après des années de réflexion un matin, j’ai décidé de sauter le pas et de rejoindre le clan pas fermé des tatoués.

Comme je suis une fille très organisée une toquée des listes, j’ai décidé de faire ça bien et de répondre à toutes mes petites voix intérieures.

Qui ?
Quoi ?
Comment ?
Mais ou et donc or ni car ?

Qui ? Après des heures de recherche sur internet  et des tonnes de questions à droite à gauche j’ai vite compris que pour moi, fallait avant tout que je trouve LE tatoueur qui a un style bien à lui, dont on reconnait direct la « touche » graphique.

Ce qui a réduit la liste à 4 possibilités sur toute la France. Par chance, 2  des 4 tatoueurs sont sur Strasbourg. Et là, j’avoue, j’ai choisi la facilité (Bouuuuh).

Je suis donc allée chez un des deux. Le verdict est tombé…plus de 6 mois d’attente avant la reprise des rendez vous. Flute ! J’ai pris ça comme un signe (oui, oui, je suis le genre de fille qui pense voir des signes partout, pardon) j’ai donc laissé l’idée flotter dans un coin de ma tête tranquillement.

Puis un jour, j’ai accompagné un collègue Pokaa, (chez le deuxième tatoueur de la  fameuse liste) pour son propre tatouage et de fil en aiguille, je sais même plus trop comment, c’est moi, qui suis ressortie avec un rendez vous, presque 1 mois et demi plus tard. Oh joie, amour et prospérité !

Qui ? Check !

Malabar

Quoi ? Bon, là ce fut rapide vu que j’avais déjà une idée de départ. Le tatoueur a su mettre en image à la perfection mon idée de base pour en faire une pièce  créée spécialement pour moi, et oui, rien que ça !

Quoi ? Check !

calque

Comment ? Là c’est plus délicat, je vais pas vous parler du matériel parce que j’y connais que dalle. Je sais juste que ça fait le même bruit que la fraise du dentiste. Et que niveaux sensations ça peut aller du «Je sens rien.» en passant par «ça pique, ça gratte, ça brule !» pour finir par le «MotherF&¨$*%#» mais ça, c’est resté bien dans ma tête parce que le tatoueur, lui, forcement (cliché?!) il a des tatouages sur toutes les parties visibles de son corps  (même surement celles que je vois pas, oui j’ai essayé d’imaginer, pardon.) bref sur toutes les parties de son corps et que moi, il me fait un mini dessin sur le bras :

« Reste digne Mél, reste digne ».

 

Plus de 4h après l’heure de rendez vous je ressors du shop, fière comme une poule, mais quand même, si je me dis « Outch, plus JA AAA  MAIS. »

J’ai juste envie de rentrer chez moi, de manger, de dormir, mais non, ! Avant, je dois passer à la pharmacie prendre une crème dont je me rappelle absolument pas le nom (comme je me souviens pas non plus des conseils post tatouage, tellement je regardais avec mon admiration mon tatouage).

Mais comme internet c’est vachement bien fait, j’ai su retrouver les conseils de soin pour les jours à venir.

-21H, je me couche, heureuse épuisée.
-06H du matin, mon chat essaye de manger le cellophane qui protège le tatouage (tous les chats sont cons ou c’est juste le mien?). Je décide donc de me lever et nettoyer mon tatouage. Je libère mon bras emballé tel un jambon, pour découvrir, du sang, de la lymphe qui suinte et de l’encre qui coule/colle sous le plastique. Glamour, toujours.

Enkicello

Après le soin, je me dis qu’ il à quand même de la gueule ce tatouage ! Et que finalement c’est comme une bonne cuite, tu te dis « Plus jamais » et direct le lendemain t’as envie de reprendre l’apéro.

Comment ? Check !

Pour le  « Mai ou et donc or ni car » je vais juste finalement vous dire de quel tatoueur je parle, parce que même si je voulais pas en parler à la base,  comme si c’était mon petit trésor secret, je me dis que non, son travail, autant celui de tatoueur que celui de peintre/grapheur mérite largement d’être partagé, qu’en plus il est juste super sympa et que maintenant je frôle la limite de la groupie.

Si j’avais un cœur, Köfi , je te dirais « Je t’aime ».

Bon, je vous laisse, faut que j’aille acheter des fleurs à ma maman pour me faire pardonner de :
Un ne rien lui avoir dit avant pour cette « chose » sur mon bras.
Et de deux de lui avoir répondu  » De toute façon, un vieux c’est déjà moche à la base » quand elle m’a dit que quand je serais vieille mon tatouage aura sans doute mal vieilli.

Bisous.

Köfi : www.kofi-olive.fr

Köfi sur Facebook

 

Boutique

Shop : Baron Samedi

 

 

Photographie : Fouad Dautovic

11 COMMENTAIRES

  1. « Bepanthen », c’est certainement le nom que tu cherches 😉
    On peut savoir le nom de l’autre tatoueur ? Et puis, une p’tite photo du travail serait de mise 😉

    • Ouiiii c’est ça ! Bepanthen !
      Un peu de patience pour le nom de l’autre tatoueur, je garde un peu de suspense…

      Le tatouage est plein de croutes, il est pas a son avantage du tout, mais je pense pas pas le mettre en ligne, je le garde pour moi niak niak.
      Si tu veux le voir, faut venir prendre un vin chaud avec l’équipe Pokaa !

      • Oh non, moi quand j’ai la chance de remettre les pieds sur Strasbourg, je fuis les touristes du marché de Noël, je préfère aller me vider une Chouffe à l’Acad’ 😉

        Mais je suis allé voir le travail de ce Kofi, que je ne connaissais pas (à l’époque, les tatoueurs n’étaient pas très nombreux sur Strasbourg), et j’ai trouvé ça très impressionnant… 😀

        • Presque 6 ans que j’avais pas mi les pieds au marché de Noël… Qu’est ce qu’il faut pas faire pour les lecteurs Pokaa 😉

          Et ouiiiii Kofi il est génial ! (ok ok je suis pas très objective…). Faut que je rectifie l’article entre temps ma liste s’est étendue, je trouve des perles !

          • Bon ben voilà, 1 an et demi après ton article, je suis également passé par le Baron Samedi. Et je confirme, on y est bien 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here