Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

Spectacle de feu et potions : immersion dans la magie de la Fête de la sorcière de Rouffach

4.2k Lectures
Publicité

Événement incontournable de l’été alsacien depuis maintenant plus de 30 ans, la Fête de la sorcière attire chaque année plusieurs milliers de personnes dans les rues de Rouffach. Son thème médiéval fantastique, ses animations variées et son ambiance familiale lui ont constitué un large public. Nous y étions lors de la dernière édition en 2023 et on vous emmène dans les coulisses de cette fête de village pas tout à fait comme les autres, avant l’édition 2024 organisée le 20 juillet, dès 14h. 

Une tenture en guise de porte vers le monde des ténèbres. Visages blafards et grimaçants, silencieux, trois créatures fixent de leurs yeux furibonds celles et ceux qui osent perturber leur dernier repos. Dans un cercueil, une jeune femme endormie se redresse brusquement, arrachant un sursaut aux humains de passage.

Les regards en disent long : il faut avancer. Poursuivre en direction des hurlements de terreur et grognements inhumains qui se font entendre, tous proches.

Publicité

Cryptes, cabanes, salles de tortures et drôles de plages se succèdent, offrant à voir des Aztèques en quête de sacrifice humain, des mort(e)s paré(e)s en vue de leur fête mexicaine, des vikings sanguinaires et leurs chamanes blêmes, des sorciers du Bayou, mais aussi des fantômes, des zombies et des sorcières.

Mille et une créatures infernales réunies pour offrir aux visiteurs et visiteuses un tour du monde à la sauce Halloween.

Une création originale chaque année

Attraction phare de la Fête de la sorcière de Rouffach, le Sentier de l’étrange ne désemplit pas en cette fin d’après-midi du 15 juillet, de l’an 2023. Il faut installer une barrière pour signaler la fermeture de l’attraction jusqu’à l’édition nocturne. Il est 18h30, et près de 1 000 entrées ont déjà été enregistrées.

« Seuls les adultes sont comptabilisés. Avec les enfants, je dirais qu’il y a eu environ 2 500 passages en deux heures », se réjouit Thibault Suhr, président de l’association porteuse des festivités.

Fête de la sorcière Rouffach
© Adrien Labit / Pokaa

Le circuit est aussi ancien que l’événement : « Il y a 30 ans, il manquait une date dans le calendrier des fêtes de la région, retrace le bénévole. À Rouffach, nous avons une longue histoire avec les sorcières. La légende veut que certaines aient été emprisonnées dans la tour du même nom, au cœur du village. Cela faisait un bon fil conducteur à une époque où les fêtes à thème n’étaient pas très répandues. »

Fête de la sorcière Rouffach
© Adrien Labit / Pokaa

À ses débuts, le Sentier de l’étrange proposait de « faire vivre le Moyen-Âge aux visiteurs ». « Il y avait des brigands et des lépreux », raconte en souriant Thibault Suhr. Aujourd’hui, il laisse une plus grande part au fantastique. Une cinquantaine de figurant(e)s issu(e)s du village et de deux compagnies du secteur font vivre cette animation frissonnante.

« Chaque année, on change de thème et on construit tout nous-même, détaille le président avec fierté. On se dit parfois qu’il faut être un peu fou pour passer une semaine à élaborer tous les décors et les ambiances pour une journée de fête. Avant de tout démonter le lendemain. »

Le circuit fait cependant beaucoup pour la renommée de l’événement, attirant des personnes de toute la France. Et de tous les âges. Alors que les acteurs/rices sortent un à un du sentier en retirant leur costume, un jeune père de famille et son petit garçon s’arrêtent à la barrière, surpris de la fermeture.

« Revenez vers 20h30 si vous ne voulez pas faire la queue, il y aura du monde ce soir », le prévient gentiment Thibault Suhr. « Je vais faire ça. Je n’ai jamais pu profiter du sentier quand j’étais gamin parce que mes parents trouvaient toujours la file trop longue. » Son fils aura, semble-t-il, plus de chance.

Potions fumantes et délicieux fumets

19h. Quitter le sentier de l’étrange à la périphérie du village pour plonger au cœur des festivités. Dans le centre, l’événement a des allures de marché. Sucreries, salaisons, artisanat d’art et jolis objets égayent les étals. Au pied de l’église, une troupe de théâtre médiéval a monté des tréteaux et captive un auditoire de tous âges.

Juste à côté, un stand attire l’œil des curieux/ses. Des boissons de toutes les couleurs bouillonnent en émettant une étrange brume argentée. « Qu’est-ce que c’est ? » « C’est l’hydromel de la sorcière », répond la tenancière de cette taverne ambulante comme si c’était l’évidence même. Forcément, il faut goûter. C’est assez doux pour que la tête tourne assez vite.

Un peu plus loin, c’est le bruit sourd des haches qui surprend les badauds. Un stand permet de s’essayer au lancer de l’ustensile sur des cibles. Et ce ne sont pas celles et ceux qui tirent le plus fort qui réussissent le mieux : il faut de la délicatesse pour que la lame morde le bois.

Après un petit quart d’heure d’attente, c’est à notre tour d’essayer. Un moniteur nous donne des conseils : jambe d’appui en arrière, hache levée dans le dos et passage d’une jambe sur l’autre pour donner l’élan. « L’objectif, c’est que la hache face une rotation et arrive en cloche ». Détente du bras et bingo. Les essais se passent sans anicroches et ne ratent que rarement leur cible.

Bien vite, des odeurs de cuisine détournent les visiteurs/ses des stands et les guident par le bout du nez vers la cantine. Car que serait une fête alsacienne sans banquet ? Ce samedi soir, c’est sanglier et à la broche et spaetzles. Ou tartes flambées.

Dans la file pour les tickets, Thibault et Aelia comptent bien opter pour ces dernières. Venu(e)s de Saint-Louis, les deux ami(e)s sont des habitué(e)s de l’événement. La jeune femme apprécie le côté « traditionnel et médiéval de la fête, pas courant dans la région ». Le trentenaire relève quant à lui « l’ambiance conviviale et familiale » de « l’une des plus grosses fêtes de la région. »

« Nous, on vit en vacances »

Pendant que les visiteurs/ses s’attablent avec leurs assiettes, des créatures font leur apparition sur la place. Ici, un faune. Là, un zombie en parka jaune. Et à ses côtés, un guerrier du chaos. Originaire des Trois-Frontières, dans le sud du Haut-Rhin, Valentin participe régulièrement à des conventions et confectionne lui-même ses costumes.

« Cela faisait un moment que je prévoyais de venir avec des amis et cette année les astres étaient enfin alignés », sourit le jeune homme de 29 ans. « Le thème médiéval fantastique me plaît bien et j’apprécie que ce soit en extérieur, contrairement aux événements cosplay habituels. En plus, c’est un public très familial, très sympa. » Deux petites filles semblent l’avoir entendu qui s’arrêtent pour le regarder, mi-effrayées mi-curieuses.

Sorcières, zombies et créatures en tout genre apparaissent parfois au milieu de la foule. Initiatives individuelles souvent.

Quelque chose qu’apprécie Éléonore, 42 ans, venue en famille depuis Sainte-Croix-en-Plaine : « On voulait faire découvrir au papa cette fête populaire », sourit celle qui attend particulièrement le spectacle de feu prévu à la nuit tombée. « Il y a tellement de choses à faire que je me suis promenée toute la soirée sans regarder l’heure l’année dernière : je l’ai loupé ! Cette année, je me suis jurée que je ne le manquerai pas. Je reste près de la grande scène en attendant. »

Elle aussi apprécie cette ambiance médiévale fantastique qui « projette le public dans une autre dimension ». Mais ce n’est pas le seul événement qu’elle plébiscite l’été. « Maintenant que les enfants sont grands, on essaie de leur faire découvrir les fêtes du coin. Je dis souvent que nous, on a la chance de vivre en vacances. Il y a des gens qui viennent du monde entier pour découvrir la région. Si on peut en plus y faire la fête… »

Du schlager et des flammes

21h30. À 45 minutes du clou de la soirée, l’orage qui menaçait éclate finalement. Il en faut plus pour rafraichir l’ambiance d’une fête alsacienne. Sur le dancefloor installé à côté d’une buvette, les tubes des années 2000 et les morceaux de schlager font bouger un public trempé, mais déchainé.

Les plus frileux/ses regardent la scène en souriant. Il y a par exemple, Julien, 35 ans, et sa compagne Flora. Originaire de Rouffach, le couple est revenu de région parisienne pour l’été et en a profité pour passer une tête à la fête de la sorcière. Un événement qu’il connaissait bien. « Madame faisait de la figuration sur le sentier de l’étrange il y a une vingtaine d’années », sourit l’Alsacien d’une autre époque.

Si l’événement tendrait à rendre le couple nostalgique, le jeune père de famille constate cependant que le covid est passé par là. « Avant, le soir, c’était compliqué de faire trois pas tant il y avait de monde dans les rues. » Restent quelques éléments qui ne changent pas. Un public familial attiré « par les nombreuses animations et activités proposées aux enfants » et des prix encore très accessibles, notamment du côté de la bière.

22h15. C’est enfin l’heure du spectacle de feu tant attendu. LE clou de la soirée de la Fête de la sorcière depuis ses débuts. « En 30 ans, je pense qu’on a dû programmer toutes les troupes qui en font, juge Thibault Suhr. Mais comme il y a au moins cinq ans de battement entre deux passages, les compagnies reviennent souvent avec un nouveau spectacle. »

Fête de la sorcière Rouffach
© Adrien Labit / Pokaa

Ce soir-là, c’est Manda Light qui évolue sur scène, jonglant avec des quilles ou des cerceaux enflammés, dont le reflet illumine les yeux émerveillés des plus jeunes spectateurs/rices.

Météo oblige, les artistes se voient contraints de proposer une forme courte de leur spectacle. Mais c’est bien assez pour que la magie opère. Lorsque les lumières se rallument sur la scène, le public s’éparpille à nouveau entre les stands et les buvettes. Sur le mur d’un bâtiment du centre, la silhouette d’une sorcière en plein vol veille sur les festivités. Cette édition encore, la formule de cette fête alsacienne en aura charmé plus d’un(e).

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Culture"

À la une

Spectacle de feu et potions : immersion dans la magie de la Fête de la sorcière de Rouffach

Aucun commentaire pour l'instant!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Culture”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !