Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

Ranna Ghor : le nouveau resto de la Krutenau qui allie saveurs du monde et cuisine française

23.6k Lectures
Publicité

Article soutenu mais non relu par Ranna Ghor

L’an passé, Michael Levi, le chef du très apprécié Bistrot Paulus, tirait sa révérence et fermait les portes de son restaurant Strasbourgeois. Désormais, c’est Sabbir, un jeune chef de 24 ans, qui reprend les rênes du resto et de la cuisine avec son associé Shahed. Aujourd’hui, le jeune chef d’origine Bengali n’est pas peu fier de présenter Ranna Ghor, un restaurant qui allie cuisine du monde et gastronomie française, tout en rendant évidemment hommage aux plats typiques de son enfance.

C’est aux abords de la Krutenau que Sabbir s’est installé il y a seulement quelques semaines pour ouvrir sa toute première affaire : Ranna Ghor (“la cuisine” en bengali).

Passé par les cuisines de plusieurs restaurants strasbourgeois, le jeune chef a beaucoup appris de sa mère et de ses pairs qui lui ont transmis l’envie d’aller plus loin dans le monde de la cuisine.

On vous emmène découvrir son histoire, sa motivation à toute épreuve et la cuisine qu’il aime et qu’il souhaite partager avec les Strasbourgeois.

Publicité
Ranna Ghor restaurant krutenau
© Bastien Pietronave / Pokaa

Une histoire de passion, de transmission, et de détermination

Sabbir Ahmed est arrivé en France en 2015 alors qu’il était encore mineur. Après s’être essayé au métier d’électricien, il a vite compris que ce ne serait pas pour lui.

Passionné de cuisine depuis toujours, notamment grâce à sa maman qu’il aidait aux fourneaux dès l’âge de 8 ans, il a continué à cuisiner à Strasbourg dans le foyer dans lequel il vivait.

Un jour, Sophie, sa tutrice, qui l’accompagnait dans ses démarches et goûtait parfois ses plats, lui a proposé de s’essayer à la cuisine. Quelques semaines plus tard, elle lui trouvait un premier stage dans un restaurant (La Ruche aux Deux Reines, désormais le Coin des Kneckes).

D’un stage d’une semaine, il est passé apprenti, puis il est resté une année avant d’intégrer l’équipe de l’AEDAEN Place en 2018 en tant que second. Une ascension express pour un jeune cuistot qui avait la dalle !

Ranna Ghor restaurant krutenau
© Bastien Pietronave / Pokaa

Avec Alexandre Lux, le chef en place à l’époque, puis avec Christophe Weber, le chef du Purgatoire (toujours en poste), il a beaucoup appris jusqu’à décider de se lancer seul, dans sa propre aventure. Enfin, un jour où il passait devant le Bistrot Paulus qui cherchait un repreneur pour s’installer ailleurs, il s’est dit que c’est là qu’il souhaiterait travailler.

De banque en banque, de refus en refus, Sabbir ne s’est pas dégonflé. Un jour, enfin, on lui a fait confiance : il avait réussi à s’installer.

Aujourd’huiShahed et lui donnent tout pour convaincre les Strasbourgeois(e)s grâce à une cuisine de cœur qui mélange les influences de son pays d’origine et de son pays d’accueil. Et il ne compte pas s’arrêter là.

Une cuisine bourrée de saveurs aux multiples influences

Dans sa jolie cuisine ouverte qui donne sur une salle lumineuse aux allures de bistrot de copains, simple et sans artifices, Sabbir propose des plats français et européens, mais également des plats d’influences indiennes et Bengali.

Avec une vraie attention sur chaque assiette, il travaille des préparations maison à base de produits frais et fait varier sa carte chaque semaine.

Sur cette carte qu’il veut courte, on trouve le plus souvent deux entrées, une viande, un poisson et un plat végétarien, avec toujours un plat du Bangladesh à midi et un le soir, comme une signature.

Œuf mollet frit, cappuccino de pomme de terre, croûton de pain et chips de poireau ; épaule d’agneau confite, caviar d’aubergines, aubergines rôties, concombre et jus de viande ; gambas marinée au curcuma et au cumin, oignons caramélisés, tomates, curry et riz basmati ou encore ballottine de poulet pané au parmesan, mousseline de pommes de terre, bon chou glacé oignons grillés et sauce aux morilles… La carte est courte, mais les plats sont variés.

Ranna Ghor restaurant krutenau
© Bastien Pietronave / Pokaa

Au Ranna Ghor, on est entre le bistrot français et le petit resto asiatique, sans tomber dans le cliché des mélis-mélos qui embrouillent le client.

Des plats généreux et bourrés de saveurs souvent très originales, une carte du soir qui change de celle du midi, des plats techniques ou des produits nobles et des préparations plus simples : on aime avoir le choix et découvrir des mariages inhabituels.

Petit bonus : Sabbir fait ses mélanges d’épices secrets lui-même, et il propose même un brunch le dimanche. Le jeune chef et son équipe sont bien décidés à proposer ce qu’ils savent faire de meilleur, et à voir les habitués qui reviennent déjà. Une équation qui semble fonctionner.

Les petits et les gros +

  • Le rapport qualité/prix, surtout pour le plat du jour, est juste excellent (entrée + plat à 15 euros)
  • En plus de la cuisine, on adore ce lieu pour sa simplicité et son ambiance, un bistrot comme on les aime
  • Possibilité de réserver le resto pour des événements
  • Avec L’Oenosphère juste à coté, la carte des vins est un vrai plus
  • Sabbir prépare également des menus de fête, le prochain, c’est la Saint-Valentin
Ranna Ghor restaurant krutenau
© Bastien Pietronave / Pokaa
Ranna Ghor restaurant krutenau
© Bastien Pietronave / Pokaa

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Bonnes adresses"

À la une

Ranna Ghor : le nouveau resto de la Krutenau qui allie saveurs du monde et cuisine française

Aucun commentaire pour l'instant!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Bonnes adresses”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !