Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

Incontournable du campus de Strasbourg depuis 40 ans, la grande vigne va être arrachée

8.3k Lectures
Publicité

La vigne qui pousse sur la façade de l’Institut de Biologie Moléculaire et Cellulaire (IBMC), incontournable sur le campus de Strasbourg, va être amenée à disparaître cette année à cause d’une réfection et pose d’une isolation thermique extérieure pour l’embellissement des façades. Un crève-cœur pour les chercheurs du bâtiments et pour les Strasbourgeois(es), habitué(e)s depuis plus de 40 ans à admirer cette verdure.

À l’automne, elle se pare d’un rouge vif. Au printemps, elle épouse la végétation qui revit en verdissant. À tout temps de l’année, elle est impossible à manquer. Elle, c’est la vigne vierge de l’IBMC.

Publicité

Véritable identité de ce cube regroupant trois unités du CNRS dédiées à la recherche en biologie moléculaire, en plein milieu du campus de l’université de Strasbourg, cette vigne est pourtant appelée à disparaître dans les mois à venir. La raison ? Des travaux d’isolation thermique extérieure du bâtiment, dont l’appel d’offres a été lancé le 23 décembre dernier. Ces travaux impliquent en effet un arrachage complet de la vigne de l’IBMC, sans pouvoir la replanter après.

bâtiments université de strasbourg pokaa 9
© Nicolas Kaspar/ Pokaa

Un peu d'histoire : une vigne pour recouvrir des tags

Une bien triste fin pour cette vigne qui a plus de 40 ans d’histoire sur le campus de l’université. À l’origine, celle-ci a été plantée sur le bâtiment cubique de l’IBMC pour recouvrir des tags. En effet, à peine le bâtiment construit en 1973, des tags à la gloire de Mao ou du « camarade Krivine » apparaissent sur la façade du bâtiment. Pour les recouvrir, Jean-Pierre Ebel, premier directeur de l’IBMC, décide alors de planter de la vigne, selon l’Actu de l’Unistra du 4 novembre 2016.

Depuis, cette vigne a pu grandir et s’épanouir, formant ainsi un accueil douillet pour toute la biodiversité strasbourgeoise. Les chercheuses et chercheurs du bâtiment ont alors dû composer avec de nouveaux colocataires, comme des oiseaux, des écureuils, des insectes, mais également des araignées rouges.

strasbourgaimesesetudiants-campus-etudiants-fac-esplanade-universite22
© Samuel Compion/Pokaa

Une pétition pour empêcher sa disparition

Autant de biodiversité qui va disparaître à cause d’un projet de travaux. En effet, le 23 décembre dernier, le CNRS lançait un appel d’offres pour la « réfection et la pose d’une isolation thermique extérieure pour l’embellissement des façades de l’IBMC ». Ce projet, pensé pour faire des économies d’énergie, implique ainsi un arrachage de la vigne, sans replantation possible.

Face à cette chronique d’une mort annoncée pour la vigne de l’IBMC, un Strasbourgeois a lancé une pétition. Intitulée « SAUVER LA VIGNE VIERGE de l’Institut de Biologie Moléculaire et Cellulaire de STRASBOURG », elle met en avant le fait que les économies d’énergie réalisées grâce à ces travaux « en hiver ne serait que de 5 à 6% ». En outre, toujours selon la pétition, « en été, la perte de la vigne va entrainer une utilisation plus importante de la climatisation qui annulera ces faibles économies ».

IMG_7840
© Nicolas Kaspar/Pokaa

Résultat des courses ? « Ces travaux, financés par de l’argent public non seulement n’atteindront pas leur objectif initial mais pourraient au contraire augmenter notre facture énergétique ». La pétition demande ainsi l’arrêt du projet ainsi que l’entretien de la vigne, complété par la mise en place de stores extérieurs occultants ou encore la pose de panneaux solaires sur le toit de l’IBMC.

Après plus de 40 ans de bons et loyaux services, la vigne de l’IBMC semble vivre ses derniers jours. Le projet de travaux pour une meilleure isolation thermique extérieure compte en effet l’arracher purement et simplement. Peut-être que des solutions alternatives seront trouvées d’ici la fin de l’appel d’offres, fixé au 31 janvier. Il serait en effet regrettable qu’un symbole du campus de l’université disparaisse de cette façon.

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Info locale"

À la une

Incontournable du campus de Strasbourg depuis 40 ans, la grande vigne va être arrachée

Commentaires (2)

  1. Dans la pétition, il donne des chiffres de 5 à 6%, mais qu’elles sont ses sources ? Je veux bien signer, mais si les chiffres donnés n’ont pas de base concrète, ça ne sert à rien. Surtout que si une étude a été faite de la part du CNRS pour connaitre leurs gains, c’est qu’il y a une vraie raison. J’ai l’impression que la majorité des signatures sont essentiellement pour l’esthétique du bâtiment.

    • Les chiffres donnés dans la pétition sont ceux apportés par les études réalisées pour ce projet de rénovation.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Info locale”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !