Depuis le début de l’année, on traverse la frontière franco-suisse pour vous faire découvrir la ville de Bâle, sous tous ses aspects. Située à 1h10 de train de Strasbourg, la ville change de visage à chaque fois que l’on y retourne, et ce n’est pas pour nous déplaire. Cet été, on a voulu vous montrer les joies d’une ville qui vit littéralement au bord de son fleuve, le Rhin, et surtout : on mouille le maillot, car là-bas, c’est autorisé. On vous parle de notre trip express à Bâle et des jolies surprises ensoleillées que l’on a croisées sur notre chemin. 



Nous quittons Strasbourg au petit matin, direction Bâle, juste histoire de prendre un peu l’air sans voyager très loin. Le meilleur moyen pour y arriver, c’est le train : plus écolo, moins stressant et pas cher (20€ l’aller-retour avec la carte fluo qui coûte 10€ par an), il nous dépose tranquillement au cœur de la ville. À notre arrivée, instinctivement, la première chose que l’on cherche, c’est le Rhin, ce fleuve qui sépare la ville en deux et qui, en été, rythme les journées des touristes et des habitant(e)s. 

À lire ou à relire : Village d’artistes, soleil et pieds dans l’eau : on s’est offert une journée de « Dolce Vita » à Bâle



La vie autour de l’eau : à Bâle, le Rhin est l’attraction numéro un


À quelques minutes à pied de la gare, on aperçoit le Rhin, ce mastodonte qui s’étale de tout son long dans la ville. Ici, tout est tourné vers l’eau : les berges sont aménagées, les terrasses et les parasols sont déployés, des petites buvettes et des cafés éphémères se montent à coups de marteau… Bâle n’est plus du tout la ville que nous avions découverte il y a quelques mois.

Comme il est encore tôt, nous décidons de prendre un petit café glacé, (avec vue bien sûr), avant de traverser le fleuve. Les ponts sont déjà loin derrière nous, mais on aperçoit un petit bateau téléphérique qui fait des aller-retour. Pour la modique somme de 2Fr suisse, celui-ci nous dépose en douceur sur la rive. Le court trajet est un joli moment en soi, qui offre la possibilité de voir la ville autrement et de se laisser porter.

Un parvis d’église ombragé et très animé, des maisons accrochées au bord de l’eau, du soleil : l’ambiance est détendue en cette saison, et on ressent vraiment une atmosphère particulière qui donne envie de prendre son temps. Après une petite balade les yeux en l’air, alors que les terrasses de bord de quai se déploient, on remarque très vite des silhouettes dans l’eau, accompagnées par de petites bouées colorées. Ça y est, les premiers baigneurs se lancent, et bien évidement, on a voulu en savoir plus sur ce curieux défilé de nageurs et de nageuses qui dérivent avec le courant. 

Ici, à Bâle, nager dans le Rhin est un sport national, et c’est une attraction estivale très prisée, non seulement par les habitant(e)s, mais aussi par des visiteurs des quatre coins de l’Europe. Autorisé et très réglementé, l’accès à la baignade se fait sur un tronçon bien délimité du Rhin. On se baigne simplement d’un point A à un point B pour ne pas déranger la navigation : efficace et sans bavure. C’est simple, sécurisé, accessible à toutes et à tous et surtout c’est très bien expliqué par des panneaux que l’on croise au bord de l’eau. On croise les doigts pour que, à l’avenir, la ville de Strasbourg s’en inspire !


Nager dans le Rhin, en plein centre-ville !


Se baigner dans un fleuve aussi immense, alors qu’il y a du courant et quelques bateaux qui passent, ça peut sembler assez surprenant pour nous, des Strasbourgeois et des Strasbourgeoises à qui on a toujours interdit la baignade en ville. 
Mais ici, personne n’est surpris. Ni les ados qui se tapent des petits kiffs avec leurs parents frileux, ni les mamies qui se sont donné rendez-vous pour une traversée.

Mais avant de se jeter à l’eau, il faut connaître quelques règles. Nager à contre-courant est presque impossible : on partira donc d’un point précis à un autre, et pour cela, il faut sécuriser nos affaires. Il est donc fortement conseiller de se munir d’un sac bouée (que l’on trouve dans les boutiques au bord de l’eau ou à l’office du tourisme). On peut y placer nos vêtements, nos chaussures et autres téléphones et, en même temps, il sert de bouée de sécurité ! Plutôt pratique. 

Une fois nos affaires au sec dans le sac bouée (il existe plusieurs tailles), nous cherchons le meilleur point de départ. Pour nous, ce sera une petite plage de galets. L’eau est à 25 degrés, il fait chaud, on se jette naturellement à l’eau et on se fait tout de suite emporter par le courant. On n’a pas besoin de nager, on se laisse simplement porter par le fil de l’eau au milieu de la ville, et le spectacle est saisissant.

On se fait bercer, on observe la vie au bord du fleuve avec un point de vue différent, le paysage défile, on passe sous les ponts tout proche des berges, les curieux nous saluent, l’eau est bonne, on prend le temps de discuter. C’est un vrai moment populaire et inattendu qui anime toute une ville et pimente notre escapade. On ne vas pas vous mentir : on a adoré. 


Bar de plage et tapas les pieds dans l’eau : à Bâle on rigole zéro avec l’apéro



Après deux kilomètres de traversée (en 30 minutes seulement, grâce au courant), l’envie de se caler en terrasse, de prendre un verre et de manger un bout se fait cruellement ressentir. Après quelques recherches rapides, on se dirige vers le Sundoase, un bar de plage situé à 30 minutes à pied du Mittlere Brücke, le pont devant lequel nous sommes sortis de l’eau. 

Sur notre route au bord de l’eau, on croise de nombreuses terrasses littéralement collées au Rhin, ainsi que des centaines de personnes qui étalent leurs serviettes, trinquent et font bronzette au bord de l’eau. On est à des années-lumière de l’image que l’on colle par défaut à la Suisse et à ses villes que l’on imagine un peu trop rangées. Ici, on passe du bon temps sans déranger son voisin, avec civisme et respect, tout simplement. D’ailleurs, il n’est pas rare de lire « Chill With Respect » sur les murs. Là aussi, un bon exemple à suivre.


Après quelques kilomètres de marche, on arrive au Sundoase, un bar-resto situé dans le nord de la ville, tout proche du club le Nordstern. Une fois sur place, on découvre un immense bar de plage sur deux étages qui donne lui aussi sur les eaux bleues du Rhin. Du sable sur le sol, des transats, des palmiers, du soleil et des gens assis ou couchés un peu partout, c’est définitivement l’été et tout le monde en profite. C’est ici que l’on choisit de s’installer, de prendre le temps de se rafraîchir, de manger un bout et de planifier la suite de la journée. On a eu un joli coup de cœur pour ce lieu qui change au fil des heures et des lumières jusqu’à se transformer totalement une fois la nuit tombée. Et, pour ne rien gâcher, on a vraiment bien mangé.


Se laisser emporter sans but, découvrir l’inattendu

Une fois une pinte et des tapas engloutis, retour au centre-ville, en tram cette fois-ci. Il est 16h, notre train nous laisse encore 2 h de temps libre. On décide alors de crapahuter dans la ville à la recherche de rien et de tout en même temps. Après quelques minutes de déambulation, on croise la route d’une gigantesque fresque du côté de Gerbergässlein (vieille ville). Commandé par le bar rock L’Unique, et réalisé par Art4000 sur un immense mur, le graffiti représente des stars du rock d’hier et d’aujourd’hui sur environ 10 mètres de haut sur 30 mètres de large. On peut passer de longues minutes à deviner quelles personnalités sont représentées, parfois d’ailleurs avec des traits vraiment caricaturaux. Après quelques recherches, il semblerait que ce soit l’une des oeuvres de street art la plus connue de la ville, et elle impressionne autant qu’elle fait sourire.

Avant de partir et de clôturer notre belle journée, on a voulu boire un verre sur le rooftop de l’Amber Bar. Comme la terrasse était malheureusement complète, on est finalement redescendu au bord de l’eau et nous avons opté pour des cocktails à emporter au Walther Bistrot : l’un de nos meilleurs choix de la journée. On y a choisi des variantes de Spritz avec des alcools maison, on s’est installé au bord de l’eau pour faire trempette une dernière fois : le meilleur moyen de souffler et de faire le bilan de cette journée très agréable, qu’on vous recommande vivement d’aller vivre, vous aussi, cet été.


Office du tourisme de Bâle

Steinenberg 14
4051 Basel
Suisse
Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 18h30, le samedi de 9h à 17h et le dimanche de 10h à 15h
+41612686868
Le site de l’office du tourisme

*Soutenu mais non relu par l’Office du tourisme de Bâle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here