À Strasbourg, on a la chance d’avoir plusieurs dizaines de librairies qui peuvent satisfaire toute notre soif d’évasion et de culture. Au sein de certaines communes de l’Eurométropole, la réalité n’est pas la même, avec parfois une absence complète de magasins de livres. C’était le cas de Bischheim avant que Florian, un passionné de littérature, décide de lancer sa librairie « Lignes de fuite ». Rencontre.



Une avenue passante, avec de la circulation. En face, des bâtiments en réhabilitation, dont un tiers-lieu qui s’appellera le Sapin Vert, qui accueilleront bientôt la bibliothèque de Bischheim. Dans ce décor se trouve une petite librairie d’une trentaine de mètres carrés à l’ambiance boisée, encore discrète, mais prête à se faire connaître. Son nom ? « Lignes de Fuite », qui vient proposer aux habitantes et habitants de Bischheim une librairie de proximité.

© Nicolas Kaspar/Pokaa


Un projet personnel et familial

Même s’il est un grand amateur de littérature, et particulièrement de poésie, rien ne destinait Florian à ouvrir sa propre librairie. Néanmoins, un événement majeur l’a motivé à se lancer : la barre fatidique des 30 ans. Le jeune homme développe : « Ayant atteint cette barre des 30 ans, je me suis dit qu’il fallait que je me lance dans un vrai projet. Je suis un passionné du livre, donc même s’il fallait un peu oser, ça m’a paru d’un coup évident, comme si la lumière s’était allumée ». L’engouement pour les librairies pendant le Covid, mais également l’exemple de sa compagne, également libraire, l’ont définitivement conforté dans ce choix. Habitant à Bischheim, l’ancien étudiant a donc décidé de sauter le pas. Et lorsque la boutique qui occupait précédemment le local a fermé ses portes, il n’a pas hésité. 

Dans son projet un peu fou, Florian peut néanmoins compter sur son entourage et sa famille. La grande majorité des meubles, et notamment le comptoir en bois de sapin, a été confectionnée par son père et son grand-oncle. Comme une transmission de l’héritage de sa famille de menuisier. « Ça me tenait à coeur que le mobilier ait une âme, insiste Florian. J’ai dessiné tous les meubles, au centimètre près, avant de leur donner les plans. J’ai aussi tout repeint, fait la verrière. En somme, beaucoup de travaux où je me suis fait plaisir ». En plus, son cousin a réalisé le logo de la librairie, tandis que sa compagne a réalisé le site internet. « Lignes de fuite », définitivement une histoire familiale.


Une librairie généraliste et proche des habitant(e)s

D’ailleurs, pourquoi ce nom ? Dans « Lignes de fuite », on retrouve les différentes inspirations de Florian. Ses études en histoire de l’art lui font expliquer que les lignes de fuite représentent une convergence vers un seul et même lieu. Et son amour de la littérature se retrouve dans le mot « ligne », présent dans l’écriture des livres, mais également dans la « fuite », soit l’évasion rendue possible par la simple lecture d’un bon livre. Dans sa librairie, « le but c’est que tout le monde puisse trouver chaussure à son pied ». Ainsi, vous retrouverez des nouveautés, du roman, du polar, de la bande dessinée, du manga… Il y a également tout un rayon poésie, un autre sur l’histoire de l’Alsace et une pièce réservée à la jeunesse, avec des vinyles.

« Lignes de fuite », c’est surtout un lieu qui apporte un véritable service public aux habitant(e)s de Bischheim. En effet, avant elle, la commune ne bénéficiait pas d’une librairie. La plus proche se trouvait à Schilitgheim, la librairie Totem. Et comme il n’est pas tout le temps aisé d’accéder à Strasbourg, beaucoup d’habitantes et d’habitants de communes alentours pouvaient se trouver désemparé(e)s. Désormais, selon Florian, même des habitants de Hoenheim et de Souffelweyersheim viennent dans sa librairie. Une réalité qui confirme l’envie du jeune libraire : « J’ai envie de m’intégrer dans la vie locale de Bischheim, surtout que maintenant j’y habite. J’ai fait un pari que la rue va changer dans les prochaines années. Il y a un peu de changement dans l’air ».


Une inauguration officielle ce 18 juin

Pour fêter cela, la librairie organise une inauguration officielle le 18 juin prochain, après avoir passé son premier mois à se faire connaître des habitantes et des habitants. Dans la cour intérieure de la librairie, vous pourrez rencontrer Jean-Michel Maulpoix, poète, prix Goncourt 2022 de poésie et habitant de Bischheim. Il y aura également de la lecture de poésie jeunesse, avec l’association Revu. Enfin, Léontine Soulier illustratrice qui a notamment réalisée « La gardienne du phare », une fresque cour Cambridge à l’Esplanade, sera également de la partie. Le tout, évidemment, avec de quoi boire et manger.

Les librairies représentent un service public essentiel. Il est ainsi réjouissant de voir des projets fleurir, particulièrement dans des communes de l’Eurométropole qui n’en bénéficiaient pas jusqu’alors. Un bel exemple, qui en inspirera peut-être d’autres à l’avenir.


Librairie « Lignes de fuite »

Ouverte mardi et jeudi de 14h à 19h, mercredi et vendredi de 10h30 à 12h30, puis de 14h à 19h, samedi de 10h à 17h30

7 avenue de Périgueux, 67800 Bischheim
Site internet
Facebook
Instagram


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here