Lucile et Emma, deux amies et belles-sœurs, ont ouvert une nouvelle boutique rue du Maréchal Foch. Ici, pas d’emballages mais des produits vendus en vrac et au poids désiré. Avec plus de 600 références, les deux entrepreneuses souhaitent faciliter les courses en vrac en proposant une large variété de produits, tout en privilégiant le local et le bio.



Sur la vitrine du 7 rue du Maréchal Foch, à Strasbourg, de grandes lettres blanches révèlent aux passants la nouvelle boutique installée ici depuis peu. “Les petits poids de Lulu & Emma – Épicerie Zéro déchet”, peut-on y lire depuis le 26 avril. En s’approchant d’un peu plus près, on peut d’ailleurs deviner Emma et Lulu, Lucile de son prénom, s’affairer derrière le comptoir. Ce sont ces deux amies et belles-sœurs qui sont à l’origine de ce nouveau cocon dédié à la vente en vrac, c’est-à-dire sans (ou presque sans) emballage. 

© Mathilde Piaud pour Pokaa

L’idée est d’abord née dans l’esprit de Lucile. Après de nombreux jobs allant du secrétariat à la restauration en passant par la vente, et après quelques expériences concluantes dans des boutiques de vrac, la jeune femme en est convaincue : il existe de la place pour une nouvelle épicerie de vrac à Strasbourg. “J’ai la fibre écologique. Le vrac c’est une manière de consommer que j’avais depuis longtemps”, se souvient la jeune femme. 

C’est comme une évidence qu’en 2019 elle partage cette idée avec Emma, diplômée d’un master en marketing et gestion du sport et elle aussi portée par la volonté d’entreprendre. “On s’était déjà dit qu’on aimerait bien faire quelque chose en famille, sans savoir quoi. Quand j’ai pensé à la boutique, je lui en ai parlé et elle a tout de suite adhéré”.  

© Mathilde Piaud pour Pokaa



600 références

Après plus de trois ans de recherche d’un local et de fournisseurs, de création d’un business plan, de formations et de travaux, la boutique qu’elles avaient tant imaginée a finalement vu le jour. 

On vient ici avec ses contenants, c’est-à-dire ses bocaux ou encore ses sacs en tissu pour acheter la juste quantité souhaitée. Pour ceux qui arrivent les mains vides pas de panique : des bocaux déposés par d’autres clients et lavés par la boutique ou bien encore des sacs en papier kraft sont laissés à la disposition de tous. Lucile et Emma effectuent ensuite la pesée des bocaux et il ne reste plus qu’à se servir, au plus proche de ses besoins. 

© Mathilde Piaud pour Pokaa

La surface de vente de 55m², où le bois brut côtoie les moulures du plafond, a été organisée en différents espaces. Au centre, les bacs transparents dévoilent des dizaines de produits secs : riz, pâtes, légumineuses mais aussi des biscuits, des fruits secs et à coque, du chocolat, des gâteaux apéros, des épices ou encore du thé et du café. Au fond de la boutique des produits cosmétiques (déodorants, dentifrice, shampoings, savons, baumes et même des paillettes) mais aussi ménagers sont installés à côté des accessoires de cuisine (gourdes, pailles, bee wraps…) et des accessoires pour la salle de bain (brosses à dents, cures oreilles, lingettes…). Enfin, l’entrée du magasin est essentiellement consacrée aux produits frais qui viendront bientôt (pains, œufs, pâtisseries, yaourts fromages végétaux, tofus, beurre…) et aux liquides (vinaigres, huiles, vin, sirops). “On a aussi une embouteilleuse à bière de la brasserie Bendorf”, se félicitent les deux entrepreneuses, tandis qu’en vitrine réfrigérante des plats cuisinés en bocaux sont prêts à être consommés. Ce sont au total environ 600 références qui sont proposées dans la boutique.



Démocratiser le vrac

Tout est pensé pour utiliser le moins d’emballage possible, tout en bénéficiant d’une offre large et variée. “ On voulait vraiment que les personnes puissent faire leurs courses du quotidien ici, sans qu’elles n’aient plus trop à faire leurs courses dans un supermarché. On souhaitait leur faciliter les choses parce que l’un des freins du vrac ça peut aussi être l’organisation que ça demande. Les gens n’ont pas le temps d’aller dans différents endroits, alors on a essayé de regrouper un de tout”, détaille Lucile. Seul la viande et les légumes ne sont pas proposés. “Il y a plusieurs boucheries dans le quartier et deux AMAP juste à côté”, expliquent les deux belles-sœurs. 

© Mathilde Piaud pour Pokaa

L’autre contrainte qu’Emma et Lucile ont souhaité limiter, c’est celle du tarif. “On voulait faire une marge faible. Notre but premier c’est de démocratiser le vrac. Il ne faut pas que ce soit un effort financier de consommer de cette façon. On veut que les gens fassent leurs courses du quotidien pas seulement qu’ils viennent pour acheter des produits d’exception. Après il faut garder en tête que la grande majorité des produits sont bio”, explique Lucile. Et d’ajouter : “On a essayé au maximum d’être locales, avec en priorité des fournisseurs de Strasbourg puis on a ouvert à l’Alsace, puis à la France voire ailleurs pour certains produits.

Après quelques semaines d’activité, Lucile et Emma commencent à trouver leurs marques. Et les clients commencent à revenir dans ce nouveau commerce qui dynamise un peu plus la vie de quartier, à proximité du centre-ville. “Il y a des enfants qui viennent acheter des gâteaux après l’école ou même des gens qui n’avaient pas l’habitude de consommer du vrac avant qui viennent.  Ce qu’on veut, c’est justement cette relation de proximité avec les clients”, concluent Emma et Lucile.   

© Mathilde Piaud pour Pokaa

Les petits poids de Lulu & Emma
Epicerie Zéro Déchet

7 rue du Maréchal Foch
67000 Strasbroug
Tél. 03.92.01.80.80

lespetitspoidsdeluluetemma.com
Facebook
Instagram

© Mathilde Piaud pour Pokaa
© Mathilde Piaud pour Pokaa
© Mathilde Piaud pour Pokaa
© Mathilde Piaud pour Pokaa
© Mathilde Piaud pour Pokaa
© Mathilde Piaud pour Pokaa
© Mathilde Piaud pour Pokaa

*Article soutenu mais non relu par Lulu & Emma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here