Lors du conseil de l’Eurométropole du 20 mai dernier, les élus ont annoncé qu’une toute nouvelle résidence étudiante pourrait sortir de terre place d’Islande, grâce au soutien de l’État. Une très bonne nouvelle pour les étudiantes et les étudiants strasbourgeois, qui ont de plus en plus de difficulté à se loger chaque année.



Ils sont plus de 60 000 à être inscrits à l’université de Strasbourg et chaque année, c’est un parcours du combattant pour trouver un logement. En février dernier, la rénovation de certains bâtiments de la cité Paul Appel laissait même craindre que certains se retrouvent à la rue. Les associations étudiantes alertent sur la situation depuis plusieurs années : il faut davantage de logements étudiants.

Voilà donc une nouvelle qui devrait en ravir plus d’un. Le 20 mai dernier, le conseil de l’Eurométropole a adopté un projet prévoyant la création d’une nouvelle résidence universitaire sur la place d’Islande. Depuis la démolition de l’annexe du tribunal de grande Instance en 2017, la zone s’était transformée en une vaste friche, sur laquelle la nature avait peu à peu repris ses droits. Le terrain appartenant à l’État, il a fallu attendre l’accord de la Préfecture du Bas-Rhin pour que cet espace puisse être utilisé. Cette dernière prévoit de le mettre à disposition du CROUS pour qu’une résidence étudiante y soit construite. 

Crédits photos : Caroline Alonso.
Résidence étudiante Winston 2.
© Caroline Alonso / Pokaa


L’AFGES prévient : de nouvelles places oui, mais au même prix

Lors du conseil eurométropolitain, plusieurs élus ont approuvé cette décision, qui devrait à l’avenir, fluidifier les demandes de logements étudiants en début d’année. Je ne peux que saluer et je suis ravie qu’une résidence étudiante prenne place, place d’Islande. Il était essentiel qu’une résidence étudiante soit construite en plus et existe en plus à Strasbourg et ça ne pourra que participer au bien-être et à l’épanouissement des étudiants de notre collectivité.” a commenté la conseillère Rebecca Breitman.

L’AFGES (Association Fédérative Générale des Étudiants de Strasbourg), qui défend ce projet depuis plusieurs années, a également salué la décision dans un communiqué : “Face à une crise du logement omniprésente sur le territoire strasbourgeois, 500 places en moins dans les résidences universitaires à la rentrée 2022 de façon provisoire, une inflation de plus de 4,8%, il est essentiel de permettre au CROUS de construire de nouvelles résidences étudiantes.”

Mais l’association alerte aussi sur la nécessité de proposer des tarifs sociaux avec des loyers mensuels inférieurs à 250 eurosafin de correspondre aux revenus des étudiant-e-s.” D’après ses membres, les étudiants ne doivent pas payer les frais de cette nouvelle construction et les tarifs déjà en vigueur doivent être maintenus et les prix des loyers gelés sur plusieurs années.

© Laurent Khram

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here