Il y a quelques jours seulement, le numéro 55 de l’avenue des Vosges reprenait vie. C’est à cette adresse qu’Aurélie et Aymeric sont fiers de présenter leur premier grand projet : une pâtisserie accompagnée d’un petit coin salon de thé. Formé dans les plus grandes maisons parisiennes, le jeune couple revient sur ses terres natales pour nous proposer ce qui se fait de meilleur. Entre élégance, gourmandise et sobriété, les pâtisseries proposées reflètent une certaine idée du savoir-faire français. Nous sommes partis à la rencontre d’Aurélie pour qu’elle nous parle en détail de cette nouvelle adresse qui arrive à Strasbourg avec une proposition alléchante.



Les habitants du quartier connaissent bien le numéro 55 de l’avenue des Vosges. Anciennement pâtisserie Gat’ô, c’est dans ce petit espace de quelques dizaines de mètres carrés qu’Aurélie, Amandine et Louise confectionnent désormais des dizaines de pâtisseries haut de gamme. Bien aidées par Martine (la maman d’Aurélie), elles mettent en œuvre tout leur savoir-faire pour réaliser des pâtisseries classiques allant du Saint-Honoré à la tarte au citron en passant par le marbré, sans oublier la tartelette aux noix ou le fameux Kouglof. Ici, la brigade d’amies souhaite allier la tradition, la gourmandise et l’excellence, tout en ravivant au maximum nos souvenirs d’enfance. Convaincues que les choses les plus simples sont les meilleures lorsqu’on les prépare avec amour, elles bossent d’arrache-pied pour récréer les saveurs et les odeurs des cuisines de leurs grands-mères. Un sacré projet qui ne fait que commencer mais qui titille déjà la curiosité.


Une histoire d’amour, de vocation et de grandes maisons

La Maison Naas, un nom emprunté à la grand-mère d’Aymeric, c’est d’abord une histoire d’amour entre Aymeric et Aurélie. Âgés de 25 et 24 ans, ils se sont rencontré sur les bancs du Lycée Hôtelier Charles de Foucauld à Schiltigheim, alors qu’ils n’avaient que 18 ans. Déjà liés par la passion de leur futur métier, ils ont tous les deux pris la route pour Paris où ils ont travaillé pour de grandes maisons, entre hôtellerie de luxe et grande gastronomie. Elle est passée chez Pierre Hermé, La Pâtisserie des Rêves, La Grande Épicerie de Paris, et lui est passé par le Plaza Athénée, La Réserve, ou le Royal Monceau, rien que ça…

Après six ans d’exercice et des milliers d’heures de travail, le couple a décidé de revenir à Strasbourg, comme ils se l’étaient promis. Attachés à la vie à l’Est et à la dolce vita à l’alsacienne, ils ont longtemps cherché à s’installer dans un quartier hors des sentiers touristiques. Avec cette maison toute en sobriété du 55 avenue des Vosges, ils ont trouvé un écrin parfait pour mettre en avant leurs créations. Épuré, lumineux et élégant, le lieu aux allures de galerie d’art est également idéal pour recevoir les habitants du quartier.



Un salon de thé entre tradition et modernité pour des pâtisseries intemporelles

Dans ce lieu aux allures de bijouterie, il ne faut pas se méprendre. Bien que la blancheur et l’élégance du lieu suggèrent le luxe, les pâtisseries n’en sont pas moins authentiques et abordables (principalement de 4,20€ à 4,50€ jusqu’à 32 € pour les pièces les plus complexes). Ici, l’équipe a décidé de mettre en avant des produits de la région, des fruits de saison, et des douceurs parfois oubliées qui méritent pourtant la plus grande attention. Comme le précise Aurélie, l’accent est mis sur la naturalité, le simple, le bon, et le beau : « Nous avons choisi de ne pas proposer des choses trop farfelues mais plutôt de sublimer les grands classiques que nous revisitons avec le plus de précision possible et des matières premières de qualité. Nous sommes attachées aux traditions pâtissières et donc, forcément, aux gâteaux de mamies et à la générosité des sucreries de notre enfance. Ce sont souvent les produits qui se suffisent à eux-mêmes, et pour nous, la qualité et le plaisir riment souvent avec simplicité. Voilà pourquoi on s’amuse à proposer des classiques parfois oubliés comme la tarte aux noix, les madeleines ou le Paris-Brest. Les valeurs de la maison se reflètent dans toutes ces notes, et si je devais qualifier notre travail en quelques mots, ce serait amour, générosité et passion, et nous espérons que les habitants du quartier y seront sensibles. »



Les petits et grands +

  • L’équipe propose des plats du jour qui changent tous les jours pour 7€, et bientôt une proposition de sandwichs sera mise en place
  • La pâtisserie propose également des viennoiseries, pains aux chocolats et autres croissants au beurre
  • Il est possible de passer des commandes particulières pour les fêtes, anniversaires, Noël…
  • Le rapport qualité-prix est juste excellent
  • Le petit coin salon de thé est un vrai cocon, on peut même voir les filles travailler dans leur labo et mettre la main à la pâte, c’est un joli concept
  • Des pâtisseries sans gluten et même véganes arrivent bientôt


Maison Naas

55 Av. des Vosges
67000 Strasbourg
Ouvert du mercredi au lundi de 8h à 19h30 et le dimanche jusqu’à 13h30
La page Facebook
La page Instagram

*Soutenu mais non relou par Maison Naas

5 COMMENTAIRES

  1. En fait, Pokaa, c’est devenu un site publicitaire ….
    Plus rien d’objectif dans les conseils pour découvrir de nouvelles adresses, que du publi rédactionnel.

    Dommage.

  2. Bonjour,
    Effectivement je trouve aussi que cet article fait vraiment publi-reportage…..
    J’aimerais que l’on m’explique en quoi une tarte au citron, un Paris-Brest,, un éclair
    un St Honoré etc….. sont des desserts faisant appel à des produits locaux et de saisons
    quant aux pâtisseries de nos grands-mères…..
    Nous avons gouté deux éclairs un au café sans aucune odeur ni goût de café et un aux noisettes
    idem si ce n’est le goût des noisettes torréfiées de la déco, nous avons trouvé cela insipide trop gras et trop sucré.
    Quant aux prix que vous trouvez abordables, moi j’appelle cela cher!
    Un « Kougelhopf » digne de ce nom ((il y en a bien peu à Strasbourg) se doit au minimum d’être décoré avec des
    amandes entières au-dessus et n’a pas besoin de tout ce sucre …..Cordialement J.S

  3. Bonjour,
    Des douceurs revues régulièrement, de quoi ravir le palais sans se lasser avec les nouvelles pâtisseries de saison.
    Le St Honoré, un vrai bijou visuel et pour les papilles! La tarte noix, un vrai régal gourmand et moelleux… comme de la guimauve.
    Jamais trop sucré: le jeu des saveurs et des textures est équilibré dans les pâtisseries déjà goûtées.
    Dieu merci le « Kougelhopf » n’est pas soumis à une charte de réalisation mais uniquement au palais des plus gourmands: qu’il reste comme il est par pitié (c’est une dinguerie 😍!!!!).

    Le plus: ce petit espace chic mais très cocooning , qui casse avec l’esprit du quartier très vif et actif en semaine.

    Sur ce, merci à cet article publi rédactionnel de mettre en avant cette pâtisserie. J’y ai trouvé ma Madeleine de Proust: leur kougelhopf!

    Cordialement,
    M.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here