Feuilles oranges dans le caniveau, petite laine en soirée… Si les terrasses profitent encore de quelques rayons de soleil persistants, l’automne a bien fait son retour à Strasbourg. Autre signe : la fermeture progressive des lieux éphémères qui ont fait notre été. La Grenze, Les Docks, le Kiosque en musique, le Lavoir, le Phare Citadelle : que deviennent-ils à l’aube de l’automne ?



Ceux qui ont posé leur RTT pour hiberner

Commençons par les lieux qui nous ont dit adieu. Enfin, le temps d’hiberner jusqu’au prochain été. C’est le cas du Lavoir qui a fait ses aurevoirs sur sa page Facebook il y a quelques jours… Le bar et sa terrasse flottante sur l’Ill ont été démontés mais l’équipe est à retrouver au Botaniste. Tandis que le rendez-vous est déjà donné pour l’an prochain. Même chose du côté des Docks et du Kiosque à musique, les activités de la Ville pour « L’été à Strasbourg ». Maintenant que l’automne a pris le relais, on dit bye-bye à l’été.


Et du côté de La Grenze et du Phare Citadelle ?


La Grenze : un concert le 15 octobre

Pour La Grenze qui s’est bien implantée, été après été, ce n’est pas encore tout à fait les vacances. Si sa terrasse estivale a fermé ses portes la semaine dernière, son investissement dans la vie culturelle strasbourgeoise continue, avec une soirée de concerts hors-les-murs avec La Jungle et Pales.

La tête d’affiche ? La Jungle, un duo venu de Wallonie, qui viendra poser son son aux milles étiquettes : trans noise kraut rock, et que La Grenze nous décrit comme « techno à la guitare, noise-rock pour amoureux de boite de nuit, du math-rock pour toute la famille, sauvage et effrontément dansant ». Pales, le groupe en première partie, est quant à lui, strasbourgeois. « De l’indie rock anglais en passant par le post-punk tiraillé par quelques teintes noise. Une intention directe, sans fioritures ni faux-semblants ».

Quand et où ?
Le vendredi 15 octobre à 20h30
Hall des Chars (salle des Colonnes), 10 rue du Hohwald
L’événement Facebook


Le Phare Citadelle : dernière semaine

Tel un phare dans la tempête, il est le dernier lieu éphémère de l’été à être encore allumé. Pour encore quelques jours, le Phare Citadelle compte encore bien agiter Strasbourg. En plus de quelques événements de Musica qui sont organisés aux Halles Citadelle, résumé des activités pour y boire un verre pour la Der des Ders.

Ce soir, c’est tatouage et gros son au programme avec Destroyed Temple pour taper du pied, et la tatoueuse Amina Tattoo Club pour se faire piquer. Le premier, Destroyed Temple (l’alias de Paul Souviron) est membre fondateur du collectif d’artistes et label strasbourgeois Carpaccio Cathédrale et « produit une musique électronique mentale, sombre et sensuelle ». La seconde, Amina Bouajila/Amina Tattoo Club, viendra proposer des flashs à se faire tatouer, histoire de garder un souvenir impérissable du Phare.

© Coraline Lafon
Phare Citadelle et Musica
© Nagi Fero



Samedi 2, une soirée dédiée aux sonorités expé’ avec Kelly Placard « DJ de mariage et de divorce » (weird pop, new wave, new beat, disco, post punk, electronic…) et DJ Souffrance Culture qui « travaille dans d’obscurs projets et distille son goût pour le glauque […] ». Et enfin, PPaulus (Travail Rythmique) : « Sonorités synthétiques bizarrement accordées, filtrées et passées au travers d’effets DIY et séquences de boîte à rythme composent la plupart de ses live et DJ sets ».

Et le dimanche 3, c’est le Closing, la grosse date pour dire bisou-merci au Phare une dernière fois. Une expo photo (des photographes Nagi Fero et Pierre Frigeni) dans une des yourtes nous permettra de se souvenir des trois mois d’été là-bas ; et des ateliers et discussions y seront organisés pour faire le point autour de l’avenir du quartier (la Presqu’île et les Halles Citadelle)

Et si à minuit, le Phare éteindra ses lumières pour faire lui aussi place à la nuit, qui dit automne ne dit pas pour autant « ennui ». Le programme automnal strasbourgeois s’annonce tout aussi chargé que celui de l’été. Alors restez dans le coin, on a de quoi vous distraire jusqu’au printemps prochain.

Fanny Soriano

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here