Et si nous parlions d’un « pass » moins sanitaire que musical : celui du Pelpass Festival ?! Après une annulation l’an dernier – tu sais pourquoi –, la 4ème édition du festival strasbourgeois se tiendra bien, et ce, dès la fin du mois, pour notre plus grande joie. Un retour au jardin des Deux Rives, du 31 août au 5 septembre, soit quelques jours avant la rentrée, pour remettre un peu de peps dans ta fin d’été. Afrobeat, métal, chanson française, électro, rap, ska… Franchement, y a plus qu’à. Mais si tu ne sais pas encore quel jour y passer, voici un petit tour d’horizon de la programmation.




Un grand retour sur 6 jours !

Comme nous te l’avions précédemment annoncé, le Pelpass Festival revient en grande pompe, du mardi 31 août au dimanche 5 septembre. D’abord prévu à 500 personnes par soir, en version assise, il passe à 1000 debout ! Des rebondissements, des jauges et consignes qui ont varié, au gré des décisions de Matignon. Cette fois-ci, c’est la bonne. Pelpass écrit d’ailleurs pour cette édition : « On a hâte de vous retrouver, aussi compliqué soit-il, pour s’évader pendant une semaine autour de musique, de bière et de plein air ! ».



Et si côté bière et bouffe, ce sera du 100% local, côté musique, on alternera entre régional, national et international. Connu pour son éclectisme, le Pelpass Festival réserve chaque année une programmation axée sur la diversité et la découverte. Alors si tu te sens un peu paumé et ne sais pas encore quand y aller te déhancher, on te fait un tour jour par jour.

© Martin Lelievre




La prog’




Mardi 31 août : un petit pogo pour la route ?

Mardi, premier jour du festival, on commence avec de quoi faire headbanger les plus réservés. Pour pogoter : Pogo Car Crash Control, passé au Hellfest, et qui débarque avec un live grunge, groth et hardcore, ou encore le trio toulousain de Slift, plus heavy.

Mais l’affiche du soir mêlera métal d’une part et musiques électroniques, de l’autre, comme avec Canine (« bases électroniques riches en analogique, dark house plaisir, bruitages et envolées lyriques, le tout recouvert de création féminines et féministes »). Sans compter la DJ, live performeuse et productrice Calling Marian (électro-techno-acid), « l’une des figures émergentes de la scène électronique à suivre de très près ».




Mercredi 1er septembre : pour s’ambiancer dès le 1er du mois

Le deuxième jour, c’est Babylon Circus qui vient animer le chapiteau, avec dans les pattes, vingt ans de carrière et plus de 1500 concerts. La belle découverte du mercredi, c’est le blues tamasheq d’Aratan N’Akalle. Un groupe de musiciens maliens qui se rencontrent en 2012 dans des camps de réfugiés au Burkina Faso et en Mauritanie, pendant la crise politique au Mali.

Le mercredi toujours, l’électro balkan de Turbo Gumzi – un trio strasbourgeois – nous fera danser avec un « cocktail de rythmes transes, de beat hip hop et de folkores ». Et enfin, pour soigner la mélancolie de ta rentrée : Dr Sympathy, qui nous enjaillera avec ses sons ska, reggae & Co. Bonne ambiance.




Jeudi 2 septembre : cocktail tropical

Jeudi, grosse chaleur avec une déclinaison d’afro-beat et de sonorités tropicales. D’abord avec les Hollandais de Jungle By Night (« étonnant et détonant cocktail batave d’éthiopic-jazz, de JB’s-afro, de fela-funk, de lagos-rock et d’addis-adeba-highlife »), et Djeuhdjoah & Lieutenant Nicholson (chanson française, jazz, afrobeat, soul funk, electro, reggae… rien que ça). Ou encore le DJ strasbourgeois Lord Cumbia. Et enfin, la punk-funk électronique de MadMadMad.




Vendredi 3 septembre : gros rap qui frappe

Le lendemain, ambiance rap. À propos de Benjamin Epps, on lit dans le programme qu’« il est l’élu. Le phénomène. The One. Désignez-le comme vous le voulez, dans votre langue préférée. Chaque décennie accouche d’un talent pur et brut : Benjamin Epps […] est le futur, [il] est la révélation de la fin 2020 ».



À ses côtés sur l’affiche du vendredi, YN, « un retour à l’essence même du mot rap (Rythm and Poetry), […] de la poésie engagée, sombre et enragée » ; et un face à face à l’ancienne, entre le Mulhousien SMR (qu’on avait rencontré), et les Nancéens Lobo EL (champion du monde du End Of The Weak 2019) et Cotchei. Autre style : un set de Linju, membre d’ODC, dont l’univers musical passe de « la house à la musique brésilienne, [à] la trip-hop et l’acid-jazz ».

Toujours le même soir : les cinq mecs de Glauque, avec leur hip-hop trempé dans le rock et électro, qui va te faire foncer dans plus d’un pogo.




Samedi 4 septembre : soirée instrumentale et expérimentale

Le samedi, changement d’univers puisqu’on passe à l’instrumental, et aux sonorités expérimentales, comme celles de L’Orchestre tout-puissant Marcel Duchamp, un « orchestre baroque et contemporain », ou du Strasbourgeois Rachid Bowie et ses sets de « musique transcendantale, qu’elle soit électrique ou électronique ». Ou encore la percussionniste Lucie Antunes qui a pour « ambition de casser les frontières, bousculer les genres et rendre le dancefloor plus beau, plus doux, plus grand, plus intelligent et plus ouvert ».

Et après le versus hip-hop du vendredi, en voici un autre : Ippon face à BangBAngCockCock. Respectivement un trio electronic fuzz de Nancy, et un groupe de dark zouk krautrock de Strasbourg.

Enfin, venu d’ailleurs – d’un autre univers ou de Belgique –, l’autre curiosité du samedi sera « le rock spatial » de Shht, « cinq hommes câblés du vaisseau spatial sonique ».




Dimanche 5 septembre : voyage, voyage

Le dimanche, départ pour les dernières escapades musicales du festival avec Les Violons Barbares, un trio composé d’un Mongol, d’un Bulgare et d’un Français qui font résonner les influences de leurs trois pays d’origine. « Un voyage envoûtant à renfort de violon traditionnel mongol, gadulka bulgare, chant chamanique et percussions ».



Toujours à la frontières entre les cultures : Kumbia Boruka, né d’une rencontre entre un accordéoniste mexicain et un chanteur de reggae lyonnais, autour de la cumbia, musique latino-américaine.

Quant au versus du soir, il s’articulera autour de la poésie et de la chanson française avec Gargarousse (Mulhouse) et Simard (Vosges). Et enfin, pour clore la prog’ du festival : un spectacle participatif et original. …Un concours qui ne manque pas d’humour, pour « briguer le titre ultime de Dame de France », par les Sœurs Goudron, où le public pourra voter. Décalé et bien barré.





Tu sais ce qu’il te reste à faire pour kiffer un peu avant la rentrée ? Choper ta place pour le Pelpass ! Et justement, si tu es un peu chanceux, on a 2 x 2 pass 6 jours à te faire gagner !

Pour participer, il suffit de :

Les gagnantes et gagnants seront tirés au sort dans la semaine. Bonne chance à toutes et tous =)


+ d’infos

Pelpass Festival
Du mardi 31 août au dimanche 5 septembre 2021
L’événement Facebook

Pelpass
Facebook
Site internet et la programmation complète


Fanny Soriano

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here