Création de jeux vidéos, Fab Lab, ateliers, expositions… Du 3 juillet au 29 septembre, le Shadok propose un vaste programmes d’activités ludiques et tous publics autour du numérique. Cette initiative s’inscrit dans un large projet qui vise à rendre le lieu plus accessible aux Strasbourgeois et Strasbourgeoises.



>> A lire ou relire : Méconnu et délaissé, que devient le Shadok ? On est allés prendre des nouvelles

Cet été, le Shadok ouvre ses portes en grand. Situé sur la presqu’île Malraux, ce lieu dédié au numérique accueille jusqu’en septembre de nombreuses animations portées par des acteurs locaux. Une première, depuis sa création en 2015. « C’est une expérimentation qui s’inscrit dans la reconversion de cet endroit en lieu d’éducation populaire au numérique », détaille Alexandra Delaunay, en charge de ce projet à l’Eurométropole.

Le programme d’activités a été pensé autour de trois axes : l’éducation populaire au numérique donc, « avec tout ce qui est découverte, expérimentation », l’inclusion des personnes éloignées de ces technologies, et l’apprentissage de la citoyenneté – numérique là aussi – qui aborde notamment les questions de gestion des données personnelles et de création de fake news.

© Bastien Pietronave / Pokaa



S’essayer à la musique électronique

Particulièrement vaste, l’offre des animations proposées cet été au Shadok concerne tous les publics. Avec la Longevity music school par exemple, petits et grands pourront se lancer dans la composition de mélodies électroniques le 3 juillet, de 10h à 18h. L’occasion de découvrir que l’on peut faire de la musique avec des fruits – oui oui – ou transformer le son d’un piano en notes de violon grâce aux nouvelles technologies.

© Samuel Campion


Créer un jeu vidéo

Cet été, il sera également possible de participer à la création d’un jeu vidéo au Shadok. Animé par Ernestine, studio de développement de jeux vidéos strasbourgeois, cet atelier aura lieu du 6 au 10 juillet et sera là encore ouvert à tous les publics. « Chaque jour, les participants travailleront sur ce qui aura été fait la veille, détaille Alexandra Delaunay. Il est donc tout à fait possible de ne s’inscrire que pour une journée, et il n’est pas nécessaire d’avoir des compétences particulières en matière de code. » Ce peut être en revanche une bonne façon de s’y essayer en famille !

© Martin Lelièvre


Imprimer ses idées en 3D

Autre animation, itinérante cette fois, le Déambu’Lab. Un laboratoire d’idée, un « atelier dédié à la construction de nouveaux imaginaires numériques, écologiques et inclusifs. ». Ce Fab lab d’un nouveau genre accompagnera les participants dans un parcours créatif leur permettant de découvrir l’impact environnemental du numérique. Ils apprendront également à utiliser des logiciels graphiques et à imprimer leurs idées en 3D, avec des matériaux recyclés. Toutes les créations, maquettes et illustrations nées de l’atelier seront par la suite exposées dans le Déambu’Lab.


Plonger dans l’univers du fake

Du 7 juillet au 14 août, le rez-de-chaussée du Shadok accueillera également une exposition proposée par le collectif Basik. Elle mettra notamment en vis à vis de véritable portraits et des images créées de toutes pièces par des intelligences artificielles. L’objectif étant de distinguer chacune. « C’est l’occasion de redire qu’aujourd’hui, on peut complètement fabriquer une image, rappelle Alexandra Delaunay. Cela permet de garder un esprit critique par rapport à ce que l’on peut être amené à voir sur internet ». Une façon aussi d’aborder le « deepfake », un trucage d’images reposant sur les intelligences artificielles régulièrement utilisé pour créer des canulars ou propager des fake news.

© Bastien Pietronave/Pokaa


Plus d’inclusivité dans le numérique

Bon à savoir pour ceux qui sont régulièrement appelés par leurs parents et grands-parents pour les aider dans leurs démarches informatiques : Emmaüs connect proposera le 19 juillet un atelier dédié aux séniors. « Cette activité rentre tout à fait dans le cadre de l’inclusion numérique, note Alexandra Delaunay. Aujourd’hui, il y a encore des personnes qui n’ont pas de smartphone, pas internet, ou qui ne savent pas s’en servir. Or beaucoup de démarches ont lieu en ligne désormais: cela pose la question de l’accès au droit. » Et comme cette problématique ne concerne pas uniquement les aînés, l’association proposera également des ateliers pour les parents pour les aider à comprendre les environnements numériques de travail de leurs enfants et des animations à destination des jeunes pour les aider à comprendre et gérer leur réputation en ligne.

En septembre 2019, le Shadok avait accueilli un exposition du réalisateur Jan Kounen dans le cadre du festival européen du film fantastique. © Bastien Pietronave / Pokaa


S’évader avec le Festival européen du Film fantastique

Enfin, comme chaque année cette fois, le Shadok accueillera du 9 septembre au 30 octobre l’exposition Connexion, organisée dans le cadre du Festival européen du film fantastique de Strasbourg. Une célébration des cultures numériques qui mettra en avant le jeu vidéo indépendant et le cinéma en réalité virtuelle. On vous en parle plus en détails très rapidement 😉

Affiche 2021 du Feffs

Bref, avec le Shadok, il y aura largement de quoi s’occuper sur la presqu’île Malraux cet été !

***

Le Shadok
25 presqu’ile André Malraux, 67100 Strasbourg
03 68 98 70 35
Le site web / la Page Facebook
Tous le programme du Shadok à retrouver ici

***

Document remis

*Article soutenu mais non relu par le Shadok

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here