Après une première édition en septembre dernier, c’est le retour du Strasbourg Galeries Tour. Initialement prévue pour avril, cette seconde édition aura finalement lieu le week-end du 18 au 20 juin. Au travers d’un parcours original, ce sera l’occasion de visiter 18 galeries strasbourgeoises, et d’y découvrir leurs expositions printanières. Une jolie façon de renouer avec les lieux d’art, après ces quelques mois de fermeture ; et une toute nouvelle manière d’arpenter la ville sous le prisme de la création contemporaine. Pour les curieux qui ne sauraient attendre, petit avant-goût avant le lancement des festivités. Allez, c’est parti pour un Tour !




Un petit Tour et puis… ça va !

Le confinement d’avril aura vu le Strasbourg Galeries Tour être repoussé, mais le voilà de retour, du 18 au 20 juin. Après la galère, place donc aux galeries ! Que l’on soit simple visiteur ou collectionneur acheteur, ce parcours en 18 galeries et 18 expositions est une belle opportunité de revenir faire le plein d’art contemporain, plan à la main.

Un itinéraire à suivre un peu, beaucoup, à la folie, précisément ou plus librement. L’occasion donc, de « découvrir un aspect confidentiel de la vie culturelle et porter au grand jour la diversité et le dynamisme des galeries d’art », et « rencontre[r] et échange[r] avec les artistes et acteurs du monde de l’art ». Et pour les artistes et galeristes, l’événement permet de renouer avec le public un temps éloigné, et offre ainsi « une belle vitrine [à] ceux qui vivent pour et par la création toute l’année ».

Liste des galeries participantes
© Strasbourg Galeries Tour


Sélection de 5 expositions pour épater la galerie

Pour ne pas tout vous dévoiler, tout en vous donnant envie d’y aller… Petite sélection maison de quelques expositions à découvrir au fil du parcours. Comme 18, cela faisait beaucoup, en voici cinq qui nous ont tapés dans l’œil.




Panser l’objet, Penser le temps
Galerie Art’Course

Une exposition qui fait se rencontrer art contemporain et recherche universitaire. « Restaurer ou réparer un objet le replace dans une continuité temporelle. L’objet perdure et devient donc le témoin d’une société, d’une pratique. » Un dialogue entre le travail de trois artistes contemporains (Arna Gná Gunnarsdóttir, Enzo Mianes et Valentin Cotte) et celui des étudiants en Master Ethnologie (parcours muséologie) à travers les œuvres des premiers et les objets sélectionnés par les seconds dans la collection ethnographique de l’Université.

© Arna Gnà


L’univers pop d’A.A. Lungu
Galerie Cartel

Artiste-peintre venue de l’Est, A.A. (Alina Ada) Lungu est une des révélations de l’art contemporain. Née dans un Bucarest post-URSS, elle est pourtant fortement inspirée par l’imagerie de l’époque et ses icônes constructivistes, qu’elle déconstruit dans un univers pop qui claque. Exposée dans les capitales européennes, elle choisit Strasbourg pour sa première venue en France, dans un accrochage exclusif de vingt de ses toiles. Une occasion unique pour les Strasbourgeois de découvrir son travail et de la rencontrer puisqu’elle sera présente le temps du Strasbourg Galeries Tour.

© A.A. Lungu


Les estampes de Damien Deroubaix
Galerie Delphine Courtay

On ne présente plus Damien Deroubaix, peintre, sculpteur et graveur. Certains se souviendront probablement d’Headbangers Ball – Porteur de lumière, sa mémorable exposition au MAMCS – Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg, en 2019, que l’on t’avait présentée. L’artiste vient cette fois pour ses estampes. Il présentera une quarantaine de gravures dans la galerie Delphine Courtay. On y retrouvera son univers apocalyptique et ésotérique, truffé de références à l’imagerie des arts premiers dont il s’inspire régulièrement.

© Damien Deroubaix


Des aquagravures made in Strasbourg d’artistes renommés
Galerie de l’Estampe

« Depuis plus de vingt ans, la galerie l’Estampe édite des aquagravures originales, estampes en bas-relief, entièrement réalisées manuellement dans ses ateliers strasbourgeois, uniques en Europe. Nombreux sont les artistes internationalement connus qui ont été séduits par cette technique qui leur offre un nouveau champ de création ». Citons par exemple l’incontournable Robert Combas qui s’est fait connaître dès les années 80, le plasticien Jacques Villeglé passé maître de l’arrachage d’affiches, Erró et ses collages pop, ou encore Speedy Graphito, un des pionniers du street art en France. …Des collabs’ à ne pas louper, dignes d’une collec’ de musée !

© Speedy Graphito



Machin, Machine d’Alexandre Astier
AEDAEN Gallery

Artiste plasticien, Alexandre Astier détourne des objets du quotidien en les sortant du « contexte pour lesquels ils ont été conçus ». « Objets réduits à leur fonctionnalité minimale : la balle rebondit, la roue tourne, la chambre à air se dilate, le capuchon bouche, le sucre sucre, etc. Sa méthode de travail est tout aussi simple : patience, observation et expérimentation ». Il apporte un tout nouveau regard, rempli de poésie, sur ces reliques rouillées, abîmées, en leur offrant une seconde vie bien différente de la première.




Pour en voir davantage, rendez-vous les 18, 19 et 20 juin. Armés d’un plan et de bonnes chaussures, et hop, c’est parti pour l’artventure !


En savoir +

Strasbourg Galeries Tour
Site
Facebook
Instagram

Quand ?
Vendredi 18, samedi 19, dimanche 20 juin
De 12h à 20h
[L’événement Facebook]

Où ?
Dans 18 galeries strasbourgeoises


Fanny Soriano

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here