AU SECOURS DE STRASBOURG

À REGARDER DIMANCHE SOIR SUR LA PAGE FACEBOOK ET LE COMPTE INSTAGRAM DE POKAA

À Strasbourg et dans l’Eurometropole, des centaines de personnes s’endorment et se réveillent dans la rue. Dans une année frappée par la Covid-19, la situation pour ces personnes fragilisées est devenue particulièrement délicate. Pour leur venir en aide, des dizaines de bénévoles et des associations s’activent jour et nuit, dans l’ombre, pour cuisiner, nourrir, instruire, parler, sauver. Mais qui sont-ils vraiment ? À quoi ressemble leur quotidien et comment s’organisent-ils ?



Pour Pokaa, la réalisatrice Charlotte Espel a souhaité mettre en lumière la solidarité strasbourgeoise, à travers un reportage brut et sans langue de bois. Une semaine en immersion auprès de ceux qui consacrent leur vie à venir en aide à ceux dans le besoin. De jour comme de nuit, nous avons embarqué au cœur de l’action, avec ceux qui souffrent mais aussi ceux qui leur tendent la main.

La solitude, le froid, la faim… Nous passons devant tous les jours, parfois sans même nous en rendre compte. Au travers de l’objectif, ce reportage est une fenêtre ouverte vers un Strasbourg que l’on ne connaît que trop peu, ou qu’on choisit parfois de ne pas regarder dans les yeux.

© Au Secours de Strasbourg / Charlotte Espel pour Pokaa
© Au Secours de Strasbourg / Charlotte Espel pour Pokaa

Cette dernière année fut particulièrement éprouvante, surtout pour ceux qui vivent dehors. Mais en matière de solidarité, Strasbourg est aussi une ville comme il en existe peu, avec un tissu associatif hors du commun qui vient en permanence apporter chaleur, attention et nourriture aux personnes nécessiteuses, qu’elles soient étudiantes ou à la rue.

Au mois de mars, Charlotte a choisi de suivre plusieurs acteurs de la solidarité dans l’Eurometropole. Strasbourg Action Solidarité, qui confectionnent et distribuent 2450 repas par semaine aux sans-abris. Le Wagon Souk à Koenigshoffen qui depuis 2019, développe un magasin gratuit où les gens peuvent venir sans aucune condition, mais aussi une cantine et une friperie solidaires ainsi qu’un dispensaire pour plantes.

L‘AFGES, Association Fédérative Générale des Étudiants de Strasbourg, qui vient en soutien aux jeunes universitaires strasbourgeois avec son épicerie sociale et solidaire. L’Armée du Salut, qui organise chaque semaine des animations, des distributions de petits-déjeuners ou des activités culturelles ou encore la Croix Rouge à Strasbourg, acteur majeur qui regroupe plus de 100 bénévoles engagés dans de multiples actions sociales.

Durant sept jours, nous les avons suivis, écoutés, observés, afin de prendre une leçon d’humanité qu’il est aujourd’hui temps de partager.

© Au Secours de Strasbourg / Charlotte Espel pour Pokaa
© Au Secours de Strasbourg / Charlotte Espel pour Pokaa


LE MOT DE LA RÉALISATRICE

« En tant que réalisatrice, j’ai toujours été attirée par les parcours humains, parfois faits de réussite et parfois de chutes, d’accidents de la vie. J’aime suivre ces trajectoires originales, des destins qui se font ou se défont, des hasards qui amènent loin ou des malchances qui stoppent votre chemin. J’ai toujours été fascinée et terrifiée à la fois par ce point de bascule entre la vie et la survie, qui peut s’opérer si vite. J’ai voulu filmer ces gens qui ont subi ce glissement, ces laissés-pour-compte de la société. Des personnes que l’on ne remarque même plus dans nos rues, qui sont devenues invisibles à mesure que l’on tourne la tête. Qu’est-ce que la crise du Covid a changé pour eux ? Sont-ils plus nombreux ? Comment vivent-ils la distanciation sociale alors qu’ils sont déjà isolés ? 

C’est par le biais des bénévoles d’associations caritatives que j’ai décidé de les approcher, pour questionner et changer la perception que l’on a des SDF. J’ai découvert des gens passionnés de solidarité, qui mettent leur vie au service des autres, qui se révèlent dans l’entraide. C’est à leurs côtés que j’ai vécu pendant une semaine, au rythme des distributions, des maraudes, ou de petites touches d’humanité, sans jugement. Une immersion sans fard dans un univers rude mais éclairé par la chaleur humaine.« 


AU SECOURS DE STRASBOURG

À REGARDER DIMANCHE SOIR SUR LA PAGE FACEBOOK ET LE COMPTE INSTAGRAM DE POKAA

© Au Secours de Strasbourg / Charlotte Espel pour Pokaa

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here