Depuis 2013, les Strasbourgeois avaient pris l’habitude de voir éclore en février le grand chapiteau de Strasbourg Mon Amour. Cet évènement, porté par l’Office de Tourisme de Strasbourg, insuffle chaque hiver un peu de vie et de gaîté à Strasbourg et permet « d’accroître la fréquentation touristique au mois de février », en célébrant la Saint-Valentin pendant 10 jours. Cette année, Covid oblige, hormis quelques « initiatives organisées par quelques partenaires historiques », Strasbourg mon Amour n’aura pas lieu. L’occasion de faire le point sur cet évènement, qui mêle l’économie aux sentiments.


Strasbourg mon Amour en quelques chiffres

Cette année, Strasbourg mon Amour aurait dû fêter son 9e anniversaire. Lancé en 2013 par l’Office de Tourisme de Strasbourg, ce festival dédié à l’amour et aux amours permet d’assister à des évènements en tous genres : des guinguettes au Café des Amours, des soirées cabaret, des dégustations de vins, des concerts, des speed dating sur glace, des baignades romantiques nocturnes ou encore des croisières et des dîners dans le noir !

Selon le dossier de presse de l’édition de 2020, l’évènement a plusieurs vocations : « mettre en avant la dimension romantique de la ville », « proposer une manifestation à la portée de tous, avec de nombreuses gratuités et des tarifs tout doux » ou encore « accroître la fréquentation touristique au mois de février ». En effet, si la ville de Strasbourg est très visitée en été ou pendant le marché de Noël, la période post-janvier est souvent plus creuse pour les acteurs du tourisme. L’idée était donc, toujours selon le dossier de presse, « d’utiliser la renommée de « Strasbourg mon amour » comme une stratégie d’image permettant de valoriser plus largement notre destination tout au long de l’année, sous ce nouvel angle, et d’attirer à Strasbourg de nouvelles clientèles. » Pour atteindre ces objectifs, un budget d’environ 500 000 euros est alloué chaque année à l’évènement, soutenu financièrement en partie par l’Eurométropole (130 000 €), la Ville de Strasbourg (60 000€) et la Région Grand Est (15 000 €).

Une stratégie d’attractivité payante ? Toujours selon les chiffres communiqué par l’Office de Tourisme, il semblerait que oui : « En 2019, la 7e édition de « Strasbourg mon Amour » a attiré quelque 30 000 personnes sur les 10 jours de l’événement, dont environ 20 % de visiteurs extérieurs à la ville. » L’Office de Tourisme enregistre également « une hausse de 134 % des nuitées passées dans l’Eurométropole depuis la création de l’événement en 2013 » et constate que « l’offre SNCF « Partez à 2, payez pour 1 » à destination de Strasbourg, a permis, en seulement 5 jours de promotion, de vendre plus de 3 000 billets à destination de Strasbourg durant le festival ». L’objectif de transformer Strasbourg en capitale de l’Amour pour la rendre attractive en période creuse semble donc porter ses fruits.


Quelle édition pour 2022 ?

En 2019, des collectifs et des artistes strasbourgeois s’étaient mobilisés pour dénoncer l’affiche et la programmation de Strasbourg mon Amour, les deux étant jugées trop stéréotypées, pas assez inclusives et déconnectées d’un monde plus complexe et diversifié que le scénario de La La Land. Le sujet avait même été discuté en conseil municipal et Paul Meyer, qui était alors adjoint au tourisme, avait annoncé qu’il était conscient de ce problème et qu’il souhaitait y remédier les années suivantes. Entre temps, la crise sanitaire et les élections municipales sont passées par là, avortant l’édition 2021 de Strasbourg mon Amour mais en laissant à Joël Steffen, désormais en charge du tourisme, et Floriane Varieras, en charge de la ville inclusive, les mains libres pour imaginer un festival de l’amour plus inclusif que jamais pour 2022.

En plus de cette notion d’inclusivité, pourquoi ne pas utiliser un festival qui prône l’amour pour se confronter à l’actualité ? Peut-être serait-il utile, alors que les témoignages d’agressions sexuelles explosent sur internet, de remettre le consentement sur le devant de la scène du Café des Amours ? Avec en plus une crise sanitaire mondiale qui a complètement chamboulé les relations amoureuses, il y a de quoi faire une édition dans l’ère du temps ! Car, si Strasbourg mon Amour n’aura pas lieu cette année, nous, on a hâte de voir ce que va nous réserver l’édition de l’année prochaine.

© Martin Lelièvre


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here