Comme toujours après les interventions d’Emmanuel Macron, c’est à son Premier ministre de donner les explications. Jean Castex a réalisé une conférence de presse ce jeudi 26 novembre, pour détailler les mesures annoncées par le chef de l’État lors de son allocution. On vous en fait le résumé ici, pour comprendre comment celles-ci vont influencer nos vies de Strasbourgeoises et de Strasbourgeois dans les temps à venir.

>> À lire ou à relire : Commerces ouverts et rayon de 20km : ce qui va changer à Strasbourg à partir du 28 novembre


Les bars et restaurants fermés jusqu’au 20 janvier

Emmanuel Macron avait laissé le doute planer quant à la réouverture des bars, ne parlant que des restaurants à l’horizon du 20 janvier. Il semblerait que son Premier ministre ait précisé les choses puisque Jean Castex a déclaré que « les bars et restaurants seraient fermés jusqu’au 20 janvier« . Il semble donc que les deux rouvriront en même temps.

Par la suite, le Premier ministre a déclaré vouloir faire de 2021 « l’année de la gastronomie française ». Et pour cela, il désignera « une personnalité qualifiée pour préparer ce grand chantier en lien étroit avec les professionnels ». Je mets une pièce sur Philippe Etchebest.

© Samuel Compion / Pokaa


Le rappel du protocole sanitaire

Les commerces rouvrent leurs portes à partir de samedi 28 novembre au matin. La condition ? Respecter un nouveau protocole sanitaire renforcé. On vous le détaillait déjà dans cet article, mais Alain Griset, ministre délégué des PME remplaçant Bruno Le Maire au pied levé, fait un petit retour également dessus.

  • La jauge est portée à 8 m² par client et s’applique à la surface de vente totale. Les commerces de plus de 400 m² devront mettre en place un système de comptage pour veiller au respect de cette jauge.
  • Il est recommandé d’indiquer un sens de circulation dans les commerces.
  • Du gel hydroalcoolique devra obligatoirement mettre à disposition des clients à l’entrée
  • Les commerces pourront être ouverts jusqu’à 21 heures, et des dérogations seront possibles pour ouvrir le dimanche.

Rien de nouveau certes, mais précisons tout de même que les mesures de fermeture de certains rayons des grandes surfaces sont désormais levées.

© Samuel Compion/Pokaa


Les commerces strasbourgeois ouverts tous les dimanches jusqu’à Noël

Pour parler un peu local, dans le cas de Strasbourg, les commerçants sont autorisés à ouvrir leurs portes les dimanches 29 novembre et 6 et 13 décembre, de 13h à 19h, puis le 20 décembre de 10h à 19h. Par la suite, l’arrêté préfectoral, disponible ici, précise également que les personnes qui travailleront durant ces quatre dimanches auront droit à une majoration de salaire de 100 % des heures effectuées, ainsi que leurs frais de déplacement ou de stationnement supplémentaires pris en charge par l’employeur. Important à savoir.

Communiqué de presse de la préfecture du Bas-Rhin


La question de la reprise du sport

Désormais, on pourra sortir à 20 kilomètres autour de notre domicile, et ce pour 3h. Ce qui impliquait forcément des questionnements sur la reprise du sport en club. Là-dessus, Jean Castex a déclaré que : « Vous pourrez courir dans l’espace public ou pratiquer votre sport individuel dans un stade ou un terrain de sport découvert, comme par exemple le tennis, l’équitation, l’athlétisme ou le golf ». De plus, nager sera à nouveau possible dès samedi matin. À suivre du côté des précisions des piscines de Strasbourg, mais bonne chance pour aller jouer au tennis dehors en plein mois de décembre !

Les enfants pourront reprendre les activités individuelles en intérieur, le 15 décembre prochain. Pour les adultes néanmoins, il faudra attendre le 20 janvier, pour la reprise des sports de contact, des sports collectifs et des salles de sport. Dans le même temps, pas de retour à la Meinau avant le 20 janvier également. Pour la petite info, ça pourrait donc être contre Saint-Étienne.

Reviens le soleil. © Nicolas Kaspar/Pokaa


Les cinémas et théâtres rouvrent le 15 décembre

Déjà annoncée par Emmanuel Macron, cette réouverture a été précisée par Roselyne Bachelot, ministre de la Culture. Le 15 décembre le couvre-feu remplacera le confinement. Pendant cette période, « une tolérance sera permise pour que les spectateurs finissant à 21 heures puissent rentrer chez eux », comme le dit la ministre. Dans ce cas précis, le ticket de spectacle ou de cinéma serviront de justificatifs.

À cette même date, les conservatoires et les écoles de musique pourront de nouveau proposer des cours. À l’exception près du chant, une activité jugée trop risquée sur le plan sanitaire.

Retour le 15 décembre. © Coraline Lafon/Pokaa


Davantage d’aides pour les entreprises

Annoncées par Emmanuel Macron et détaillées par le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, les aides de l’État prennent de nouvelles formes. Pour les entreprises qui restent fermées jusqu’au 20 janvier prochain, et même au-delà pour les bars et boîtes de nuit, le président de la République annonce que « en plus des dispositifs déjà existants, tous les établissements qui resteront fermés administrativement se verront verser, quelle que soit leur taille, 20% de leur chiffre d’affaires de l’année 2019, si cette option est préférable pour eux aux 10 000 euros du fonds de solidarité.« 

Hier matin, Bruno Le Maire a explicité les détails sur France Inter : cette mesure concernerait 200 000 entreprises, avec un montant plafonné à 100 000 euros. Dans l’objectif de « couvrir non pas les plus petites entreprises, mais couvrir toutes les entreprises, sans exception, qui sont fermées« . Jusqu’à présent, ce fonds de solidarité concernait uniquement les entreprises de moins de 50 salariés.

Une « garantie de ressources » de 900 euros par mois pour 400 000 travailleurs précaires


Dans une interview donnée ce jeudi matin 26 novembre au quotidien Les Échos, la ministre du Travail Élisabeth Borne a annoncé une « aide exceptionnelle » pour les travailleurs précaires et les jeunes. Cela se fera sous la forme d’un revenu de remplacement mensuel minimal, beaucoup de mots compliqués pour ne pas dire « revenu universel », soit une aide individualisée et versée par Pôle Emploi.

La ministre du Travail a lors de la conférence de presse de ce midi précisé que cette aide concernera 400 000 personnes, « qui ont travaillé plus de 60% du temps au cours de l’année 2019, mais qui n’ont pas pu travailler suffisamment en 2020 pour recharger leurs droits du fait de la crise ». Le Premier ministre a par la suite détaillé que les salariés précaires toucheront, du 1er novembre à février, une garantie de ressources de 900 euros. Une mesure qui vise les extras de la restauration, de l’événementiel, ou encore les intermittents.

© Samuel Compion/Pokaa


Des aides accrues pour les jeunes

Les jeunes ne sont pas oubliés des annonces. Jean Castex a en effet annoncé que 20 000 jobs étudiants seront créés pour soutenir les étudiants décrocheurs. Ils prendront la forme de contrats de 4 mois à raison de 10h par semaine. Dans le même temps, le gouvernement double le budget du CROUS pour que des aides soient versées à 45 000 jeunes pour se loger et se nourrir. Enfin, le plan 1 jeune 1 solution, lancé le 23 juillet dernier, est renforcé.

Jean Castex a donc précisé plusieurs points qui posaient question après l’intervention d’Emmanuel Macron mardi. Les bonnes nouvelles : on va pouvoir reprendre certaines activités sportives de plein air, on retournera au cinéma dans 3 semaines et on ira soutenir nos commerces. Un semblant de vie d’avant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here