C’est reparti pour un tour : Strasbourg, comme toute la France, se reconfine à partir de ce soir, 23h59. Un sentiment familier revient, même si ce confinement sera un peu différent que celui du printemps. Principalement : tout le monde au travail, certains au télétravail et les écoles restent ouvertes. Emmanuel Macron a fait l’annonce hier, c’est désormais à ses ministres de détailler les différentes mesures. Ils l’ont fait à partir de 18h30 ce jeudi soir et voici un petit résumé de ce qui a été dit.

Ce qui a été annoncé avant la conférence de presse

Avant même la conférence de presse, on a appris quelques nouvelles qui vont influencer nos vies de Strasbourgeoises et de Strasbourgeois. On vous les mets ci-dessous. Par ailleurs, si vous souhaitez avoir la liste des établissements ouverts durant le confinement qui s’annonce, c’est en suivant ce lien.

Les marchés, parcs et jardins restent (pour le moment) ouverts

Tout d’abord, commençons par une bonne nouvelle : « Les marchés, couverts ou de plein air, ainsi que les parcs restent ouverts ». Cette annonce a été réalisée par Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, ce matin sur RTL. Pour les marchés, des arrêtés préfectoraux seront pris au cas où la dégradation sanitaire irait encore plus vite. Pour les parcs et jardins, ne seront accessibles aux Strasbourgeoises et aux Strasbourgeois ceux se trouvant à un kilomètre maximum de leur domicile.

© Mathilde Piaud pour Pokaa

Un recours au télétravail renforcé

Toujours à l’Assemblée nationale, le Premier ministre a répété que « le recours au télétravail doit être le plus massif possible ». Cela signifie que dans le secteur privé, comme dans les administrations publiques, toutes les missions et fonctions qui peuvent être télétravaillées « doivent l’être 5 jours sur 5 ». Cette recommandation, pour l’instant non contraignante, sera inscrite dans le Protocole national en entreprise qui sera mis en ligne ce soir.

Le sport professionnel peut continuer

Ensuite, pour les amateurs de sport, la ministre des Sports Roxana Maracineanu a déclaré à l’Assemblée nationale que « la continuité du sport qui se pratique comme un métier est aujourd’hui assurée. » En d’autres termes, cette fois-ci durant ce reconfinement, il y aura du foot à la télé. Plus sérieusement, le sport professionnel pourra donc continuer, si les fédérations l’acceptent, avec néanmoins la règle du huis-clos dans les stades. Hors football, le rugby ou les sports en salle pourraient avoir du mal à s’en remettre. À tel point que la journée de Jeep Elite et de Pro B, le basket, a déjà été reportée. Pas de SIG ce week-end donc, et ça pourrait durer.

Dans le même temps, le domaine de la culture sera autorisé à réaliser « le travail préparatoire aux spectacles, les répétitions, les enregistrements et les tournages. »

Toujours du Racing, dans une Meinau désormais à huis-clos© Nicolas Kaspar/Pokaa

Le port du masque obligatoire dès 6 ans à l’école

Enfin, concernant les écoles qui, on le rappelle, restent ouvertes durant ce nouveau confinement, le Premier ministre Jean Castex a annoncé ce jeudi matin à l’Assemblée nationale que « le port du masque est étendu aux enfants de primaire dès l’âge de 6 ans ». L’objectif est de généraliser la pratique dès le CP, comme cela se fait déjà dans d’autres pays européens.

Les différentes précisions lors de la conférence de presse

De nombreux ministres étaient réunis autour de Jean Castex ce jeudi soir à 18h30 pour la conférence de presse censée expliquer les différentes modalités de ce nouveau confinement. Le Premier ministre réalise un retour précis sur les modalités du reconfinement, les mêmes qu’au printemps. Il faudra donc l’attestation, disponible sur le site du gouvernement et sur l’application Tous AntiCovid. Il existera également deux attestations permanentes : une délivrée par l’employeur pour les déplacements entre le domicile et le travail, l’autre par l’établissement scolaire pour les parents devant faire le trajet domicile-école. Par la suite, le Premier ministre précise que « les fonctionnaires et les indépendants pourront présenter leur carte professionnelle ou tout autre justificatif d’activité professionnelle ». Les attestations de déplacements seront disponibles sur le site du gouvernement à partir du 30 octobre.

Les précisions sur l’école et l’université

Jean-Michel Blanquer prend la parole et précise quelques modalités du protocole sanitaire pour les écoles, collèges et lycées, protocole qui a été durci : « la semaine prochaine, les écoles et les établissements s’organiseront afin de limiter au maximum le brassage entre les différents niveaux d’élèves. » En plus du masque à partir du CP, la circulation des élèves dans les bâtiments doit donc être limitée, avec une salle par classe, et les récréations seront organisées par groupes, avec la possibilité de les remplacer par des temps de pause, directement en classe. Dans le même temps, les cantines restent ouvertes.

Enfin, Jean Castex reprend la parole et détaille le protocole dans les universités et le supérieur. « Les cours devront être assurés en ligne. Seuls les travaux pratiques et enseignements professionnels nécessitant du matériel spécialisé pourront se poursuivre en présentiel. » Dans le même temps, « les restaurants universitaires pourront continuer à fonctionner, mais uniquement pour des repas à emporter. Les bibliothèques universitaires seront ouvertes sur rendezvous et dans le respect d’une jauge. Les activités de recherche doivent également se poursuivre en télétravail quand c’est possible, mais également en présentiel quand cela ne l’est pas. »

Le télétravail

Même si elle n’a pas dit quelque chose de neuf lors de la conférence de presse de ce soir, Élisabeth Borne, ministre du Travail, a tout de même déclaré que « le télétravail n’est pas une option mais une obligation. » Une obligation qui sera inscrite dans la nouvelle version du protocole national en entreprise. Une phrase à laquelle sera tenu le gouvernement.

Le soutien aux entreprises impactées par le reconfinement

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, arrive pour parler chiffres. Les premières mesures qu’il détaille sont celles dont on vous parlait dans cet article sur ce que signifiait passer en zone de couvre-feu. Cependant, le ministre a également détaillé d’autres mesures. Par exemple, vous aurez le droit, si vous avez contracté un PGE et que vous n’êtes pas encore en mesure de rembourser votre prêt au 1er mars 2021, d’obtenir un nouveau différé de remboursement d’un an supplémentaire. Par ailleurs, ce faisant, vous ne serez pas considérés comme étant en défaut de paiement.

Ensuite, si votre entreprise n’a aucune solution, que vous n’avez même pas pu souscrire à un PGE, l’État s’engage dans ce qu’il appelle des « prêts directs ». C’est-à-dire des prêts allant jusqu’à 10.000 euros pour les entreprises de moins de 10 salariés, 50 000 euros pour les entreprises de 10 à 50 salariés. Au delà de 50 salariés, l’Etat pourra accorder des avances remboursables, plafonnées à trois mois de chiffres d’affaires.

Enfin, comme le précise Bruno Le Maire, « tout bailleur qui, sur les trois mois octobre, novembre et décembre, accepte de renoncer à un mois de loyer, il pourra recevoir un crédit d’impôt équivalent à 30% de ce loyer ». Coût total de l’opération ? 15 milliards par mois de confinement.

Ce qui n’a pas été annoncé

On en attendait sans doute trop de cette conférence de presse sur le sport et la culture. Finalement, Roselyne Bachelot a repris les propos gouvernementaux et rien ne change pour un secteur fortement touché par la crise du Covid. Seule petite précision : les librairies restent fermées mais peuvent se mettre au click and collect. Pour le sport, pas de traces de Roxana Maracineanu mais l’on sait que le sport amateur est suspendu, et donc même la Coupe de France. Aucune nouvelle en revanche de l’accueil des scolaires dans les établissements recevant du public, comme les piscines.

Enfin, ni Jean Castex, ni Jean-Michel Blanquer n’ont évoqué les classes prépas et les BTS par rapport à leur ouverture ou fermeture. C’est encore flou et il faudra donc guetter la mise en ligne du protocole sur le site du ministère. De nombreuses affaires à suivre…

Pas de grosses informations supplémentaires dans cette conférence de presse, excepté peut-être celles sur l’économie et l’aide aux entreprises. Les points les plus chauds avaient déjà été dévoilés ce matin, comme un télétravail obligatoire là où c’est possible, un masque obligatoire dès le CP et des parcs, jardins et marchés ouverts.

On entre donc dans une nouvelle étape de nos vies avec le Covid. Un reconfinement, donc une période stressante pour beaucoup de personnes, et notamment les plus précaires. Le plus important, c’est que l’on reste responsables, soudés et que l’on protège nos proches. On aura le temps de tenir pour responsables celles et ceux qui auront mal géré cette crise, mais pour le moment, l’heure est à la solidarité. 

Photo de couverture : Laurent Khrâm Longvixay

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here