Couronnes végétales, petits mots doux et tons pastels… L’univers délicat de Maison Magique est reconnaissable entre tous. À travers ses rendez-vous DIY et ses créa’, Amandine Louise distille avec soin et humour, sur Insta et sur Strasbourg, moments de douceur et jolies fleurs. « Je t’aime mais arrête de bouffer mes frites » : un beau résumé de son monde à elle, peuplé de pétales et de punchlines. Découverte.

Fleurs et douceur

Ultra connectée et artiste touche-à-tout, Amandine s’est imposée, année après année, dans le paysage du Strasbourg arty et tendance. Lancée d’abord en duo, de 2013 à 2015, dans l’aventure des ateliers DIY, c’est en 2016 qu’elle se plonge, en solo, dans son nouveau projet : Maison Magique. Un nom qui évoque, pour elle, tout à la fois le raffinement à la française des grandes maisons, l’intimité du « chez-soi », « la fête et les paillettes », et les jeux de loup des cours de récré, où la « maison magique » est celle où l’on se réfugie.

Ses ateliers offrent, à ce titre, à celles et ceux qui y participent, un moment de pause. Un refuge au quotidien, où l’on se pose et prend le temps de broder, dessiner, créer, sur fond musical d’Henri Salvador ou Dalida. Fervente défenseuse du fait-maison, valorisant la transmission des savoir-faire, et écolo dans l’âme, elle se réjouit de voir que ses ateliers peuvent être des cadeaux à valeur ajoutée : des moments d’expérience et de partage. 2h30 pour soi, pour une maman qui n’a plus le temps, une bande d’amies pour un EVJF où chacune repartira, radieuse, « canon », « comme une déesse », sa couronne délicatement posée sur ses boucles, etc.

Pour accueillir et favoriser ces instants privilégiés, elle a su créer, au sein d’une ancienne laiterie, un écrin de douceur, à la déco léchée où l’on croise meubles chinés, bouquets de fleurs fraîches et séchées dénichées chez son fleuriste local attitré, et petits gâteaux sucrés.

L’univers d’Amandine, c’est tout ça. Un doux mélange entre gourmandise et esthétisme. Un goût pour la décoration et les travaux manuels qu’elle tient de sa famille maternelle, et pour la cuisine et la minutie, héritées de la branche vietnamienne, côté père. Rien d’étonnant, donc, de découvrir que le projet de fin d’études de cette illustratrice-graphiste de formation, fut un bouquin appelé Gourmandine et le monde des gâteaux.

Strass’ et paillettes

Strasbourgeoise de cœur, sa petite touche, Amandine la met aussi dans la ville, dont cette Parisienne d’origine est « tombée amoureuse », pendant ses études aux Arts Déco.Supplantant ainsi très largement à ses yeux, Montréal, Lyon, Genève par lesquelles elle est passée.

Un plan de Strasbourg, par Maison Magique

De ses lettrages et motifs qui prennent vie sur les vitrines des magasins, à ses impressionnantes scéno’ végétales (comme pour La Cabane ou le Shadok), ou ses collaborations avec quelques enseignes prestigieuses (Printemps, Galeries Lafayette), Maison Magique devient petit à petit incontournable sur la scène locale.

Le majestueux plafond végétal qu’elle a réalisé pour le Shadok

Présente également depuis quelques années, sur d’iconiques événements strasbourgeois (Contretemps, Longevity ou le Cinéma plein air, pour ne citer qu’eux), Amandine s’est faite connaître du grand public pour ses stands de créations de couronnes de fleurs et tatouages éphémères, qu’arborent fièrement les festivaliers, ravis de se pimper le temps d’une soirée.

Amandine et son stand Maison Magique au festival Longevity

Mais l’envol, elle le doit surtout à son Instagram, la vitrine 2.0 de son univers pastel, et à ses « Broches merveilleuses » : des cathédrales ou bretzels pailletées, à accrocher au coin de son blouson, pour crier haut et fort son amour à la région. Un succès tel que ses petits accessoires terriblement craquants sont régulièrement en rupture de stock, à l’approche de Noël.

Et comment parler des fêtes sans citer ses « Cartes de l’amour », sorties à la Saint-Valentin ? Des déclarations décalées à offrir à son pote célib’ ou son amoureuse : « Je t’aime même quand tu pètes ». Mi-cucul mi-cul, comme ses petits « Mots doux », des petites punchlines érotiques ou romantiques, format cartes de visite roses, à laisser sur la table de chevet de son crush : « Reste ce soir, j’ai peur du noir ». Ou pour les plus audacieux : « Je pense très dur à toi » et « J’ai pas de culotte ». …On adore. Mais à ne surtout pas faire tomber de sa poche en pleine réu’, au boulot.

Séduit ? Tu peux la retrouver dans ses ateliers (couronnes de fleurs, herbier, peinture florale, lettrage, broderies…), en boutique pour ses créations, et dès novembre à décorer de nouvelles vitrines de Noël…

Et si t’es patient, peut-être même un jour sur ta peau, pour des tatouages plus si éphémères. Mais chut, on n’en dit pas plus.

En attendant, nous, on l’ « aime plus fort que le raifort ».


Maison Magique
Instagram
Le site
[+ d’infos sur ses ateliers]

La retrouver en boutique
Le Générateur / 8 rue Sainte Madeleine
Curieux / 6A quai Kellermann
Curieuse / 4 quai des Bateliers
Little Nuage / 32 rue du Bain aux Plantes
Hôtel BOMA / 7 rue du 22 Novembre


Fanny SORIANO
Crédits photos de l’article : Amandine Louis / Maison Magique


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here