Trouver une association implantée à côté de chez soi, acheter ses légumes chez un maraîcher du coin, ou encore soutenir un artiste local, de plus en plus de Strasbourgeois.ses tentent de favoriser au quotidien les commerces de proximité et les circuits courts. Miser sur le local, c’est possible, mais c’est bien souvent plus compliqué que de se satisfaire des grandes multinationales connues de tous. Voilà pourquoi une jeune Strasbourgeoise a décidé d’apporter de la visibilité aux acteurs locaux et d’offrir la possibilité à chacun de trouver en quelques clics, un acteur ou une structure de proximité qui saura répondre à ses besoins. Le site de référencement Isoria est en ligne depuis le mois de septembre.

C’est en pleine période de confinement que Léa, une Strasbourgeoise ayant travaillé auparavant pour France Nature Environnement, a eu l’idée de lancer son projet Isoria. “Initialement, c’est un peu parti d’un dégoût d’Amazon. J’avais entendu que l’entreprise avait doublé son chiffre d’affaire [sur certains produits] pendant le confinement.” explique la jeune auto-entrepreneuse. Elle a donc l’idée de créer un vaste répertoire des acteurs de l’économie sociale et solidaire à destination des Strasbourgeois et à l’avenir, des habitants d’autres villes. Isoria est donc né en septembre, et est prêt à mettre en avant les professionnels du coin qui le souhaitent.

© Capture d’écran du site Isoria


À quoi peut servir un tel site et comment ça fonctionne ? 

L’objectif de Léa, c’est que chaque citoyen puisse trouver ce qu’il cherche à côté de chez lui : comment puis-je participer au tissu associatif local ? Où trouver un centre socio-culturel pour mes enfants ? Mais aussi, quelle entreprise me permet d’acheter tel ou tel bien ? Car sur le long terme, la jeune femme compte donner la possibilité aux internautes d’acheter directement leurs produits via le site.Il faut que l’association ou bien l’entreprise soit ancrée dans l’économie sociale et solidaire. Le but, c’est de faciliter l’accès et d’encourager un maximum les gens à consommer local.” 

Une fois sur le site, les visiteurs peuvent mener une recherche précise en mentionnant leur localisation et en sélectionnant la catégorie correspondante, parmi un grand nombre de propositions. Que l’on cherche, de l’alimentaire, de l’ameublement, une micro-crèche, du matériel reconditionné ou encore une offre d’emploi dans le secteur associatif, tout est répertorié par thématique.

© Léa


Un appel lancé aux acteurs locaux

Le projet est encore tout jeune et le site comptabilise pour le moment presque une trentaine d’annonces. Voilà pourquoi Léa lance un appel à tous les professionnels qui souhaiteraient figurer sur Isoria. L’utilité pour les professionnels qui sont référencés sur le site, c’est de se rendre plus visibles auprès des Strasbourgeois. Ils peuvent alors utiliser le site comme un outil de communication ou simplement renvoyer vers leur propre site. Si Léa a choisi de commencer à une échelle alsacienne ou du Grand Est, elle compte bien inviter les professionnels d’autres régions à s’emparer de cet outil.

Les associations peuvent être référencées gratuitement. Et une catégorie spéciale “événements associatifs” existe également, ainsi que pour les “offres d’emplois responsables”. Enfin, Léa espère également alimenter par la suite une partie blog, plus rédactionnelle sur diverses thématiques en lien avec les valeurs qu’elle défend. 

© Capture d’écran du site Isoria


Une grande diversité, mais une charte à respecter 

Le site offre donc un catalogue d’acteurs très divers, réunis sous la bannière du local. Mais les professionnels qui souhaitent être référencés doivent également être respectueux de l’environnement et partager certaines valeurs indiquées sur le site. Léa a donc rédigé une charte, que chaque annonceur doit s’engager à respecter. Il y a est notamment précisé que “L’annonceur s’engage, en plus des engagements énumérés dans les conditions générales d’utilisation, à vendre des produits respectueux de l’humain et de l’environnement en ce qu’ils considèrent le bien-être des personnes qui le fabriquent et en ce que leur production et leur distribution limitent, dans la mesure du possible et des connaissances actuelles, leur impact sur la pollution de l’air, des sols et de l’eau. La structure ne doit donc pas être néfaste pour l’environnement.Une entreprise comme Total par exemple, ce serait hors de question !” sourit Léa.

Comme l’objectif est de promouvoir les circuits courts, les marques et les producteurs ne doivent pas fabriquer leurs biens et services en dehors du territoire européen. La responsable du site contrôle et se réserve le droit de retirer tout annonceur qui ne respecterait pas la charte.


Isoria

Site d’annonces des professionnels responsables pour citoyens engagés.
Site internet & Page Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here