Septembre est apparemment un mois de grands changements dans le monde de la restauration. Les « grandes vacances » sont derrière nous, le Covid a changé nos habitudes de consommation et les Strasbourgeois ont soif de nouveautés. Des adresses se font et se défont et d’autres se réinventent, font jouer leur créativité et recrutent pour toujours plus d’expertise. Vous l’avez compris, c’est exactement ce qu’ont fait les patrons du Street Butcher pour cette nouvelle version. Viandes à la cuisson parfaitement maîtrisée, purée de pommes de terre à la truffe, tapas ou encore vins de qualité : on s’est posé sur leur terrasse un midi ensoleillé, et on a été conquis par ce qu’on y a trouvé.

Le Street, c’est ce restaurant à viandes qui avait fait parlé de lui dès l’annonce de son ouverture en 2017, rue du 22 Novembre. Pour sa com décalée d’abord, puis pour son concept de resto-grill texan qui mettait les viandes du monde à l’honneur. Pour sa déco ensuite, et enfin pour son maxi brunch dominical. Aujourd’hui, une bonne partie des éléments qui ont fait son succès ne changeront pas (la carte tourne toujours sur une majorité de plats carnés), mais le concept de grill à l’américaine s’est effacé pour donner davantage de place à un esprit de bar à vin, bar à viande ouvert toute la journée. Désormais, un gros focus est fait sur les vins, les petits plats de formats « tapas » que l’on peut partager et ce petit quelque chose si indispensable apporté par un service de qualité.

Bar à vins, bar à tapas, bar de copains

Le Street Butcher fait toujours la part belle aux viandes venues des 4 coins du monde. En ce moment, par exemple, on retrouvera du canard Français, du veau Luxembourgeois, du bœuf Irlandais ou du porc Espagnol. Ces viandes peuvent être proposées en format tapas (nems, croque, rillette, tataki…) ou même dans un grand poêlon à partager en version brute pour les plus gros viandards. Plus besoin de piquer un grand coup de fourchette dans l’assiette de son voisin : désormais une multitude de petites propositions sont apportées à table pour que chacun puisse tout goûter sans se flinguer le bide. Aussi, bistrot esprit bistrot oblige, le nouveau chef propose chaque semaine de belles suggestions de plats, avec un très bon rapport qualité-prix (voir tarifs plus bas).

Pour couronner le tout, le bar a été refait : le mobilier a changé, le logo aussi, la terrasse s’est étendue et surtout, un bon nombre de vins, notamment au verre, ont fait leur apparition. Et pas n’importe quels vins s’il vous plaît ! Des vins sélectionnés, goûtés et vécus par Emmanuel, un excellent sommelier dont on vous a déjà venté les mérites. Et pour ajouter une jolie cerise croquante sur le gâteau du changement, Mikail, un Chef aussi gradé qu’un général Russe, s’est installé en cuisine. Pour l’ambiance et l’accueil souriant et chaleureux même derrière les masques, c’est Aliénor qui est à la manœuvre.

Nouveauté : une responsable, un Chef et un sommelier qui ont « de la bouteille »

Lorsqu’un excellent cuisinier et un sommelier expert travaillent en synergie avec une équipe qui se donne à fond et qui part à la rencontre de ses clients, généralement ça fait mouche. C’est le nouveau pari du Street Butcher qui place le précieux liquide, les accords mets et vins et une bonne dose de proximité au centre de son offre.

Le Chef Mikail a désormais décidé de travailler uniquement les cuissons minute (ciao la basse température) et un bon paquet de produits frais pour clarifier son offre et apporter une fluidité dans l’envoi des plats (ce qui, il faut l’avouer, n’avait pas été toujours le cas). Avec tout cela, Emmanuel s’est fait plaisir en proposant une sélection de vins en accord avec les plats. Aussi, pour apporter encore plus de fraîcheur à cette nouvelle identité, vous croiserez certainement Aliénor, la nouvelle responsable de l’établissement. Avec ce trio, le Street a définitivement misé sur la proximité, un certain lissage des prix et un véritable échange avec le client.

À la carte

À boire

  • Des vins de France, du monde, avec une belle place pour les vins natures et les vins Alsaciens, impossible de tous les citer (de 3,90 € à 8€)
  • Des bières locales en bouteille (Bendorf, Uberach, Perle, Matten, de 6,50€ à 7,50€)
  • Des bières à la pression Meteor (de 5 à 6 € la pinte)

À croquer

  • Le Poêlon de dégustation 5 viandes environ 100 grammes de chaque (30€)
  • Le Street Burger (10€)
  • Rumsteck d’Agneau (15€)
  • Le Ribs de porc (11€)
  • L’Onglet de bœuf (13€)
  • L’Entrecôte de veau (16€)
  • Secreto Iberic (20€)
  • Et bien d’autres viandes avec leurs garnitures de 4 à 6€ (pommes grenailles rôties, purée de pommes de terre à la truffe, frites de patates douces, légumes de saison)
  • Mais aussi des suggestions de la semaine à découvrir sur ardoise (plat seul 9,90€ ; entrée + plat ou plat + dessert 12,90€ et la totale 15,90€)

Les tapas :

  • Nems de cochon caramélisés (5€)
  • Croque truffe (5,50€)
  • Rillettes de cochon piment d’Espelette (4€)
  • Tataki de boeuf au sésame (7€)
  • Burratina, pesto maison, pain frotté à l’ail (8€)
  • Planchette découverte (16€) et planchette charcuteries-fromages (13€)

Les gros +

  • Un Brunch qui défonce bien connu des amateurs de buffets à volonté (27€ de 11h à 15h)
  • Une salle à privatiser qui donne l’impression d’être quelqu’un d’important
  • Un étage du haut qui a de la gueule, très espacé, également à privatiser pour des ré jusqu’à 100 personnes
  • Toujours une large gamme de whiskies et de bourbons (une vingtaine) de 7,50 à 11€

STREET BUTCHER

8 Rue du 22 novembre
6700 Strasbourg
03 88 32 39 44

Ouvert tous les jours de 11h30 à 1h30 sauf le samedi à partir de 11h

La page Facebook du restaurant


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here