Il y a déjà un an, on vous parlait, dans cet article, des îlots de chaleur à Strasbourg. Ces zones bétonnées et minérales, en opposition à des zones naturelles végétales, « stockent la chaleur dans des matériaux à forte inertie thermique » et renforcent le sentiment de chaleur et de suffocation dans notre jolie ville. Pour remédier à ce phénomène, principalement lié à la densification urbaine, notre nouvelle Maire écologiste Jeanne Barseghian a mis en place une solution : créer des « îlots de fraîcheur » en végétalisant pour la saison plusieurs places de Strasbourg.
© Samuel Compion

8 places strasbourgeoises végétalisées

Si vous vous êtes un peu baladés dans Strasbourg cet été, cela n’a pas pu vous échapper : des arbres ont soudainement poussé sur la place Gutenberg, la terrasse du Palais Rohan, la place Kléber, la place du Tribunal, la place de la Gare, la passerelle Giacometti, la place de la Meinau ou encore la place de l’Hippodrome. L’objectif de cette végétalisation ? Créer des « îlots de fraîcheur » permettant de créer des zones d’ombre et de fraîcheur pour les Strasbourgeois et de faire baisser la température dans une Strasbourg toujours plus hot.

Pour le moment, les arbres présents sur ces places sont en pots, ce qui n’a pas manqué de faire réagir : couper des arbres pour les mettre en centre-ville, est-ce vraiment écologique ? N’aurait-il pas mieux fallu les planter directement ? Est-ce que quelques arbres en plein milieu d’une ville vont vraiment apporter de la fraîcheur ? Ou est-ce finalement juste un coup de com’ politique symbolique, plutôt qu’un réel engagement ?

À ces questionnements, Jeanne Barseghian, qui a déclaré Strasbourg en urgence climatique lors de son tout premier conseil municipal, répond que la configuration actuelle des arbres est éphémère et répond simplement à une urgence : celle de faire baisser les températures en période de canicule. De plus, elle précise que l’été n’est pas une bonne période pour planter des arbres mais que ces derniers seront mis en terre dès l’automne, de façon plus durable.

La maire tient ainsi les engagements qu’elle avait pris lors de sa campagne, à savoir mettre plus de vert à Strasbourg. Un bon début, qu’on a hâte de voir aller encore plus loin. On peut par contre se demander à quel moment végétaliser le parvis du Palais Rohan, peu fréquenté, fut considéré plus urgent que les quais des Pêcheurs et des Bateliers ? Boulevards de passage extrêmement denses et véritables plancha pour les Strasbourgeois.

© Samuel Compion

1 commentaire

  1. Nous apprécions l’effort d’objectivité de vos deux articles. Nous avons cependant encore des interrogations.

    1. Pourquoi la nouvelle municipalité n’a pas saisi l’opportunité de son élection à la veille d’une période de grosse chaleur pour libérer plusieurs places du centre ville ( ex: place du temple neuf, place du marché neuf, place saint pierre le jeune) des voitures qui y stationnent. Cette mesure aurait nécessité un simple arrêté. Les arbres centenaires se serait fait un plaisir d.offrir sans frais leur généreuse ombre aux habitantes et habitants et aux touristes.?

    2. Comment expliquer le choix d’installer un aménagement temporaire sur une des passerelles en bois sur les Docks à l’arrière de Rives Étoiles. Personnes jamais ne plantera des arbres en suspension dans l’aire?

    3. Est-ce que ces arbres transférés des pépinières vers ces lieux hostiles résisteront ils au stress que ce choix municipal vient de leur imposer? La municipalité nous communiquera t elle le % de plantation temporaire qui n’auront pas résisté à ce traitement inspiré d’une tentation de toute puissance « humaine »?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here