Désormais contraints par la routine d’un couvre-feu, c’est à tâtons que nous reprenons notre vie sociale. Un soupçon de sociabilisation, qui subsiste entre la maison, le travail et les courses. Il est donc bon de rêver un peu de ces rencontres d’antan, loin de l’ombre menaçante de la Covid-19 : au coin d’une rue, au comptoir d’un bar, sur les bancs d’école ou au détour d’un bac à sable. Tenu par Amandine Maglott, une jeune Strasbourgeoise, le compte Bam, la rencontre ! fait vibrer des milliers de lecteurs avides de romance et met un brin de douceur dans notre fil Insta en célébrant les jolis hasards du quotidien. Une petite capsule de fraîcheur qui nous rappelle que derrière chaque histoire se cache toujours une première rencontre. Parfois décalée, parfois romantique, mais surtout : unique.

Il était une fois…

« Eux, ils se sont rencontrés comme ça. Et vous ? Vous vous êtes rencontrés comment ? », nous interpelle-t-on sur le compte Instagram Bam, la rencontre ! Une pastille pleine de fraîcheur qui se distingue des publis sponsorisées, et autres contenus déjà-vus d’Instagram. Un compte qu’il est agréable de découvrir, parcourir, pour sourire, se souvenir, et s’émouvoir. Et puis, pourquoi pas, espérer une prochaine rencontre, au rayon fruits et légumes, caché derrière un masque. Et se dire qu’on n’est finalement jamais à l’abri des jeux du hasard et d’un coup de foudre au premier regard.

« Bam, la rencontre !, c’est principalement des rencontres, dans la vie de tous les jours. C’est l’inattendu, le hasard, le destin… C’est sortir de chez soi pour acheter des pâtes et revenir avec une rencontre qui va peut-être changer notre vie. Nous sommes entourés de personnes, […] et nous assistons sans le savoir, tous les jours, à des rencontres qui peuvent parfois changer le cours d’une vie ».

Instagram Bam la rencontre !

Derrière BAM et ces jolis mots : Amandine Maglott. Une Strasbourgeoise de 27 ans, habituée des réseaux : community manager en agence le jour, mais surtout, diseuse de belles aventures à ces heures perdues.

Sous ses doigts renaissent des débuts d’histoires d’amour et d’amitié qui commenceraient presque comme des « il était une fois » mais dont on ne connaîtra jamais la fin. Nous laissant ainsi rêveurs, devant ces prénoms et confessions d’inconnus, dont on ne pourra parfois qu’imaginer les chapitres qui ont suivi.

BAM, le succès !

« D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours adoré savoir comment s’étaient rencontrés les gens, et plus spécifiquement les rencontres amoureuses. Était-ce vraiment au moment où ils s’y attendaient le moins ? Quels étaient les premiers mots échangés ? Le premier ressenti ? Était-ce à un moment anodin de leur vie ? Ou a contrario à un moment fatidique ? », m’écrit-elle.

Et puis un jour : elle se lance et créé le compte, un peu sur un coup de tête. Le 27 janvier 2019, « un dimanche matin, en lendemain de soirée ». Rapidement, l’audimat explose, passant la barre des 20 000 followers en moins de deux mois. Depuis, le compte et ses vignettes colorées ont séduit plus de 146 000 lecteurs curieux.

Ravie de ce succès, mais parfois dépassée par le nombre de messages, elle s’attache à répondre « au maximum de personnes ». Elle confesse cependant s’y « perd[re] souvent » : « j’en suis consciente et c’est un aspect assez frustrant, mais j’imagine que c’est le jeu ».

Instagram Bam la rencontre !

Dédiant « une majeure partie [s]on temps » à son compte, el]le publie quasi-quotidiennement ses petites pastilles qu’elle travaille sur une plate-forme de conception graphique (Canva). À l’arrache, sur le vif. « Vu que je ne prévois rien à l’avance, je réponds, reformule, créé et poste les BAM dans des moments totalement WTF. Pour l’anecdote, je me revois en train de poster mes BAM en plein festival, l’été dernier [ndlr : été 2019], à la recherche de réseau et d’inspiration pour le wording ».

Le Jeu de l’amour et du hasard

Sur son compte, déjà plus de 500 confessions : de l’amour à l’amitié, de l’histoire toute neuve à celle qui survit à toutes les générations… On y croise même déjà un coup de cœur de confinement né sur une appli, entre deux écrans.

Amandine avoue d’ailleurs ne pas hiérarchiser les rencontres de la rue de celles, virtuelles, nées des nouveaux outils, qu’elle aime « mettre en lumière ». « Cela permet de démocratiser ce genre de rencontres qui peuvent parfois être taboues. Parce que oui, c’est possible de rencontrer l’amour via ce genre d’appli/sites ! Cela revient aussi à montrer que non, [ils] ne sont pas remplis que de personnes avec de mauvaises intentions ».

Instagram Bam la rencontre !

Elle choisit les anecdotes qu’elle publie, « au feeling », sans critère particulier : « je sais que chaque rencontre est précieuse pour la personne qui me la partage, je ne me permets pas de juger si [l’une] est moins bien qu’une autre. Même si forcément il y [en] a qui, inconsciemment me marquent plus que d’autres, j’apporte de l’importance à chacune. »

De toutes ces anecdotes, ces confessions, elle en tirera peut-être un jour un recueil. Une idée qu’elle garde depuis toujours, bien avant la création du compte, dans un coin de sa tête. Parce que les belles rencontres n’existent pas que dans les contes de fées et la collection Harlequin de nos aînés, et qu’il ne tient qu’à nous d’y croire, et de lui raconter nos jolies histoires. Alors, à vos claviers : faites-nous rêver.


Pour en voir +
Bam, la rencontre ! sur Instagram


>> Fanny SORIANO <<


Couverture @Hunay Photographie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here