La Krutenau, ses bars et ses restos, décidément une véritable histoire d’amour qui surprend encore et toujours. Une histoire qui nous amène chez Tony’s Kitchen, un restaurant italien plein d’originalités situé entre la place d’Auterlitz et la place des Orphelins. Là-bas, Laurence et William, les propriétaires du Fossil, ont voulu se faire un gros kiff en aménageant un restaurant à leur image. Un resto familial qui nous plonge dans l’univers orange et noir de la marque Harley, des grandes routes américaines et des grosses cylindrées. Dans ce resto de quartier, la décoration s’exprime comme une passion et lui donne un air de resto-musée. L’œil est stimulé, les détails sont partout. Dans une ambiance tamisée, les véritables pièces de collection de la culture bikers côtoient des objets ramenés de voyages. Il ne manque plus qu’à ajouter tous les aspects d’une véritable cuisine italienne maison qui embaume la pièce d’odeurs venues de toute la Sicile.
© Bastien Pietronave

Au fourneau : Le chef Sicilien Salvo et Muralet son bras droit, tous les deux épaulés en salle par Déborah ou encore Thomas. Une équipe jeune et particulièrement pro qui n’a pas bougé depuis que Laurence et William leur ont fait confiance il y a plusieurs années. Quasi zéro turn-over. Une exception dans le métier. En effet, il règne une certaine symbiose au sein de l’équipe, tout le monde se connaît et s’apprécie, cela offre au client une jolie énergie et une forme de complicité partagée. On a donc une équipe détendue qui aime son métier, qui met à l’aise, qui sait parler de tous les aspects de la cuisine proposée. Le chef et toute l’équipe ont compris à quoi correspondait le plaisir simple de recevoir, et en tant que client ça fait son petit effet.

Leur crédo : Une cuisine italienne 100 % faite maison, de la pâte à pizza en passant par les pâtes fraîches, l’une des spécialités du restaurant qui en a fait sa renommée. Le chef a voulu choisir de bons produits pour proposer une cuisine minutieuse issue du terroir italien, il a donc dégoté des produits de qualité pour composer une carte riche et diversifiée. Celle-ci, en plus de proposer des plats italiens, fait forcément un clin d’œil aux US et aux « diners » que l’on croise sur les routes de l’Ouest américain. Sur la carte, vous trouverez donc aussi bien des pâtes maisons que des ribs de Pata Negra ou encore des bons vieux burgers incontournables.

© Bastien Pietronave

À la carte

  • Spaghetti Salvo : lardons, cèpes et crème fraîche (13€)
  • Casarecce à la norma : sauce tomate, ricotta, basilic, aubergines grillées, ail frais (14€)
  • Pizzas du chef : tomate, mozzarella, jambon de parme, oignons, rondelles de tomates et roquette (14 €)
  • Pizza orientale : tomate, mozzarella, merguez, chorizo, oignons, poivrons, olives et oeuf (14€)
  • Une sélection de burgers maison (entre 14€ et 15 €)
  • Rib eye de boeuf coeur d’entrecôte (25€)

Nos kiffs

  • Les pâtes maison sont vraiment savoureuses, elles ont fait l’unanimité ce jour-là.
  • L’accueil et le service sont pro mais pas trop, à la cool sans trop en faire. Le genre de petit détail qui propage la bonne humeur et qui te met en bonne condition pour manger tranquillement. Les patrons ont travaillé cette convivialité, cette esprit d’équipe presque familial et ça se sent.
  • On sent la passion derrière cette décoration. Laurence et William ont beaucoup travaillé et beaucoup investi pour proposer aux clients et aux passionnés un univers dédié rempli d’objets d’arts et de figurines plus populaires. Un véritable travail qui mérite un certain respect.
  • Détail qui a son importance mais qui peut paraître insignifiant : on est super bien posé et l’acoustique est parfaite, elle est adoucie par des panneaux anti-résonance. Pas besoin de crier pour se faire comprendre, pas de bruits un peu chiants, décidément ils ont pensé à tout.

Mais…

  • Les moins bikers pourront être moins sensibles à la déco
© Bastien Pietronave

Les petits tips Pokaa

  • On vous propose un happy hour de 18h à 19h30 en semaine et de 17h30 à 19h30 le week-end
  • On demande au client s’il préfère une pâte fine ou épaisse : ce n’est pas souvent que l’on entend cette douce mélodie à Strasbourg
  • Une terrasse ombragée d’une soixantaine de places en été
  • Une partie de la carte change chaque semaine
  • Une grande table d’habitués (stammtisch) trône au milieu de la pièce, l’Alsace et ses traditions ne sont pas bien loin
  • Au bar, vous trouverez une tireuse à bières en guidon de moto (chopper), et le comble c’est qu’elle s’allume avec de vrais phares, il y en a deux dans le monde comme celle-ci, celle de l’artiste qui les réalise et celle du Tony’s.
  • La légende dit que le restaurant est le dernier descendant de « Chez Antonio » qui était avant elle la première pizzeria de Strasbourg.
© Bastien Pietronave

***

TONY’S KITCHEN (Bikes and Food)

4 Petite Rue d’Austerlitz
67000 Strasbourg
03 88 36 50 49

Ouvert pour le déjeuner du lundi au vendredi de midi à 14h et le samedi de midi à 14h30
Pour l’happy hour du lundi au jeudi de 18h à 19h30 et le vendredi et samedi de 17h30 à 19h30
Pour le diner du lundi au jeudi de 18h30 à 22h et le vendredi et samedi de 18h à 22h30

Le site internet
La page Facebook


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here