Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

Epopia, l’épopée littéraire strasbourgeoise qui met de la magie dans le cœur des enfants

1.8k Lectures
Publicité
Publicité

Bonsoir grands enfants. Installez-vous au coin du feu, un plaid sur les épaules et un thé brûlant dans les mains. Alors que le feu crépite, laissez-vous bercer. Nous sommes en l’an 2019, et l’on a une histoire à vous conter…

Note de l’auteur : Pour les plus attentifs d’entre vous, un petit jeu est caché au sein de cette histoire. Un conseil : prenez un stylo et du papier.

Il était une fois un jeune enfant. Appelons le Rémi. Dyslexique de naissance, il connût des difficultés pour lire et écrire. Chaque mot représentait une montagne à gravir, éteignant le courage de notre héros. Puis, un beau jour, une enveloppe arriva. Glissée dans la boîte aux lettres, par l’intermédiaire de l’Ordre des postiers. Il y avait son nom écrit dessus. Les yeux gros comme des soucoupes, il l’ouvrit. Il y trouva une clé, devenant par la même occasion l’heureux propriétaire d’une voiture ! Il lut, relut et rerelut la lettre, cherchant des indices, des possibilités de trouver cette voiture magique. C’était une publicité, à n’en pas douter. Mais dans le cerveau du jeune enfant commença à germer une idée…

Bien des années plus tard, nous retrouvons notre héros, devenu grand, dans l’immense territoire de Strasbourg. Un lieu magique, où tout est possible et où coexistent de nombreux royaumes et confréries. L’une d’elles se nomme… Epopia. Notre héros, devenu informagicien, était désormais à sa tête. Mais les vrais héros savent se reposer sur les autres. Il s’entoura ainsi de toute une Confrérie qui n’avait rien à envier à une communauté, bien plus ancienne, répondant au nom de l’anneau. Des conteurs d’histoires, des dessinateurs, un graphiste, des informagiciens, mais aussi une prêcheuse de rêves, une alchimiste d’affaires et une gardienne des écritures, rejoignirent la quête. Le tout sous la direction de la grande impératrice des écritures, répondant au doux nom de Plume.

Parce que le monde était en danger. Les prêtresses Magie et Imagination étaient menacées par le terrible mage Ennui et son acolyte Cynisme. S’ils finissaient par l’emporter, le futur de tout le territoire de Strasbourg et ses alentours se retrouverait en fâcheuse posture. Pour les sauver, la Confrérie d’Epopia avait trouvé ses héros : le grand royaume des enfants, de 5 à 10 ans.

Mais correspondre avec ce dernier n’est pas une mince affaire. Les contraintes routinières et les distractions apportées par le royaume de la technologie prennent parfois trop de place. Dès lors, la Confrérie eut l’idée de recréer du lien avec le royaume des enfants, en leur envoyant du courrier. De son passé, notre jeune héros en avait tiré la conclusion que les enfants aimaient être impliqués, mais également recevoir du courrier, surtout si ce dernier contenait des cadeaux, et découvrir l’immensité des mystères qu’une simple enveloppe pouvait contenir. Que leur imagination ne connaissait que les limites qu’on leur imposait. C’est comme ça que naquit l’esprit de la Confrérie d’Epopia.

Pour se réunir, cette dernière a construit un lieu, où elle pourrait envoyer et recevoir toutes les lettres provenant du royaume des enfants. Situé au-dessus de la taverne du Grincheux – qui avait depuis quelques années pris son indépendance de Blanche-Neige – le lieu est tapissé de dessins, rempli de jouets et possède même une piscine à boules. Le tout présidé par une licorne aux multiples couleurs. Les membres de la Confrérie n’ont jamais oublié de s’inspirer des enfants. Parce que si même eux perdaient leur innocence d’âme, Ennui et Cynisme auraient depuis longtemps partie gagnée.

La relation avec le royaume des enfants fonctionnait ainsi : une fois qu’il était contacté par Epopia, l’enfant devenait investi d’une mission. Il pouvait devenir maître d’un royaume médiéval, vétérinaire au sein d’une réserve naturelle, paléontologue au temps des dinosaures. La Confrérie agrandit même sa communauté en proposant deux nouvelles missions : sauver le pays des Schtroumpfs ou devenir un super-héros au côté de ceux de Miraculous.

Recevant sa lettre et sa mission, le nouveau petit héros devait écrire sa propre lettre en retour, pour montrer sa force de caractère. Mais la Confrérie d’Epopia avait besoin de plus d’informations. C’est pourquoi chaque héros dût donner des informations personnelles : sa couleur préférée, le nom de son super-héros favori ou encore du plat qu’il déteste – on sait tous que ce sont les choux de Bruxelles – il devait d’abord se faire connaître. Chaque nouvelle aventure devenait ainsi personnalisée et permettant de cultiver les rêves et l’imagination de chaque enfant. Pour leur donner le goût de la lecture et de l’écriture. Pour que la magie continue de brûler dans le cœur de nos petits héros et qu’elle ne s’éteigne jamais.

Chaque nouveau courrier apportait avec lui la promesse de nouvelles aventures. Des kits à monter, des énigmes, des petits bouts des mondes dans lesquels les enfants partent à l’aventure. Des mondes qui n’existent plus uniquement dans leurs têtes, mais qu’ils peuvent aider à construire !

La relation entretenue avec le royaume des enfants apportait son lot de surprises. Les jeunes héros envoyaient plein de petits cadeaux en plus de leurs lettres, la générosité enfantine ne connaissant aucune limite. Les membres de la Confrérie étaient toujours surpris par ce qu’ils recevaient, mais leur grande ingéniosité leur permettait de toujours s’adapter aux demandes des enfants. Pour continuer à les faire rêver et de les impliquer dans leurs grandes aventures.

Tout ce petit royaume joyeux et ambitieux travaillait depuis cinq ans pour ravir le cœur et l’imagination des enfants. Tout n’a pourtant pas été évident, se lancer dans cette aventure demandait une dose de courage que possèdent seulement les plus grands héros. Mais bien entouré, notre jeune enfant devenu grand a su résister à toutes les difficultés. Chaque personnalité apportait sa pierre à l’édifice et contribuait à faire d’Epopia la Confrérie enchantée qu’elle est aujourd’hui. Une Confrérie qui communique avec 50 000 enfants dans tout le territoire, dans 75 pays différents.

Notre héros n’était plus seul. Avec Mélanie, Franck, Mathilde, Geoffroy, Lydie et tous les autres, il avait tout une Confrérie à ses côtés. Et ils vécurent heureux, continuant de faire rêver beaucoup d’enfants.

Mais repousser Ennui et Cynisme est un travail qui ne s’arrête jamais. Si vous souhaitez rejoindre la Confrérie d’Epopia et faire que vos proches rentrent dans le royaume des enfants, l’aventure continue ici.


Joyeux Noel à tous grands enfants ! On vous fait gagner un abonnement Aventure pour trois mois d’Epopia !

Pour rentrer dans la danse, rien de plus simple :

Résultats dans le courant de la semaine. Vous serez prévenus par Messenger, soyez vigilants !


Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Strasbourg"

À la une

Epopia, l’épopée littéraire strasbourgeoise qui met de la magie dans le cœur des enfants

Aucun commentaire pour l'instant!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Strasbourg”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !