Les travaux du GCO ont commencé depuis plus d’un an avec leur lot de désagréments pour les riverains. Parmi eux, il y a notamment les embouteillages dus aux fermetures de routes qui multiplient les temps de trajet par 2 le matin et le soir pour beaucoup de personnes qui habitent près du chantier et qui travaillent à Strasbourg. Des commerces se plaignent aussi de graves conséquences économiques pouvant aller jusqu’à une baisse de 40% de l’activité.

“On observe un doublement du temps de trajet aux heures de pointe”  s’exclame Julien Ventrella, l’un des auteurs d’une pétition pour “trouver une solution contre les bouchons liés au chantier du GCO”. Il embraye :

“Normalement, de Wiwersheim à Strasbourg on met environ 45 minutes le matin, maintenant on en est à 1h30. Sans bouchons, on est à même pas 20 minutes en théorie, la distance n’est que de 17km. Pour arriver au lycée à 8h, les jeunes doivent se lever à 5h30. Les transports en communs ne sont pas adaptés à cette situation et ont des temps de trajets très longs, notamment pour la ligne de bus 220 qui passe en théorie par une route qui est barrée en ce moment.“

Un trafic pendulaire important entre le Kochersberg et Strasbourg

C’est le même balai tous les matins. Un peu moins de 20 000 véhicules se déplacent de la campagne du Nord-Ouest de l’Eurométropole, le Kochersberg et l’Ackerland, jusqu’à Strasbourg. Et rebelote le soir dans l’autre sens. On appelle ça le trafic pendulaire. Cette carte obtenue grâce à une étude du système d’information routier donne le nombre de véhicules qui passent tous les jours par les différentes routes qui permettent d’aller vers Strasbourg :

Légende : Environ 20 000 personnes viennent vers Strasbourg en provenance du Kochersberg et font le trajet inverse tous les jours d’après cette carte. Les chiffres sur chaque route correspondent au total des passages en une journée.

Cette zone est sur le tracé du GCO. Le chantier qui a commencé depuis maintenant plus d’un an est la source de nombreux désagréments pour les automobilistes qui voient leur temps de trajet fortement rallongé. La D31, la D228 et la D118 avaient déjà été fermées en avril dernier.

Report de la circulation de la D41 vers la D31 et la N4

Depuis le 1er août, la route D41 est bloquée entre Stutzheim et Oberhausbergen (extrémité ouest de Strasbourg). Elle devait rouvrir le 18 octobre mais VINCI a annoncé qu’elle serait encore bloquée jusqu’au 22 novembre. Le chantier prend du retard. Patrick Oudart membre de la section Kochersberg d’ASTUS (association des usagers des transports urbains de l’agglomération strasbourgeoise) explique les embouteillages liés à la fermeture de la route :

 “Cette zone est un point chaud. Déjà en temps normal, la D41 est très empruntée et embouteillée en heure de pointe, justement entre Stutzheim et Oberhausbergen. Elle absorbe toutes les personnes qui viennent de Truchtersheim et des villages plus à l’Ouest. La fermeture de celle-ci reporte ce trafic qui était très dense sur la N4 plus au sud ou sur la D31, plus au Nord. Cela crée d’importants bouchons sur ces deux axes aux heures de pointe. “

Légende : noir route barrée / vert : trajet que les automobilistes prennent maintenant / rouge : Zone d’embouteillage en heure de pointe

Des commerces désertés

Depuis le début du chantier, par endroits, des commerces se trouvent impactés par le chantier de l’autoroute. En ce moment, ceux qui se trouvent sur la D41, qui n’est donc par endroits plus empruntée du fait de la déviation du trafic, constatent une baisse de leur activité significative. Cette situation est aussi évoquée dans la pétition comme en témoigne Julien Ventrella :

“Une vingtaine de commerces dans le Kochersberg, et tous ceux qui sont sur la D41 à Oberhausbergen, comme des boulangeries, des bureaux de tabac, un magasin bio, ou encore un magasin de bricolage voient leur activité baisser. En général, l’activité diminue de 20%, parfois plus.” 

Caroline, responsable de la Boulangerie-Pâtisserie Bonneau à l’entrée de Stutzheim est particulièrement touchée par ce phénomène :

“Notre activité a baissé de 40% en semaine. Avec ce que je gagne maintenant, je paye juste les charges alors que je travaille 15 heures par jour. Noël est censé être notre plus grande période d’activité, là ça risque d’être plombé malheureusement. Même si la route ouvre avant, les clients ne reviendront pas tout de suite, ça c’est certain, tout le monde a pris d’autres automatismes. Et je n’aurai certainement pas droit à des indemnités à cause des travaux, pour ça il faudrait que la route devant mon commerce soit abîmée et ce n’est pas le cas.”

Le chantier du GCO va encore durer jusqu’à fin 2021 au minimum d’après le planning de VINCI. Il n’est pas impossible que la construction de cet ouvrage prenne du retard. Julien Ventrella réclame des indemnisations pour les commerces et des solutions pour désembouteiller les routes du Kochersberg, comme des transports en communs adaptés.

> Signer la pétition <

Thibault Vetter

3 COMMENTAIRES

  1. Cela a également des conséquences à l’espace européen à Schiltigheim où certains jours les rues sont bloquées par les bouchons et où on met jusqu’à 1h à sortir de l’espace !

  2. A force de freiner (20 ans quand même) les investissements nécessaires, ne serait ce que du seul fait de la croissance de la population, les projets se compliquent. Comme pour l’Eurométropole et les lignes de Tram, un peu de patience sera nécessaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here