Calmos, c’est la toute dernière réalisation sortie de l’imagination du groupe Diabolo Poivre. La Hache, Tzatzi, East Canteen, La Corde à Linge, Le Square Délicatessen… vous y êtes ? Je suis certain que ces noms réveillent vos papilles ou des souvenirs de soirées cocktails réussies. Ouvert en février dernier à la place du Bistrot Margot, Le Calmos a repris le relais d’un établissement qui était endormi depuis trois ans. Situé en plein coeur de Grand Rue, le restaurant à la triple terrasse et aux deux étages propose désormais une cuisine française brute dans un joli écrin crée pour l’occasion. Entre café moderne et bistrot français, Le Calmos mélange esprit industriel et une certaine ambiance « french riviera » avec de jolis clins d’oeil pour Bertrand Blier et la poésie de son cinéma. Nous sommes passé un dimanche soir aux abords de la terrasse qui prenait un joli bain de lumière, alors on s’est installé avec un petit verre pour en capter les derniers reflets.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est calmos-testimage00018-1024x768.jpeg.

Au fourneau : C’est Luc Breitenbucher qui donne les directives et réalise les plats qui sont envoyés pour les 140 couverts du restaurant (70 en salle et 70 en terrasse). Monsieur Breitenbucher est un habitué des fourneaux strasbourgeois, son approche de la cuisine authentique sans fioritures lui a valu la confiance de la profession et de son équipe, un pari réussi. En salle c’est Julie et Léa qui dirigent le navire Calmos avec une jolie empathie et un de vrais sourires qui annoncent le ton et l’approche que veut donner le l’établissement. Elles arrivent (bien aidées par leur serveur du jour) à instaurer une ambiance suspendue dans le restaurant et à ses abords afin que l’expérience soit agréable dans l’assiette mais pas seulement. Lorsqu’on est bien reçu et que le dialogue s’installe avec légèreté et sans rapport de « hiérarchie » ou de clientélisme l’expérience est toujours meilleure.

Leur crédo : Une cuisine brute dans un joli écrin. Calmos joue le jeu de la contradiction entre une carte de type brasserie (poireaux braisés, asperges, joues de porc ou encore langue de boeuf) et un restaurant design et contemporain aux lignes épurées. Les matériaux jouent un rôle capital chez Calmos et l’on a envie de tout toucher. En proposant des plats frais et de saison concoctés maison le chef a misé sur le succès de plats historiques et emblématiques d’une certaine époque. L’époque du film La Grande Bouffe ou du film Calmos par Betrand Blier cité plus haut. Avec les clins d’oeil au cinéma post nouvelle vague à et ses égéries le restaurant apporte une troisième identité au restaurant et à ses deux salles. Les poitrines de cochon confites, les suprêmes de volaille ou les tartares de boeuf se dégustent au milieu d’un décors lumineux et épuré sous les yeux des égéries des stars du septième art.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est calmos-testimage00050-1024x768.jpeg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est calmos-testimage00004-1024x768.jpeg.

Les spécialités

  • Les cocktails :Moscow Mule, Spritz Impérial, Bloody Mary etc…(8,50 €)
  • Les bières Fischer : Tradition, Trois Houblons, Belle Mira (de 5,40 à 6,20 € le 40cl)
  • Les entrées : Poireaux braisés, vinaigrette au cidre (6,00 €)
    Saumon façon gravlax, crème de raifort (9,50 €) Planchette à partager (18,50 €)
  • Les plats : Tartare de boeuf (14,00 €) suprême de volaille à la Sauge (14,00 €) Cocotte de Paleron de boeuf façon blanquette (16,50 €) et bien plus encore
  • Les desserts : Mousse au chocolat, île flottante, Crumble pomme rhubarbe

Nos kiffs

  • On vous propose un menu déjeuner (3 plats 22,00 € ; 2 plats 17,00 € et plat seul 12,00 €)
  • La cuisine fait la part belle aux produits bruts pour une cuisine qui se rapproche de celle des bistrots. La langue de boeuf en est le meilleur exemple, c’est osé et on aime ça.
  • On peut s’installer sur la terrasse toute la journée pour profiter des deux étages ou de la terrasse, le restaurant est ouvert toute la journée.
  • On aime le concept qui mélange les genres avec audace, c’est le cas pour toutes les affaires du groupe Diabolo Poivre.
  • Le restaurant est ouvert sur la rue grâce à ses grandes baies vitrées coulissantes et à sa triple terrasse qui donne sur trois rues différentes.
  • L’intérieur est très bien réalisé, les matériaux utilisés donnent un joli cadre et beaucoup de transparence ce qui laisse passer la lumière entre les étages.
  • Le service est vraiment très agréable, il y a de la vie dans ce restaurant qui anime la rue et donne de l’ambiance au quartier, on se croirait un peu dans Plus Belle La Vie.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est calmos-testimage00031-1024x768.jpeg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est calmos-testimage00054-1024x768.jpeg.

Mais…

  • Les tarifs de certains plats est selon moi un peu élevé (exemple : filet de Cabillaud à 22,00 €)
  • Strasbourg ville de micro brasseries… on trouve uniquement de la bière pression Fischer, quel dommage.
  • Dommage qu’il n’y ai pas d’happy Hour

Les petits tips Pokaa

  • Le dimanche vous pouvez profiter du Sunday Roast, un plat à partager cuisiné dans une cocotte, parfait pour partager son repas avec convivialité pour ceux qui n’ont pas l’occasion d’aller chez la petite mamie. Pour en savoir en plus c’est >> par ici <<
  • Ne soyez pas surpris, les toilettes sont mixtes, ça peut faire chelou la première fois.
  • En fonction de la rotation des astres vous pouvez suivre le soleil sur trois terrasses différentes
  • Au sous sol, vous pouvez profiter d’une salle privé avec une vitre qui donne directement sur les cuisines, un moment privilégié.
  • Malgré la forte affluence de Grand’Rue, l’étage offre une certaine intimité avec une zone « effet boudoir » aux chaque extrémités.

Le mot du patron (Gilles)

Nous avons voulu offrir une proposition différente de celles que l’on peut trouver Grand’Rue. Les plats rustiques et brutes sont un choix assumé qui se marie bien avec notre identité ainsi qu’avec notre façon de proposer et de consommer la cuisine : de manière conviviale. Nos terrasses ouvertes sur trois rues qui communiquent avec le restaurant offrent de la proximité avec les passants qui aiment s’installer sur un espace ouvert, agréable et ensoleillée pour siroter un petit cocktail bien frais.


Calmos Strasbourg

69 Grand’Rue
67000 Strasbourg
03 67 68 03 30

Ouvert tous les jours de midi à minuit (cuisine en continue)

>> La page Facebook du restaurant <<

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est calmos-testimage00076-1024x634.jpeg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est calmos-testimage00046-1024x768.jpeg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est calmos-testimage00051-1024x628.jpeg.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here